Skip navigation

Attac Québec

Syndicate content
L'Association pour la Taxation des Transactions financières pour l'Aide aux Citoyens (ATTAC) est née de la volonté de rétablir un contrôle démocratique des marchés financiers et de leurs institutions. ATTAC mène des actions variées visant la reconquête, par les citoyennes et citoyens, du pouvoir démesuré que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, économique, sociale et culturelle.
Updated: 1 hour 8 min ago

FSM 2016 - Déclaration finale de l'Assemblée « Désarmer la finance et atteindre la justice fiscale »

Thu, 22/09/2016 - 02:20

Voici le texte de la Déclaration finale émanant de l'Assemblée de convergence « Désarmer la finance et atteindre la justice fiscale » qui a été co-organisée par Attac France et Attac Québec avec la Global Alliance for Tax Justice et d'autres partenaires (Échec aux paradis fiscaux, Canadiens pour une fiscalité équitable, etc.) pendant le Forum social mondial à Montréal, le 11 août 2016.

Nous vous invitons à prendre connaissance de cette déclaration. Elle contient plusieurs revendications que tous les groupes impliqués adresseront aux gouvernements dans les mois qui viennent. Elle appelle aussi, entre autres, à organiser une JOURNÉE D'ACTION MONDIALE CONTRE LES PARADIS FISCAUX le 3 avril 2017, pour marquer l'anniversaire de la publication des Panama Papers. Attac Québec appelle donc ses membres, sympathisants et différents partenaires à noter dès à présent cette date en vue de participer ici au Québec à cette mobilisation.

Déclaration Désarmer la finance et obtenir la justice fiscale
Télécharger le PDF
English version, Español

DÉSARMER LA FINANCE ET OBTENIR LA JUSTICE FISCALE
Déclaration du Forum Social Mondial
Montréal, Canada 2016

Nous nous engageons à travailler en coalition sociale élargie, entre autres avec l'Alliance globale pour la justice fiscale, menée par des réseaux du Sud, pour réaliser notre vision d'un monde où des politiques fiscales transparentes, redistributives et progressives combattent les inégalités entre les nations et en leur sein et génèrent le financement public nécessaire pour permettre aux gouvernements de respecter leurs engagements en termes de droits humains – y compris les droits des femmes et des groupes vulnérables, un environnement sain et durable, des planchers de protection sociale élevés et des services publics de qualité pour le bien de tous.

Le rôle de l'impôt dans l'atteinte des droits humains
L'impôt constitue un outil essentiel, tant pour réaliser les droits humains que pour combattre les inégalités. Les impôts sont incontestablement la plus importante source de revenus pour les gouvernements parce qu'ils unissent trois fonctions principales : générer des revenus pour la réalisation des droits ; atteindre l'égalité et combattre les discriminations ; et renforcer la gouvernance et la responsabilité. L'imposition est essentielle au financement du développement et peut être un outil puissant pour stimuler la réduction de la pauvreté. Des revenus plus élevés et plus stables permettent un investissement accru et durable dans les services publics, les infrastructures et d'autres besoins de développement, et améliorent la compétitivité des économies à long terme. Ces ressources sont nécessaires pour financer la transition vers des modèles énergétiques propres et durables.

De nombreux pays luttent pour collecter suffisamment de revenus issus de l'imposition, pour financer de façon adéquate la réalisation des droits humains. La mobilisation des ressources nationales est entravée par des standards fiscaux inadaptés, une course au nivellement de la fiscalité vers le bas, le manque de transparence fiscale (entre autres, l'existence de juridictions secrètes) et la prolifération d'autres politiques fiscales nocives. Par exemple, les pays en développement ne bénéficient généralement pas de l'extraction et de l'utilisation de leurs ressources naturelles, en grande part à cause du manque de transparence, de régulation, d'équité et d'efficacité de leur imposition. Ces problèmes contribuent également à la dégradation et aux abus environnementaux.
Les politiques fiscales régressives qui sont mises en œuvre dans de nombreux pays, du Nord au Sud, menacent sérieusement les droits économiques et sociaux de groupes déjà désavantagés. Cette injustice basique alimente des inégalités économiques, politiques ou de genre encore plus importantes et érode la confiance envers les institutions gouvernementales, perçues comme rendant plus de compte à l'élite économique transnationale qu'à leurs propres citoyens.

La politique fiscale est une politique publique et ne peut pas être traitée comme une simple affaire technique, ou laissée à la discrétion des gouvernements qui doivent rendre des comptes. Les lois, pratiques et politiques fiscales doivent œuvrer à mettre fin à la discrimination structurelle, plutôt qu'à perpétuer des inégalités économiques et de genre accrues. Nous en appelons aux gouvernements pour mettre en place une politique fiscale avec les plus hauts standards de transparence, de participation publique, et un système de transparence concret, en ligne avec les droits humains.

La coopération internationale pour des solutions globales
Le système fiscal international actuel est obsolète, privilégie les groupes corporatistes multinationaux et les intérêts de la finance internationale, et empêche les gouvernements nationaux de collecter les revenus suffisants de manière non-discriminatoire et responsable. De plus, dans une économie globalisée, aucun pays ne peut combattre la fraude et l'évasion fiscales, comme l'ont souligné des scandales récents et actuels concernant les paradis fiscaux - Offshore leaks (2013), LuxLeaks (2014), Swiss Leaks (2015) et Panama Papers (2016).

Les négociations récentes en matière fiscale sont loin d'être mondialement représentatives. Plus de 100 pays en développement ont été exclus quand l'OCDE et le G20 négociaient des standards sur l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) et sur l'échange d'informations. Tant que l'OCDE et le G20 s'auto-instituent instances décisionnaires en termes de standards fiscaux internationaux, un terrain de jeu inéquitable se perpétue et les intérêts et défis spécifiques des pays en développement seront relégués au second plan dans l'ordre des priorités. Par exemple, l'imposition sur le secteur extractif et la rationalisation des incitations fiscales font partie des sujets qui ne sont pas discutés aujourd'hui.

Une coopération globale est nécessaire d'urgence, pour établir les bases de systèmes fiscaux progressifs, effectifs et justes, qui fournissent une source durable de revenus et réduisent les inégalités.

Nous réclamons donc de nos gouvernements :

Des règles fiscales justes pour que les multinationales paient leur juste part d'impôt

• Assurer la révision des Accords de Double Fiscalité pour les faire coïncider avec les besoins et l'agenda du développement durable et du financement pour le développement.
• Imposer les entreprises sur la base de leur bilan consolidé
• Développer de solides alternatives face au dysfonctionnement de la loi de marché.
• Eliminer les politiques et traités qui érodent les bases fiscales d'autres pays.

Des politiques fiscales progressives pour faire face à l'inégalité à l'intérieur des pays

• Réduire les inégalités en adoptant une série de mesures fiscales progressives. La conception et la mise en place de ces politiques fiscales doivent chercher activement à réduire les inégalités de revenus et de genre.
• Prendre l'engagement hautement prioritaire de consacrer les revenus fiscaux aux besoins essentiels pour le développement humain en relation aux services publics et aux infrastructures (c'est-à-dire la santé, l'éducation, l'eau, l'habitat, l'assainissement), au développement durable ainsi qu'à des systèmes de protection sociale adaptés et des politiques d'atténuation du changement climatique.
• Donner aux citoyens les moyens de faire entendre leur voix et de juger les gouvernements redevables de leurs politiques fiscales et de la manière dont les impôts perçus sont dépensés.
• S'assurer que les politiques fiscales intègrent des critères de genre. Cela implique mitiger l'impact des taxes régressives, tel que la TVA et le fardeau fiscal, ainsi que mettre en place des mesures allégeant le poids des lourdes charges fiscales qui pèsent sur les femmes et hommes pauvres.
• Adopter et mettre en place une taxe sur les transactions financières.
• Protéger les lanceurs d'alerte et les autres avocats de la justice sociale qui travaillent pour l'intérêt général et les considérer comme des défenseurs des droits humains.
• Mettre en place des lois nationales pour en finir avec l'évasion fiscale.
• Interdire l'octroi de contrats pour les marchés publics des gouvernements et des autorités locales aux compagnies qui détiennent des comptes dans les paradis fiscaux.

Une coopération internationale, pour des solutions globales

• Créer un organisme intergouvernemental inclusif et bénéficiant de ressources suffisantes, portant sur les thématiques fiscales, sous les auspices des Nations unies, qui puisse initier et diriger - dans un nouveau cadre onusien de convention - les négociations sur la coopération internationale en matière fiscale, comme premier pas dans la réforme de la fiscalité mondiale.
• Mener des études d'impact sur les répercussions des politiques fiscales sur les autres pays, en termes de droits humains, pour prendre immédiatement les mesures nécessaires pour stopper toute pratique nocive et pour fournir les remèdes efficaces là où le mal est fait.

Un échange automatique d'information et une transparence fiscale concernant les entreprises multinationales

• Adopter un standard onusien commun d'échange multilatéral et automatique pour l'information fiscale avec une option de non- réciprocité dans l'échange d'information pour les pays à faible capacité.
• Eliminer la confidentialité concernant le bénéficiaire final dans le monde par le biais de registres publics des ayants droits, incluant toutes les grandes entreprises et les fiducies.
• Assurer la transparence financière grâce à la mise en place de rapports annuels publics pays par pays des multinationales.
• Publier et rendre imputables les accords fiscaux signés entre entreprises et gouvernements
• Garantir que les administrations fiscales bénéficient des ressources nécessaires.

En ce qui concerne les droits humains, nous en appelons :

• Aux entreprises et groupes privés, pour qu'ils évaluent et rectifient les abus en termes de fiscalité d'entreprise, y compris dans leurs déclarations de politique interne et leurs procédures de due diligence, et en commençant par une reconnaissance claire des impacts négatifs des abus fiscaux sur les droits humains, en accord avec les principes directeurs des Nations unies sur Commerce et droits humains.
• Aux conseillers, consultants, facilitateurs et fournisseurs de dispositifs qui pourraient mener à de la fraude fiscale (en particulier les avocats fiscalistes, comptables, intermédiaires financiers), pour qu'ils reconnaissent leurs responsabilités particulières en termes de droits humains et assurent les réparations nécessaires pour toute activité nocive.
• Aux institutions internationales pour qu'elles réforment le système fiscal global, détérioré, en intégrant les standards de droits humains dans leur processus d'analyse de l'évasion fiscale des entreprises et des répercussions nuisibles des politiques fiscales de certains gouvernements. Les institutions financières internationales qui conseillent les gouvernements sur leurs politiques fiscales doivent, par-dessus tout, respecter les obligations desdits pays en matière de droits humains.
• A la communauté élargie des défenseurs des droits humains (dont les avocats, juristes, académiques, organisations pour les droits des femmes, syndicats, institutions nationales des droits humains, organismes conventionnels et commissions régionales) pour étudier activement comment les pratiques fiscales affectent leur mission, et développer des processus pratiques pour faire progresser la justice fiscale dans leur travail.

Afin de promouvoir l'agenda pour la justice fiscale, nous nous engageons à :

• Continuer à collaborer et construire des synergies locales, régionales et globales pour le plaidoyer, les campagnes et les mobilisations populaires pour la justice fiscale.
• Intensifier nos efforts pour créer de puissants mouvements sociaux, locaux et globaux, forcer nos gouvernements et challenger les multinationales pour en finir avec l'évasion fiscale. Cela inclut les campagnes à long-terme actuelles, des journées d'action mondiales spécifiques pour la justice fiscale, la sensibilisation du grand public et le soutien financier aux media alternatifs progressistes.
• Promouvoir la justice de genre comme élément clé de la justice fiscale. Cela inclut de s'engager au niveau national pour challenger les lois fiscales discriminatoires et s'assurer que les politiques fiscales reconnaissent le travail domestique féminin, invisible et non-payé.
• Faire avancer la justice fiscale comme un moyen de promouvoir la justice climatique, en générant les financements nécessaires, notamment à l'adaptation et à la mitigation.
• Travailler ensemble pour transformer le système économique actuel qui privilégie les multinationales et les plus riches, stimule les inégalités et détériore notre environnement.
• Organiser une journée d'action mondiale contre les paradis fiscaux, pour marquer l'anniversaire de la publication des Panama Papers (3 avril).
• Concevoir des actions créatives pour dénoncer l'implication des banques dans l'évasion fiscale.
• Mener des audits citoyens de la dette pour évaluer les politiques fiscales et la manière dont les revenus publics collectés sont dépensés.

*Cette déclaration « Désarmer la finance et obtenir la justice fiscale » du Forum Social Mondial 2016 (Montréal) suit la tradition du Forum Social Mondial qui en 2002 a résulté dans la « Déclaration universelle sur le droit à la justice fiscale comme composante essentielle de la justice sociale », à Tunis en 2013 a produit la déclaration sur « La justice fiscale pour la justice sociale » et à Tunis en 2015 a publié une déclaration sur « La justice fiscale pour en finir avec les inégalités », et contient des références à la déclaration de Lima de 2015 sur la justice fiscale et les Droits humains.

Categories: Attac Planet

Session de Claude Vaillancourt à l'Upop Montréal sur le libre-échange

Thu, 22/09/2016 - 01:34

S'inspirant du mouvement alternatif des universités populaires européennes, l'UPop Montréal favorise le développement de l'esprit critique en offrant à la population de Montréal et des environs un accès libre et gratuit au savoir par le biais d'activités d'éducation populaire implantées dans plusieurs quartiers de la ville.

Cet automne, Claude Vaillancourt, président d'Attac Québec et auteur, entre autres, de L'empire du libre-échange (M éditeur, 2014), y offre une session sur le thème « L'empire du libre-échange : des traités aux ramifications tentaculaires ».

4 cours, 4 lundis :
26 septembre, 19 h : Grands principes des accords de libre-échange
3 octobre, 19 h : Petite histoire du libre-échange
24 octobre, 19 h : Libre-échange et environnement
7 novembre, 19 h : Luttes populaires contre le libre-échange et alternatives

Où ? Café-bar L'Auditoire, situé au 5214, boul. Saint-Laurent, à Montréal
C'est gratuit, aucune réservation requise.

Voir le site de l'Upop pour tous les détails : upopmontreal.com

Categories: Attac Planet

« La dette du Québec : vérités et mensonges » - un nouveau livre d'Attac Québec en librairies !

Sun, 18/09/2016 - 13:00
CONFÉRENCE-LANCEMENT LE 12 OCTOBRE, à 18 h

au Centre St-Pierre, 1212, rue Panet, Montréal, métro Beaudry

Avec les trois auteurs qui ont co-coordonné le livre :

Audrey Laurin-Lamothe, sociologue affiliée au Collectif d'analyse sur la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA) et à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), membre du CA d'Attac Québec

Chantal Santerre, comptable et enseignante en techniques administratives au cégep de Saint-Hyacinthe, membre du CA d'Attac Québec

Claude Vaillancourt, président d'Attac Québec, auteur entre autres de Mainmise sur les services (Écosociété), L'empire du libre-échange et L'âge économique (M Éditeur)

Partagez l'événement Facebook

CLIQUEZ ICI POUR TROUVER TOUS LES POINTS DE VENTE

Échos médiatiques

Communiqué - pour diffusion immédiate

Au nom de la dette, les gouvernements imposent des budgets d'austérité draconiens qui menacent les programmes sociaux, les services publics, la santé et l'éducation, tout en demandant à la population des sacrifices maintenant pour un « avenir radieux » plus tard.

Quels sont les fondements de ce discours, s'il existe des fondements autres qu'idéologiques ? D'où émane la dette publique ? Quel est son état réel ? À qui l'État doit-il cet argent ? Pourquoi ne cesse-t-elle pas d'augmenter malgré les budgets d'austérité imposés par les gouvernements depuis des dizaines d'années ? L'austérité ne serait-elle pas une cause de l'endettement ?

La dette est agitée comme un épouvantail. En fait, la dette publique du Québec est un prétexte commode pour mettre en oeuvre des plans d'austérité. Parce que la province est endettée, nous ne pourrions plus nous permettre de financer de bons services publics et d'utiles programmes sociaux.

Qu'en est-il au juste de la dette publique québécoise ? Combien devons-nous exactement, et à qui le devons-nous ? Comment calcule-t-on cette dette ? Notre situation financière est-elle aussi catastrophique qu'on le prétend ? Notre obsession de la dette publique nous ferait-elle oublier une autre dette plus grave : la dette environnementale ?

Ce livre démystifie la question de la dette publique. Il est d'abord question de l'histoire de notre endettement. Les différentes façons de calculer la dette sont expliquées, aussi bien celles qui la dramatisent que celles qui en dressent un portrait plus raisonnable. L'audit citoyen de la dette peut être un outil approprié pour nous permettre de mieux connaître notre situation dans toutes ses dimensions. Le gouvernement québécois a proposé comme solution à l'endettement un Fonds des générations. Est-ce vraiment efficace ? L'endettement public progresse de façon parallèle à l'endettement privé qui s'avère toujours plus grand. Les conséquences en sont examinées. Pour répondre au sous-financement de l'Etat, une solution primordiale doit être envisagée : aller chercher l'argent là où il y en a.

Notre dette serait donc tellement importante qu'elle exigerait tous les sacrifices. Pourtant, cette dette ne provient aucunement de dépenses publiques excessives ni d'un supposé laxisme d'élues qui seraient trop sensibles à la pression de l'électorat. N'est-elle pas, en fait, un instrument de soumission de la population au profit des nantis ?

L'Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne, est une association non partisane active dans une vingtaine de pays. Mouvement d'éducation populaire tourné vers l'action, ATTAC s'applique à décrypter les enjeux reliés à la mondialisation financière.

Cet ouvrage réalisé par Attac Québec a été dirigé par Audrey Laurin-Lamothe, Chantal Santerre et Claude Vaillancourt.

Collaborent à ce livre : Dominique Bernier, Clara Dallaire-Fortier. Céline Hequet, Raphaël Langevin, Audrey Laurin-Lamothe, Rimel Illel Malheb, Chantal Santerre et Claude Vaillancourt. Pour mieux connaître les auteurEs, cliquez ici.

Chapitre 1 – Claude Vaillancourt : La dette comme instrument de soumission
Chapitre 2 – Rimal Illel Mahleb et Clara Dallaire-Fortier : Petite histoire de la dette publique québécoise
Chapitre 3 – Chantal Santerre : Chiffrer la dette québécoise
Chapitre 4 – Audrey Laurin-Lamothe et Céline Hequet : Endettement des ménages et endettement public
Chapitre 5 – Chantal Santerre : Le Fonds des générations est-il nécessaire ?
Chapitre 6 – Raphaël Langevin : À qui appartient la dette ?
Chapitre 7 – Claude Vaillancourt : Un audit citoyen de la dette au Québec ?
Chapitre 8 – Audrey Laurin-Lamothe et Céline Hequet : La face cachée de la dette québécoise
Chapitre 9 – Dominique Bernier : La pire des dettes : notre empreinte écologique

M Éditeur
C.P. 221
Saint-Joseph-du-Lac (Québec)
Canada J0N 1M0
Courriel : m.editeur@editionsm.info
WEB : http://www.editionsm.info/

Contact médias :
Jo Ann Champagne
Téléphone : 450 229-4664
Courriel : comjo@bellnet.ca

Pour contacter Attac Québec :
Tél. : 514 982-6606 poste 2258 (svp privilégiez le courriel cependant)
quebec@attac.org
Twitter : https://twitter.com/ATTACQuebec
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec
www.quebec.attac.org

Categories: Attac Planet

AÉCG : au gouvernement Trudeau, ne pas signer l'accord avant un débat public

Sat, 17/09/2016 - 22:22

Communiqué de presse du Réseau québécois sur l'intégration continentale (RQIC), dont ATTAC Québec fait partie, 15 septembre 2016

En marge de la conférence Progrès mondial 2016 organisée par le think tank du monde des affaires Canada2020, le ministre allemand des Affaires économiques Sigmar Gabriel se réunira aujourd'hui à Montréal avec la ministre canadienne du commerce international Chrystia Freeland pour promouvoir l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne (AÉCG). Des sources bien placées indiquent que le vice-chancelier tentera de négocier, derrière des portes closes, un mémo de clarification sur l'AÉCG afin de faire taire, en désespoir de cause, l'opposition publique massive en Allemagne contre l'accord, y compris au sein de sa propre formation politique -les sociaux-démocrates (SPD)- à quelques jours de la convention du parti en vue des élections générales de 2017. Lire la suite

Categories: Attac Planet

À la Commission des finances publiques aujourd'hui, ATTAC Québec invite le Québec à résister aux paradis fiscaux

Thu, 15/09/2016 - 02:00

Pour diffusion immédiate

Ce jeudi 15 septembre 2016, ATTAC Québec présente son mémoire intitulé « Les paradis fiscaux sont illégitimes… Résistons pour une plus grande justice sociale » à la Commission des finances publiques de l'Assemblée nationale du Québec qui étudie présentement les paradis fiscaux.

En après-midi, le collectif Échec aux paradis fiscaux, dont fait partie ATTAC Québec, et le Réseau pour la justice fiscale présenteront aussi leur mémoireconjoint intitulé « Résister aux paradis fiscaux : comment le Québec peut agir et pourquoi il doit le faire ».

Le mémoire d'ATTAC Québec peut être consulté sur son site Web. « Il vise à faire part brièvement de l'analyse que le mouvement ATTAC à l'échelle internationale fait des paradis fiscaux, et de recommandations d'actions qui sont à la portée du gouvernement du Québec », précise Roger Lanoue, qui représentera l'association accompagné de Wedad Antonius.

ATTAC Québec recommande entre autres au gouvernement du Québec de :

- publier une estimation annuelle des revenus perdus en raison de l'existence des paradis fiscaux ;

- orienter la Caisse de dépôt et placement du Québec de façon à ce qu'elle exige la fermeture de toute filiale dans les paradis fiscaux détenue par des entités dans lesquelles elle investit ;

- disqualifier les entreprises ayant recours aux paradis fiscaux afin qu'elles ne puissent participer à des appels d'offres publics, recevoir des subventions ou agir comme partenaires du gouvernement du Québec (dans les PPP par exemple) ;

- faire pression sur le gouvernement du Canada pour qu'il soutienne fermement la lutte contre les paradis fiscaux dans sa politique étrangère ;

- signer des conventions fiscales avec les pays qui prévoient l'échange automatique d'informations financières et ne rendent pas légal l'évitement fiscal.

Attac Québec souligne aussi le rôle central des banques dans les paradis fiscaux : sans les banques, pas de paradis fiscaux. Les banques, qui n'existent que grâce à l'encadrement législatif des divers pays, permettent l'expansion des paradis fiscaux par leur collaboration et leur complicité dans le phénomène.

Fondée en 1998 en France, ATTAC, l'Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l'Action Citoyenne, est une association citoyenne non partisane présente dans 20 pays. Depuis 2000, ATTAC-Québec s'applique à faire connaître les enjeux qui accompagnent la mondialisation financière. Elle milite en faveur de la justice fiscale et contre les accords de libre-échange pour revendiquer le droit démocratique des peuples à défendre le bien commun. L'association fait partie, entre autres, du Réseau québécois sur l'intégration continentale (RQIC), de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, du collectif Échec aux paradis fiscaux et de la Coalition Eau Secours.

- 30 -

Source : ATTAC-Québec, Roger Lanoue 514 814-7911 cell.
quebec@attac.org
Twitter : https://twitter.com/ATTACQuebec
www.quebec.attac.org
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec

Categories: Attac Planet

Mémoire d'Attac Québec « Les paradis fiscaux sont illégitimes… Résistons pour une plus grande justice sociale »

Thu, 15/09/2016 - 01:00

Mémoire présenté à la Commission des finances publiques de l'Assemblée nationale du Québec le 15 septembre 2016, où le travail de sensibilisation de la population qu'Attac fait sur l'enjeu des paradis fiscaux depuis plusieurs années a bien été souligné.

Lire le communiqué.

Categories: Attac Planet

Suivez-nous sur Facebook

Wed, 14/09/2016 - 20:01

Ah ! ça ne nous plaît pas tellement d'avoir recours à une entreprise comme Facebook, étant donné les valeurs que nous défendons, mais pour l'instant, comme bien d'autres organismes, nous vous invitons tout de même à aimer notre page et à vous assurer de voir nos publications dans votre fil d'actualités. Cet outil nous permet de vous communiquer des infos sur des sujets et mobilisations d'intérêt pour nos membres, alors que notre infolettre tout comme notre site (qui ne se veut pas un centre de documentation, mais s'il contient des ressources utiles) se concentrent sur les activités dans lesquelles nous sommes directement impliqués. Voir : https://www.facebook.com/ATTAC.Quebec.

Categories: Attac Planet

Conférence-lancement « La dette du Québec : vérités et mensonges »

Wed, 14/09/2016 - 01:28

Tous les membres et sympathisantEs d'Attac Québec sont chaleureusement conviéEs à cette conférence-lancement en lien avec notre nouveau livre. Nous présenterons l'ouvrage et aborderons plus spécifiquement le thème « Dette québécoise et austérité » avec les coordonnateurs du livre :

Audrey Laurin-Lamothe, sociologue affiliée au Collectif d'analyse sur la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA) et à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), membre du CA d'Attac Québec

Chantal Santerre, comptable et enseignante en techniques administratives au cégep de Saint-Hyacinthe, membre du CA d'Attac Québec

Claude Vaillancourt, président d'Attac Québec, auteur entre autres de Mainmise sur les services (Écosociété), L'empire du libre-échange et L'âge économique (M Éditeur)

Le mercredi 12 octobre 2016 à 18 h (lancement) et 19 h (conférence)
au Centre St-Pierre, 1212, rue Panet, Montréal (métro Beaudry)
Contribution volontaire

Pour découvrir le livre et ses auteurEs, cliquez ici

Partagez l'événement Facebook

Organisée par le Réseau pour un discours alternatif sur l'économie

Categories: Attac Planet

Vu du Québec : bilan du FSM Montréal 2016

Thu, 08/09/2016 - 01:33

Au #FSM2016, Attac a atteint plusieurs de ses objectifs. Claude Vaillancourt d'Attac Québec en parle dans cette vidéo produite par Attac Play.

Categories: Attac Planet

Vivez le Forum Social Mondial 2016 comme si vous y étiez

Sat, 27/08/2016 - 15:24

Plus de 35 000 personnes ont participé au Forum social mondial 2016. C'est un lieu d'émergence de nouvelles pédagogies citoyennes de personnes qui apprennent les unes des autres. C'est un moyen pour renforcer la société civile, la convergence des alternatives et créer un agenda commun de mobilisations.

Pour faire partie de ces mobilisations, joignez-vous à Attac Québec !

Production : Attac Play
Images : Julien Tourigny-Gagnon, Mélanie Poulain
Son : Florian Lopez
Montage : Elodie Sempere

Categories: Attac Planet

Conférence-lancement « La dette du Québec : vérités et mensonges »

Wed, 24/08/2016 - 16:23

Le mercredi 12 octobre 2016 à 19 h

Dette québécoise et austérité

Avec les trois auteurs qui ont co-coordonné le livre d'Attac Québec :

Audrey Laurin-Lamothe, sociologue affiliée au Collectif d'analyse sur la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA) et à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), membre du CA d'Attac Québec

Chantal Santerre, comptable et enseignante en techniques administratives au cégep de Saint-Hyacinthe, membre du CA d'Attac Québec

Claude Vaillancourt, président d'Attac Québec, auteur entre autres de Mainmise sur les services (Écosociété), L'empire du libre-échange et L'âge économique (M Éditeur)

L'adresse : 1212, rue Panet, Montréal (métro Beaudry)

Organisées par le Réseau pour un discours alternatif sur l'économie

Pour découvrir le livre et ses auteurEs, cliquez ici

Categories: Attac Planet

FSM Montréal 2016 - Couverture média, blogue, photos et vidéos

Sun, 21/08/2016 - 19:51

Attac dans les médias lors du FSM
un aperçu de la couverture, liste partielle

Vidéos
Attac Play a réalisé de chouettes vidéos pendant le FSM. Pour les visionner, rendez-vous ici : https://blogs.attac.org/auteur/attac-play, sur Viméo ou sur YouTube.

Photos
Voir aussi ces photos des activités d'Attac au FSM sur notre page Facebook, celle d'Attac France, cette section de son site Web et parcourez bien sûr aussi les albums du FSM.

Crédit photo : Grande conférence sur les paradis fiscaux, avec Alain Deneault, Ricardo Fuentes-Nieva (Oxfam Mexico), Erika Dayle (avocate fiscaliste),
Nick Dearden (Global Justice Now/ATTAC UK) et les co-animateurs Teresa Marshall (Global Alliance for Tax Justice) et Roger Lanoue (Attac Québec). Photo : Dominique Bernier

Categories: Attac Planet

Les auteurEs du livre « La dette du Québec : vérités et mensonges »

Sat, 20/08/2016 - 19:33

Cet ouvrage a été dirigé par :

Audrey Laurin-Lamothe
Audrey Laurin-Lamothe a complété un doctorat en sociologie sur la question des élites québécoises dans un contexte de financiarisation de l'entreprise. Dans le champ spécifique de la sociologie du travail et de l'économie, ses recherches ont également porté sur la Caisse de dépôt et placement, les inégalités sociales, la rémunération des hauts dirigeants, la fiscalité québécoise et le management dans les organisations postfordistes. Elle est affiliée au Collectif d'analyse sur la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA) et à l'Institut de recherche et d'informations socio- économiques (IRIS). Elle est aussi membre du conseil d'administration d'ATTAC Québec.

Chantal Santerre
Chantal Santerre est titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en sciences comptables. Après avoir travaillé dans différentes firmes comptables, elle a entrepris une carrière d'enseignante en techniques administratives au cégep de Saint-Hyacinthe où elle travaille toujours. Elle a co-édité les écrits de Voltairine De Cleyre (D'espoir et de raison), de Frédérick Douglass (Mémoires d'un esclave) et d'Edward Bellamy (C'était demain). Elle est membre du Collectif de la revue À bâbord ! et du conseil d'administration d'ATTAC Québec. De plus, elle collabore au comité Solutions fiscales de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (Coalition Main rouge)

Claude Vaillancourt
Claude Vaillancourt, enseignant, conférencier et écrivain, est président d'ATTAC Québec. Au sein de cette association, il s'intéresse particulièrement aux questions reliées au libre-échange. Il est l'auteur entre autres de Mainmise sur les services (Écosociété), et L'empire du libre-échange et L'âge économique, publiés tous deux chez M Éditeur. Il est membre du collectif de rédaction de la revue À bâbord ! Il est l'auteur de nombreux articles dans les revues et les journaux.

Ont aussi contribué à ce livre :

Dominique Bernier
Dominique Bernier est une militante écologiste et altermondialiste, membre du conseil d'administration d'ATTAC Québec. Ses études en agroenvironnement lui ont fait prendre conscience de l'ampleur de la crise écologique actuelle. Elle s'intéresse aux liens qui existent entre macroéconomie, dégradation de l'environne- ment et accroissement des inégalités. Elle est actuellement coordonnatrice de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine ! et agit aussi comme consultante en développement communautaire et coopératif.

Clara Dallaire-Fortier
Clara Dallaire-Fortier a obtenu un baccalauréat en économie de l'Université McGill. Ses intérêts de recherche incluent l'économie écologique, l'économie sociale et l'histoire non occidentale. Au cours des dernières années, elle a travaillé dans différents milieux régionaux et s'est impliquée dans des groupes visant à diversifier la discussion économique. Notamment, en 2015, elle met en place la plateforme Main visible qui entend à créer un espace de discussion plurielle et de démocratisation de l'économie.

Céline Hequet
Diplômée en biologie et en économie, Céline Hequet est titulaire d'une maîtrise en sociologie. Elle s'intéresse à la prise en charge néolibérale de la crise environnementale en particulier, et aux vices publics au culte de la performance, en passant par le self help.

Rimel Illel
Étudiante au baccalauréat par cumul dans le programme de sociologie et d'économie à l'UQAM, Rimel Mehleb s'implique dans le Mouvement québécois pour un enseignement pluraliste de l'économie, ainsi que dans différents projets qui encouragent l'économie hétérodoxe, comme la Main visible. Elle porte un intérêt particulier à l'économie écologique et féministe, domaine dans lequel elle aimerait poursuivre son parcours universitaire.

Raphaël Langevin
Raphaël Langevin est à l'heure actuelle étudiant à la maîtrise en économie de l'énergie à l'Université Laval. Aussi titulaire d'un baccalauréat en biochimie et d'un baccalauréat en économie et mathématiques de l'Université Laval, il s'implique depuis plusieurs années dans différentes organisations politiques et sociales en plus d'avoir été candidat pour Québec solidaire dans la circonscription de Portneuf en 2012. Outre son intérêt pour les questions énergétiques et environnementales, il est un passionné de l'étude des données macroéconomiques historiques et essaie, à travers ses écrits et ses analyses, de fournir un portrait politique approprié de l'évolution des données économiques québécoises et canadiennes.

Categories: Attac Planet

Adhérez et/ou faites un don à ATTAC-Québec

Tue, 16/08/2016 - 13:30

Découvrez quelques bonnes raisons de nous soutenir en bas de page et de passer à l'ATTAC ! Notre dernière assemblée générale a eu lieu le 7 novembre, découvrez le rapport d'activités et le plan d'action adoptés.

ATTAC-Québec est une association citoyenne indépendante, non partisane, qui ne reçoit rien des gouvernements ou des fondations privées. Elle fonctionne grâce aux cotisations de ses membres, individus et organismes, grâce à la générosité de donateurs et grâce à l'engagement sans faille des citoyennes et citoyennes qui s'y impliquent.

Pour adhérer, il suffit de remplir et de nous retourner ce formulaire avec votre paiement.

Vous pouvez aussi procéder par Paypal sans tarder (il n'est pas nécessaire d'avoir un compte Paypal. Vous pouvez régler par carte de crédit) :

Type Membre individuel $15.00 CAD Membre organisme $50.00 CAD Étudiants/faible revenu $10.00 CAD



Pourquoi nous soutenir et vous impliquer ?

Parce qu'ATTAC-Québec :

  • est une association reconnue pour la qualité de son travail sur les paradis fiscaux et la justice fiscale, la promotion d'une taxe sur les transactions financières, la justice climatique en lien avec les accords de commerce internationaux en revendiquant le droit démocratique des peuples à défendre le bien commun ;
  • propose des activités de formation et d'éducation populaire, des conférences, des publications, une émission de radio hebdomadaire, un bulletin et une infolettre, entre autres, qui permettent à ses membres et à quiconque s'y attarde de mieux comprendre les enjeux soulevés et d'agir ;
  • est un beau projet d'appropriation citoyenne de connaissances et d'analyses critiques sur l'économie et la mondialisation en général, qui donne une capacité d'action aux personnes ;
  • croit à la force de la concertation et participe au travail de coalitions qui partagent les mêmes préoccupations et se mobilisent pour la justice sociale, la démocratie, les services publics et le bien commun ;
  • est une association entièrement indépendante, non partisane et qui ne reçoit rien des gouvernements ou des fondations privées ; il est peu coûteux d'y adhérer : individus (15$/an), organismes (50$/an), étudiants, sans emploi (10$/an) ;
  • bénéficie de la solidarité du réseau international d'ATTAC qui compte des groupes similaires dans une quarantaine de pays, qui se réunira au prochain Forum social mondial à Montréal en août 2016, plusieurs activités sont prévues !

Concrètement, votre appui sert à :

  • organiser et promouvoir des activités : journées d'étude, formations, conférences, etc. ;
  • soutenir notre émission de radio hebdomadaire sur les ondes de CKRL à Québec ;
  • payer les dépenses courantes : frais de location de salles, papeterie, photocopies, timbres, téléphone, frais techniques pour nos outils Web, etc. (nous nous efforçons de multiplier les partenariats pour réduire ces coûts) ;
  • payer le déplacement de conférenciers invités ;
  • permettre à unE représentantE de participer à certaines rencontres nationales ou internationales (au sein du réseau ATTAC, dans les forums sociaux, etc.) ;
  • rendre possible éventuellement un poste de coordination (un ou deux jours/semaine).

Alors passez à l'ATTAC ! Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous contacter, il nous fera plaisir d'y répondre. Explorez notre site Web pour mieux nous connaître !

Categories: Attac Planet

L'opposition aux paradis fiscaux et aux accords de libre-échange sort renforcée au terme du Forum social mondial de Montréal (FSM) aux yeux d'Attac Québec, qui accueillait des représentantEs d'Attac de divers pays.

Sun, 14/08/2016 - 14:39

Pour diffusion immédiate

Attac Québec et les groupes Attac présents au FSM - qui ont tenu deux réunions pendant le FSM - se rallient à l'appel de l'assemblée de convergence « Désarmer la finance et atteindre la justice fiscale » qui a décidé de tenir et de rendre annuelle une journée internationale d'action contre les paradis fiscaux dès 2017 (date à confirmer). Cette assemblée était co-organisée par Attac France et Attac Québec avec la Global Alliance for Tax Justice avec d'autres partenaires. Elle fera connaître prochainement d'autres projets découlant de cette rencontre.

La volonté des participantEs du FSM d'accroître la mobilisation contre les paradis fiscaux a été très palpable lors de la conférence très courue sur les paradis fiscaux - où Nick Dearden représentait Global Justice Now (Attac UK) - ainsi que lors des ateliers d'Attac sur les paradis fiscaux, la finance et les faucheurs de chaises.

Le libre-échange au cœur des enjeux et des luttes
Le réseau Attac s'est aussi mobilisé contre les accords de libre-échange pendant ce FSM, notamment au sein de l'initiative de convergence intitulée « Les peuples et la planète avant le profit ! Sortir du libre-échange et de l'extractivisme pour en finir avec le pouvoir des multinationales ». Ces accords nourrissent la crise climatique et écologique ainsi que la croissance des inégalités en permettant, entre autres, aux multinationales d'accroître leur pouvoir et leur mainmise sur les ressources, et en menaçant aussi les services publics. Dans une perspective de solidarité entre les peuples et les travailleurs du monde, campagnes et journées internationales d'action sont à l'horizon. Au sein d'Attac, il est clair qu'il est urgent de se mobiliser tant contre l'AÉCG/CETA, par exemple, qui pourrait être ratifié au cours des prochains mois, que contre les Accords de partenariat économique (APE) entre l'Europe et les pays du Sud.

Ce FSM a aussi été l'occasion pour Attac Québec d'attirer l'attention sur le problème de la dette lors d'une grande conférence et alors que paraît ces jours-ci son nouveau livre La dette du Québec : vérités et mensonges (M Éditeur, 2016).

Accessibilité au FSM
Le problème des visas et les coûts élevés qu'un séjour à Montréal occasionnaient pour de nombreuses personnes qui souhaitaient participer au FSM, ont certainement constitué tout un défi et empêché que la participation à l'événement ressemble à celle des éditions passées et soit davantage représentative des différentes régions du monde. Attac Québec déplore à nouveau vivement que plus de 200 demandes de visas aient été refusées (lire ce communiqué).

Malgré ces difficultés, et comme dans les éditions précédentes, ce FSM a été une occasion pour une multiplicité de luttes sociales de s'organiser et de se renforcer. Attac Québec se réjouit de l'excellente fréquentation observée aux activités d'Attac, et du travail commun réalisé au cours de ce forum avec plusieurs partenaires. Les militantEs d'Attac présents venaient des pays suivants : Allemagne, Argentine, Espagne, France, Japon, Maroc, Royaume-Uni (Global Justice Now), Suisse, Tunisie et Togo.

- 30 -

Contacts presse :
Arthur Lauvergnier, (1) 514-649-7144
arthur@attac.org ou medias@attac.org
Jean-Patrick Reysset, (1) 514-241-0400

Pour joindre Claude Vaillancourt, président d'Attac Québec, 514-576-1355 cell.

Twitter : https://twitter.com/ATTACQuebec
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec
www.quebec.attac.org

Categories: Attac Planet

Vérités et mensonges sur la dette publique – Attac fait la lumière sur la question

Wed, 10/08/2016 - 17:01

Pour diffusion immédiate

Grande conférence – Vérités et mensonges sur la dette publique
JEUDI 11 AOÛT de 18 h à 19 h 30
Organisée par Attac Québec, en partenariat avec le Comité pour l'abolition des dettes illégitimes (CADTM)
Lieu
: Université Concordia, 1455 boulevard de Maisonneuve Ouest, pavillon hall H-110
Avec : Dominique Plihon (Attac France), Maria Elena Saludas (Attac Argentine) Chantal Santerre (Attac Québec) et Maud Bailly (CADTM)
Animation : Claude Vaillancourt (Attac-Québec)

Ce jeudi 11 août, dans le cadre du Forum social mondial de Montréal, Attac-Québec est l'organisateur d'une grande conférence intitulée « Vérités et mensonges sur la dette publique », proposée en partenariat avec le Comité pour l'abolition des dettes illégitimes (CADTM). Animée par le président d'Attac Québec, Claude Vaillancourt, l'activité réunit Dominique Plihon, professeur d'économie financière à l'Université Paris XIII et porte-parole d'Attac-France, Maria Elena Saludas, coordonnatrice d'Attac Argentine et du CADTM-AYNA pour l'Amérique latine, Chantal Santerre d'Attac Québec, co-coordonnatrice du livre La dette du Québec : vérités et mensonges (M Éditeur, 2016) qui sort ces jours-ci en librairies et Maud Bailly, co-secrétaire générale du CADTM-Belgique.

Les intervenantEs tâcheront de lever le voile sur la dette publique, devenue au Nord comme au Sud le prétexte pour appliquer des mesures d'austérité. « Dans la plupart des cas, cette dette est très mal connue, dit Claude Vaillancourt. Elle fait partie d'un vaste système qui appauvrit les populations tout en enrichissant les marchés financiers. »

La conférence cherchera donc à démystifier la dette publique et à proposer des solutions pour échapper au carcan qu'elle impose aux sociétés contemporaines.

- 30 -

Contacts presse :
Arthur Lauvergnier, (1) 514-649-7144
arthur@attac.org ou medias@attac.org
Jean-Patrick Reysset, (1) 514-241-0400

Twitter : https://twitter.com/ATTACQuebec
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec
www.quebec.attac.org

Categories: Attac Planet

Visas refusés aux invités du Forum social mondial : Attac dénonce l'attitude du gouvernement canadien

Tue, 09/08/2016 - 22:04

Pour diffusion immédiate

Attac Québec et l'ensemble des groupes Attac réunis en ce moment à Montréal déplorent que deux représentants d'Afrique - Serigne Sarr d'Attac Sénégal et Adjambao Ibrahim d'Attac Togo - se soient vu refuser leur visa d'entrée au Canada et ne pourront donc pas participer au Forum social mondial (FSM) qui se tient présentement à Montréal. Ces refus concordent malheureusement avec des centaines d'autres, dénoncés auprès du gouvernement canadien et dans les médias, tout aussi irrecevables.

Les raisons du rejet de la demande d'Adjambao Ibrahim, qui devait participer à l'atelier intitulé « Quelles alternatives à la crise migratoire en Europe ? », semblent particulièrement inacceptables. La décision a en effet fait preuve d'un préjugé envers les FSM, puisque la raison du séjour de notre invité n'est pas considérée comme valable. Mais aussi, elle porte un jugement sur des individus dont la « situation financière » dans leur pays n'est pas jugée adéquate, et cela même si le fonctionnaire responsable ne semble pas contester que monsieur Ibrahim disposait des ressources financières pour son séjour ici, le réseau Attac assurant sa prise en charge. Seules des personnes très aisées pourront-elles désormais participer à des évènements internationaux ?

« Nous devons malheureusement constater que les autorités canadiennes ont peur de la démocratie, s'indigne Claude Vaillancourt, président d'Attac Québec. Ils craignent de toute évidence un évènement majeur comme le FSM et ceux et celles qui y prennent la parole, car c'est un évènement qui questionne en profondeur les logiques de domination et les grandes institutions et qui propose des solutions démocratiques et pacifiques pour faire advenir un monde plus juste. »

ATTAC s'inquiète d'une tendance qui est de plus en plus internationale et qui consiste à ouvrir les frontières sans contraintes pour les produits, les services et certaines catégories de personnes, alors que les populations, surtout celles du Sud, subissent l'exclusion et doivent subir des contrôles de plus en plus rigides.

Plusieurs groupes Attac sont signataires de la lettre collective d'organisations québécoises, canadiennes et internationales demandant au gouvernement canadien d'agir rapidement pour octroyer des visas aux participant-e-s au FSM.

- 30 -

Contacts presse :
Arthur Lauvergnier, (1) 514-649-7144
arthur@attac.org ou medias@attac.org
Jean-Patrick Reysset, (1) 514-241-0400

Twitter : https://twitter.com/ATTACQuebec
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec
www.quebec.attac.org

Categories: Attac Planet

Paradis fiscaux et inégalités sociales au Forum social mondial – Attac joint sa voix à Oxfam, Échec aux paradis fiscaux et le SISP

Tue, 09/08/2016 - 17:41

Pour diffusion immédiate

Grande conférence - Les paradis fiscaux au cœur de la crise des inégalités
MERCREDI 10 AOÛT de 18 h à 19 h 30
Lieu : Société des Arts Technologiques (SAT)
- 1201, boulevard St-Laurent
Avec : Alain Deneault, Ricardo Fuentes-Nieva (Oxfam-Mexico), Erika Dayle (Commission indépendante pour la réforme de l'impôt international sur les sociétés) et Nick Dearden (Global Justice Now / Attac-UK)

Ce mercredi 10 août, dans le cadre du Forum social mondial de Montréal, Attac-Québec est partie prenante d'une grande conférence intitulée « Les paradis fiscaux au cœur de la crise des inégalités ». Animée par Roger Lanoue d'Attac-Québec et Teresa Marshall de Global Alliance for Tax Justice, l'activité est organisée par Oxfam Québec, en partenariat avec Attac-Québec, Échec aux paradis fiscaux et le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP).

Ce grand événement international regroupe Alain Deneault, philosophe et essayiste, auteur de plusieurs ouvrages sur les paradis fiscaux, Ricardo Fuentes-Nieva directeur général d'Oxfam-Mexico, Erika Dayle, avocate fiscaliste et directrice du secrétariat de la Commission indépendante pour la réforme de l'impôt international sur les sociétés, et Nick Dearden, directeur de Global Justice Now / Attac-UK. Ensemble, ils analyseront l'impact des paradis fiscaux sur l'accroissement des inégalités au niveau planétaire.

« Les paradis fiscaux sont au cœur de la crise des inégalités que nous connaissons à l'heure actuelle : le 1% des personnes les plus riches possède maintenant davantage que le reste de la population mondiale. Comment freiner sinon renverser cette tendance ? », dit Roger Lanoue, co-animateur de la conférence.

- 30 -

Contacts presse :
Arthur Lauvergnier, (1) 514-649-7144
arthur@attac.org ou medias@attac.org
Jean-Patrick Reysset, (1) 514-241-0400

Twitter : https://twitter.com/ATTACQuebec
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec
www.quebec.attac.org

Categories: Attac Planet