Skip navigation

Attac Québec

Syndicate content
L'Association pour la Taxation des Transactions financières pour l'Aide aux Citoyens (ATTAC) est née de la volonté de rétablir un contrôle démocratique des marchés financiers et de leurs institutions. ATTAC mène des actions variées visant la reconquête, par les citoyennes et citoyens, du pouvoir démesuré que la sphère financière exerce sur tous les aspects de la vie politique, économique, sociale et culturelle.
Updated: 1 hour 40 min ago

Dette : vérité, mythes et mensonges

Wed, 08/07/2015 - 22:08

Aide sociale, immigration, Conseil des arts et des lettres, après la santé, l'éducation et les régions la guillotine gouvernementale continue ses ravages. Après avoir questionné les politiques d'austérité (avril 2015) le bulletin consacre une édition spéciale à la dette du Québec parce qu'elle est le prétexte idéal pour déconstruire l'État social. Il apparait dès lors prioritaire de comprendre et de démystifier cette dette dont on nous dit qu'elle est insoutenable.
En mars se tenait à Tunis le 13e Forum social mondial, une membre du Conseil d'administration d'Attac y a participé et nous en rapporte la richesse des ateliers, mais surtout l'énergie et la motivation retirées de ses échanges avec des militants venus de partout.

"La dette, elle a bon dos…" par Chantal Santerre
"Le Forum social de Tunis : la nécessaire convergence des luttes" par Wedad Antonius

Voir en ligne : http://www.quebec.attac.org/bulleti...
Categories: Attac Planet

Kiosque d'ATTAC aux projections du film Le Prix à payer au Cinéma sous les étoiles

Thu, 25/06/2015 - 15:21

ATTAC-Québec tiendra un kiosque lors de ces deux projections du documentaire Le Prix à payer de Harold Crooks, qui traite des paradis fiscaux et aussi de la taxe sur les transactions financières.

Le 26 juin / 21 h 15 / Parc Laurier
Le 6 août / 20 h 45 / Parc Molson

Le film sera suivi d'une intervention d'Alain Deneault. Venez nous y rencontrer ! Appuyer ATTAC et s'y impliquer est une façon citoyenne d'exprimer votre refus de l'injustice fiscale et des paradis fiscaux.

Plusieurs autres bons documentaires au programme pendant l'été aussi. Renseignements : http://cinemasouslesetoiles.org/le-prix-a-payer/. Événement Facebook

Categories: Attac Planet

Bon été !

Wed, 24/06/2015 - 14:14

Nous suspendons la production de nos infolettres pour l'été. De retour en août prochain ! Bon été !

Categories: Attac Planet

Université d'été d'Attac France

Wed, 24/06/2015 - 04:00

Sous le thème « Climat, dette, austérité, ça va chauffer ! », l'Université d'été d'Attac France se déroulera cette année à Marseille, à l'Université Saint Charles, du 25 au 28 août. Si vous prévoyez un séjour en France, c'est une expérience militante d'une grande qualité que nous recommandons chaleureusement à tous nos membres et sympathisantEs ! Renseignements : https://universite.attac.org/

Categories: Attac Planet

Partenariat transpacifique (PTP) : 75% de la population maintenue dans l'ignorance, selon un sondage

Thu, 18/06/2015 - 02:56

Pour diffusion immédiate

(OTTAWA et MONTRÉAL, 17 juin 2015) – Selon un nouveau sondage, trois CanadienNEs sur quatre ignorent complètement que le gouvernement fédéral négocie un accord de libre-échange majeur, connu sous le nom de Partenariat transpacifique (PTP), qui aura d'importantes répercussions pour le Canada.

Mené par le Environics Research Group pour le compte du Réseau pour un commerce juste (RCJ) en alliance avec le Réseau québécois sur l'Intégration continentale(RQIC), le sondage dévoile que 75% des répondantEs n'ont jamais entendu parlé du PTP, un accord international négocié avec onze autres pays côtiers du Pacifique et qui couvrirait plus du tiers du commerce mondial.

Le sondage révèle aussi que :

- Soixante-quinze pour cent des personnes interrogées sont inquiètes ou très inquiètes que les négociations de l'accord se tiennent dans le secret sans que la voix des parlementaires, de dirigeantEs syndicaux, d'environnementalistes ou d'autres experts de la société civile, ne puisse être entendue.

- Quatre-ving-trois pour cent des répondantEs sont inquiets ou très inquiets que l'accord puisse inclure des dispositions qui permettent aux entreprises multinationales de poursuivre les gouvernements au Canada devant des tribunaux spéciaux de commerce international –et non pas devant nos propres cours de justice– si elles estiment que des lois et règlements en matière de travail, d'environnement, de santé, ou d'autres normes dans une variété de domaines, contreviennent aux termes du PTP et entrainent des pertes de profits.

- Quarante-sept pour cent des personnes interrogées sont d'avis qu'il est probable que le Canada perde des emplois avec le PTP, du fait que les compagnies canadiennes auraient le loisir de délocaliser leurs activités manufacturières et d'autres emplois vers des pays où les salaires sont beaucoup plus faibles, comme au Vietnam où le salaire horaire moyen est de 65 cents. Seulement cinq pour cent croient que l'accord créera des emplois au Canada, tandis que quarante-six pour cent ont dit ne pas disposer de l'information nécessaire pour répondre.

Le sondage réalisé auprès de 1,002 Canadiennes et Canadiens a été commandé par le Réseau pour un Commerce juste en alliance avec le RQIC, deux larges coalitions au pays qui regroupent des organisations sociales du monde syndical, environnemental, étudiant, des groupes de femmes et de défense des droits, qui s'inquiètent du secret et des dispositions anti-démocratiques des négociations internationales de libre-échange.

Le porte-parole du RCJ, Martin O'Hanlon, affirme que tout le processus entourant la négociation du PTP est « profondément troublant ».

« La majorité des Canadiens et Canadiennes n'ont aucune idée que cet accord est négocié en secret sous la gouverne de multinationales, sans que ne soient consultés les dirigeantEs syndicaux, les experts environnementaux ou même les éluEs au Parlement », a affirmé monsieur O'Hanlon. « C'est effrayant que cela puisse survenir dans une démocratie. »

« L'un des points les plus dérangeants à propos du PTP est le fait que les multinationales auraient le pouvoir d'outrepasser la souveraineté canadienne et d'engager des poursuites contre notre gouvernement devant des tribunaux commerciaux secrets », s'est indigné le porte-parole du RCJ. « Qui d'autres possède un tel pouvoir de se soustraire de notre système de justice ? » s'interroge O'Hanlon. « Personne ! Dans les faits, les dispositions du PTP placent les grandes entreprises carrément au-dessus de la loi ! »

Le PTP touche de larges pans de nos politiques publiques : règlementation, ouverture de nouveaux secteurs de services à l'investissement étranger, agriculture et système de gestion de l'offre, droits de propriété intellectuelle et coût des médicaments, gestion des données confidentielles, culture. « Tout est sur la table des négociations. Le PTP est un accord de nouvelle génération qui va bien au-delà des enjeux du commerce et de la réduction de tarifs », a alerté Pierre-Yves Serinet, coordonnateur du Réseau québécois sur l'intégration continentale. « Le PTP est une genre de charte de droits pour les multinationales qui leur accorde des pouvoirs démesurés aux dépens de la capacité à gouverner pour l'intérêt public », a dénoncé le porte-parole du RQIC.

O'Hanlon souligne également que l'accord entraînera la perte de milliers d'emplois au Canada, étant donné que les fabricants manufacturiers et dans d'autres domaines vont déménager au Vietnam où la main d'œuvre est bon marché. « Comment pouvez-vous avoir un accord commercial équitable avec des pays comme le Vietnam qui paie ses travailleurs et travailleuses 65 cents de l'heure et ne compte pas de réglementation véritable en matière de santé, de sécurité, de main d'œuvre ou d'environnement ? », s'inquiète le porte-parole du RCJ. « Il est grand temps de briser le déficit démocratique et qu'un débat public large et informé se tienne au Canada », a quant à lui conclu M. Serinet.

Le sondage téléphonique a été réalisé du 3 au 12 juin 2015 auprès de 1002 répondants, avec une marge d'erreur de 3,2 % et ce, 19 fois sur 20.

Les réseaux profitent de l'occasion pour diffuser largement un feuillet d'information sur le PTP préparé par le Centre canadien de politiques alternatives, disponible en pièce jointe ainsi que sur policyalternatives.ca.
Les réseaux sont présents sur les médias sociaux, @TradeJusticeNet et @RQICcoalition ainsi que sur Facebook.

- 30-

Renseignements :
En français : Pierre-Yves Serinet, RQIC, 514-276-1075
En anglais : Martin O'Hanlon, CWA / Trade Justice Network, (613) 867-5090
Bill Gillespie, CWA / Trade Justice Network, (647) 786-4332

Téléchargez le feuillet d'information « Le PTP et le Canada »

Categories: Attac Planet

Les OSBL ne sont pas des lobbies !

Tue, 16/06/2015 - 00:57

Comme tous les OSBL participant à la campagne « mon OSBL n'est pas un lobby », ATTAC-Québec est très préoccupé par le projet de loi 56 qui vient d'être proposé et qui aura de graves conséquences sur tous les OSBL s'il est adopté. Nous invitons tous nos membres et sympathisantEs à signer sans tarder cette pétition sur le site de l'Assemblée nationale. Un format à signer sur papier est aussi disponible sur http://bit.ly/1HbQAXb. Partagez aussi très largement les 4 images de la campagne. Pour plus de détails et pour les télécharger : http://bit.ly/1GzFKHN

Categories: Attac Planet

Des accords de libre-échange qui font peur

Tue, 16/06/2015 - 00:36

Andrée-Marie Dussault a interviewé, entre autres, Claude Vaillancourt d'ATTAC-Québec pour cet article paru dans La Gazette des femmes le 10 juin 2015.

Categories: Attac Planet

L'économie toxique (M éditeur)

Mon, 15/06/2015 - 01:00

Après Sortir de l'économie du désastre, voici L'économie toxique, le nouveau livre du Réseau pour un discours alternatif sur l'économie, coordonné par l'économiste Bernard Élie et Claude Vaillancourt, président d'ATTAC-Québec.

Pour quelle raison fabrique-t-on des produits conçus pour ne pas durer ? Pourquoi spécule-t-on sur des produits aussi indispensables que la nourriture ? Comment expliquer que des milliards de dollars échappent à l'impôt grâce aux paradis fiscaux alors que nous n'arrivons plus à financer des services publics de qualité ? Pourquoi investit-on encore massivement dans des ressources naturelles très polluantes et non renouvelables alors que l'environnement se dégrade rapidement ?

Par des textes courts, clairs et accessibles, les auteures examinent les choix économiques foncièrement nocifs des élites et de leurs gouvernements et indiquent par quoi il faut les remplacer. Or, l'enseignement d'une pensée unique dans les départements d'économie et l'activité sans relâche des lobbyistes au service des grandes entreprises expliquent en partie l'adhésion à de telles politiques économiques. Qui gagne d'un système qui accentue dramatiquement les inégalités et détruit l'écosystème ?

Dans le même esprit que le livre précédemment publié – Sortir de l'économie du désastre. Austérité, inégalités, résistances –, les auteur-e-s du présent ouvrage cherchent à démystifier l'économie pour la rendre accessible au plus grand nombre et à démonter ses pièges liés à la quête de profits immédiats. Ce qu'il faut assainir avant tout, c'est une vision bien-pensante d'une économie qui ne mesure pas sa toxicité.

SOMMAIRE

• Introduction, Bernard Élie et Claude Vaillancourt

• La pensée unique dans l'enseignement de l'économie à l'université, Sylvie Morel

• Spéculation : son morcellement et ses effets, Caroline Joly et Éric Pineault

• La création monétaire par les banques privées : un rôle trop important, Bernard Élie

• Le recours aux paradis fiscaux, Claude Vaillancourt

• Les lobbies au pouvoir, Alain Deneault

• Énergies fossiles – extraire ou ne pas extraire ?, Dominique Bernier

• L'étalement urbain/l'urbanisme déréglementé, Anne Latendresse

• La montée des inégalités de revenus, Pierre Beaulne

• Pour mieux comprendre l'obsolescence programmée, Union des consommateurs

• Les mirages de la croissance, Yves-Marie Abraham

LES COORDONNATEURS Bernard Élie (économiste–Économie autrement) et Claude Vaillancourt (Attac-Québec) sont membres du Réseau pour un discours alternatif sur l'économie qui regroupe ATTAC- Québec, Centre de formation populaire, Centre justice et foi, Centre Saint-Pierre, Conseil central du Montréal métropolitain (CSN), Conseil régional FTQ du Montréal métropolitain, Économie autrement, Les amis du Monde diplomatique, Relais-femmes, Vie économique.

m.editeur@editionsm.info
www.editionsm.info/

Personne ressource : Richard Poulin

Categories: Attac Planet

Atelier sur le capitalisme vert à l'Université populaire des Nouveaux cahiers du socialisme

Wed, 10/06/2015 - 00:18

ATTAC-Québec compte à nouveau parmi les partenaires de l'Université populaire des Nouveaux cahiers du socialisme, qui se déroulera cette année sur le thème « Repenser l'émancipation ». Nous y proposerons un atelier sur le capitalisme vert, donné par Dominique Bernier le samedi 22 août à 9 h.

Dominique se définit comme militante écologiste et altermondialiste. Elle se préoccupe des impacts de la mondialisation et de la financiarisation de l'économie sur l'environnement et la société. Elle est assistante à la coordination à la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, après avoir agi récemment à titre de conseillère en éducation pour un avenir viable à la Centrale des syndicats du Québec. Pendant plusieurs années, elle a été responsable des dossiers liés à l'agriculture, à l'alimentation, à l'économie et à la mondialisation aux AmiEs de la Terre de Québec. Elle milite au sein d'ATTAC-Québec dont elle est membre du conseil d'administration.

Quand : Atelier le 22 août à 9 h, l'université se déroule du 20 au 23 août 2015
: UQAM, Montréal
Inscriptions, programme et horaire : http://www.cahiersdusocialisme.org/

Categories: Attac Planet

Conférence publique « Le piège de l'austérité » à Ahuntsic

Tue, 09/06/2015 - 01:30

Par Claude Vaillancourt d'ATTAC-Québec, suivie d'une discussion sur les moyens de résister aux mesures d'austérité. La conférence est gratuite et s'adresse au grand public : nul besoin d'être expert en économie pour comprendre ce piège et cette fraude qu'est l'austérité !

Le jeudi 18 juin à 19 h 30 au Cégep Marie-Victorin
Local E-310 (7000, Marie-Victorin, autobus 69 est, stationnement gratuit dans les rues autour ou payant au cégep)

Activité organisée par le Collectif Ahuntsic Montréal-Nord unis contre l'austérité. Partagez l'événement Facebook

Categories: Attac Planet

Lettre ouverte « Le libre-échange sans la démocratie » publiée entre autres dans Le Soleil

Sat, 06/06/2015 - 22:14

« On reproche souvent aux accords de libre-échange de se préoccuper peu de démocratie. Le gouvernement du Québec vient alimenter cette critique en soumettant pour approbation à l'Assemblée nationale pas moins de sept ententes commerciales à la suite d'un débat d'à peine deux heures pour chacun. » Lire la suite de cette lettre ouverte de Claude Vaillancourt, président d'ATTAC-Québec, publiée dans le quotidien Le Soleil à Québec le 8 juin et aussi dans le Huffington Post Québec, Presse-toi à gauche et L'aut'journal.

Categories: Attac Planet

« Des solutions à l'austérité », lettre ouverte de 15 économistes, publiée dans Le Soleil aussi

Fri, 05/06/2015 - 15:07

Signée par 15 économistes et chercheurs/chercheuses dans le domaine dont Roger Lanoue, membre du CA d'ATTAC-Québec, cette lettre ouverte a été publiée entre autres dans le quotidien Le Soleil le 5 juin (version en ligne) et auparavant Journal de Montréal, le Journal de Québec, Ricochet, Presse-toi à gauche et L'Aut'journal

.

Le 1er mai dernier, à l'occasion de la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs, on a vu une mobilisation exceptionnelle partout au Québec alors que plus de 850 organismes étaient en grève sociale et que des milliers de personnes protestaient contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard. Ces mesures – aucunement annoncées lors de la campagne électorale – sont vues par plusieurs personnes comme étant d'autant plus injustes et inacceptables que de multiples solutions viables restent ignorées et écartées par le gouvernement.

Parmi les pistes de solutions intéressantes, celles de la campagne 10 milliards de solutions de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, qui regroupe 80 groupes sociaux, méritent plus d'attention. Si, en tant qu'économistes ou chercheurs et chercheuses s'intéressant à l'économie et à la fiscalité, nous pouvons évaluer de manière différente l'ensemble de ces mesures, plusieurs d'entre elles recueillent notre appui car elles sont sensées et cohérentes avec l'idée que nous nous faisons de la justice sociale. Sauf à vouloir une « prospérité » créée sur fond de montée des inégalités, source de conflits sociaux, le gouvernement devrait se montrer plus ouvert à ces propositions.

À nos yeux, l'austérité s'appuyant sur la prémisse selon laquelle le Québec vivrait au-dessus de ses moyens est contestable. L'un des problèmes majeurs est plutôt que le gouvernement se prive volontairement de ressources financières. Il refuse, entre autres, de rétablir une meilleure progressivité de l'impôt sur le revenu. Il refuse aussi de rétablir la taxe sur le capital des banques, qui a pourtant existé de 1947 jusqu'à son abolition par le gouvernement Charest. Ainsi, le 1er mai, plusieurs actions de protestation pacifiques ont ciblé des institutions financières, accusées de ne pas faire leur juste part, pendant que des personnes salariées à temps plein gagnant le salaire minimum peinent à joindre les deux bouts en plus de voir prix et tarifs augmenter sans cesse.

Le gouvernement est également prêt à accorder de nouvelles baisses d'impôt aux entreprises. Or, de récentes études permettent sérieusement de douter que cela contribue à stimuler l'économie, ayant démontré que des centaines de milliards de dollars s'accumulent plutôt dans les comptes des entreprises non financières, sans créer de l'emploi, comme on le prétend.

Dans la même veine, va-t-on longtemps continuer à juger légaux de soi-disant
« investissements étrangers » dans les paradis fiscaux ainsi que des stratagèmes de planification abusive qui ne visent qu'à échapper au fisc ? Certes Revenu Québec fait de réels efforts de lutte à l'évasion fiscale, mais il faut faire encore plus. La Commission parlementaire sur le recours aux paradis fiscaux disposera-t-elle d'un véritable mandat pour faire des recommandations sérieuses, non seulement concernant la fraude criminelle, mais bien l'évasion fiscale légalisée qui se pratique à grande échelle ? On le souhaite puisque cela prive l'État d'importants revenus.

C'est un déficit éthique et démocratique majeur qui conduit des milliers de personnes à « refuser l'austérité ». La vraie question à nos yeux n'est pas seulement celle de l'équilibre budgétaire – pour lequel bien des solutions existent –, mais celle d'une « révolution tarifaire » qui, combinée à d'autres mesures législatives et commerciales, pave la voie à la privatisation croissante de nos services publics. Est-ce là un choix intéressant sur le plan économique et social pour le Québec, un choix fait collectivement et démocratiquement ? Il est clair que d'autres grilles de lecture de l'économie entraîneraient des solutions différentes de celles que le gouvernement propose. À quand donc un véritable débat de société sur l'ensemble des options qui s'offrent à nous en matière de fiscalité ? Bien des jours de l'année se transformeront en 1er mai si le débat démocratique qui s'impose à ce sujet au Québec persiste à être nié.

Yves-Marie Abraham, professeur agrégé, HEC
Erik Bouchard-Boulianne, économiste, CSQ
Bernard Élie, économiste
Louis Gill, économiste
Pierre-Antoine Harvey, économiste, CSQ
Roger Lanoue, économiste
Marc Lavoie, économiste, Université d'Ottawa
François L'Italien, sociologue, Université Laval et IRÉC
Michel Lizée, économiste
Sylvie Morel, économiste, Université Laval
Éric Pineault, économiste, sociologue, UQAM et IRIS
Ruth Rose, économiste, UQAM
Cécile Sabourin, économiste
Gabriel Sainte-Marie, économiste, Cégep de Joliette et IRÉC
Pierre-Guy Sylvestre, économiste, SCFP

Categories: Attac Planet

Sept accords de libre-échange adoptés en rafale à Québec : honteux !

Thu, 04/06/2015 - 20:31

Pour diffusion immédiate

ATTAC-Québec juge honteuse l'adoption de manière précipitée de plusieurs accords de commerce par l'Assemblée nationale du Québec ces derniers jours. Sept accords de libre-échange, dont plusieurs ont été signés par le Canada il y a quelques années, ont été approuvés à la sauvette, sans débats dignes de ce nom.

« Le “débat” sur un accord aussi controversé que l'Accord de libre-échange entre le Canada et la Colombie, par exemple, a duré une trentaine de minutes, celui avec le Panama, moins que ça », dénonce Claude Vaillancourt, président d'ATTAC-Québec. « Cela inclut à chaque fois du temps pris par la ministre libérale, Christine Saint-Pierre, pour répéter les mêmes considérations vertueuses sur le libre-échange. Or, la loi sur le ministère des Relations internationales, adoptée en 2002, prévoit deux heures de débat, ce qui est déjà trop peu. »

ATTAC-Québec rappelle que les procédures d'approbation des traités commerciaux, déjà très insuffisantes, mais qui existent tant au gouvernement fédéral qu'à celui du Québec, sont le fruit des luttes menées pour remédier à un grave manque de transparence démocratique qui persiste dans ce domaine. De les voir utilisées avec autant de désinvolture par le gouvernement Couillard est carrément méprisant, envers les parlementaires et envers les populations des pays concernés qui sont affectées par ces traités.

Avec un mépris plus grand encore, le gouvernement canadien n'avait, pour sa part, même pas daigné attendre le rapport du Comité permanent du commerce international concernant l'accord avec la Colombie, avant de le signer. Il tentait ainsi de passer outre le fort mouvement d'opposition qui a fait connaître le fait que cet accord avec un pays présentant un des pires bilans en matière de droits humains et de droits des travailleurs vise essentiellement à servir les intérêts des compagnies minières canadiennes et de leurs actionnaires, au détriment des populations locales et de l'environnement.

Le débat sur l'Accord de libre-échange avec le Honduras a duré quant à lui 20 minutes. Pourtant, cet accord, comme les autres, pose sa part de problèmes : inégalités flagrantes entre le Canada et ce pays victime d'une grande pauvreté ; coup d'État qui a renversé un gouvernement démocratiquement élu ; corruption généralisée ; exploitation des travailleurs et des travailleuses dans des ateliers de misère ; exploitation minière dommageable pour l'environnement et pour les communauté locales de la part de compagnies canadiennes. Est-il possible dans des relations tellement asymétriques, comme c'est le cas dans plusieurs des accords concernés, dans laquelle les populations sont négligées, que le « libre-échange » soit aussi bénéfique qu'on le prétend ?

On aurait pu aussi débattre davantage de la pertinence de signer des accords avec un paradis fiscal lié au narcotrafic comme le Panama, ou un pays non-démocratique qui permet l'existence d'ateliers de misère comme la Jordanie. Mais la seule motivation qui semble avoir guidé les “débats” est une foi aveugle envers le libre-échange, une foi si puissante qu'elle permet d'éviter de s'informer sur les réelles conséquences de ces accords et de les approuver sans s'appuyer sur des études ou des analyses pertinentes.

Personne n'est dupe, plusieurs de ces accords sont déjà en vigueur et le Québec ne va pas les bloquer. Mais il est désolant de voir que nos parlementaires n'ont même pas eu la volonté d'en débattre sérieusement, au moins dans le temps prescrit par la loi, et d'exprimer des réserves qui s'imposaient. Seuls le Parti québécois et Québec solidaire ont soulevé les enjeux de droits humains qui s'imposaient.

« L'approbation de ces sept accords de libre-échange a donc montré une fois de plus à quel point notre gouvernement se soumet sans la moindre réserve à des politiques adoptées par le gouvernement fédéral conservateur. Elle a surtout été une insulte de plus à la démocratie » affirme Claude Vaillancourt.

Fondée en 1998 en France, ATTAC, l'Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l'Action Citoyenne, est une association citoyenne non partisane présente dans 40 pays. Depuis 2000, ATTAC-Québec s'applique à faire connaître les enjeux qui accompagnent la mondialisation financière. Elle milite en faveur de la justice fiscale et contre les accords de libre-échange pour revendiquer le droit démocratique des peuples à défendre le bien commun. L'association fait partie, entre autres, du Réseau québécois sur l'intégration continentale (RQIC), de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, du collectif Échec aux paradis fiscaux et de la Coalition Eau Secours.

30-
Source : ATTAC-Québec, (514) 576-1355 cell.
quebec@attac.org
Twitter :https://twitter.com/ATTACQuebec
www.quebec.attac.org
Facebook : http://www.facebook.com/ATTAC.Quebec

Mémoire d'ATTAC-Québec sur l'Accord de libre-échange entre le Canada et la République du Panama, décembre 2010
Lettre ouverte, « Accord de libre-échange entre le Canada et le Panama - S'acoquiner avec le paradis du narcotrafic », Le Devoir, 22 décembre 2010

Categories: Attac Planet