Skip navigation

News from Attac France

Syndicate content Attac France
Attac s'engage pour la justice sociale et environnementale et mène des actions contre le pouvoir de la finance et des multinationales. Mouvement d'éducation populaire, l'association produit analyses et expertises, organise des conférences, des réunions publiques, participe à des manifestations… Attac est présente dans une cinquantaine de pays ; Attac France compte près de 10 000 membres et plus de 100 comités locaux.
Updated: 9 weeks 5 days ago

Pour la justice climatique, stratégies en mouvement

Tue, 28/09/2021 - 14:18

Face au chaos et à l'urgence climatique, la mobilisation est plus que nécessaire, elle est impérieuse.
La crise climatique révèle des inégalités sociales profondes face au dérèglement, souligne l'absurdité du système capitaliste dans un monde aux ressources limitées et appelle à la structuration de nouvelles formes de lutte pour la justice climatique.

Le livre est disponible à la commande dans notre boutique ci-dessous.
Envoi à partir de la date de sortie le 6 octobre.

De nombreux mouvements ont vu le jour pour tenter d'apporter des réponses à cette crise mondiale, environnementale et sociale. De l'évolution de ces mobilisations protéiformes peuvent être tirés des enseignements pour accompagner le développement d'une véritable justice climatique libérée des forces politiques dominantes dont l'(in)action devient toujours plus criminelle.

Pour faire advenir plus qu'une transition saupoudrée de vert, il faut valoriser le foisonnement et la diversité des initiatives, construire un ensemble de mobilisations qui articulent résistances, non-coopération et construction d'alternatives. Une société basée sur l'égalité, la justice sociale et climatique peut, et doit, voir le jour, à condition d'être portée par un mouvement collectif, qui cultive l'engagement, la solidarité et le soin.

Cet ouvrage a été rédigé et coordonné par Vincent Gay et Nicolas Haeringer.

Categories: Attac Planet

Projet de loi de finances 2022 : le trompe-l'œil du gouvernement sur son bilan

Fri, 24/09/2021 - 09:48

Si le PLF 2022 ne comporte pas de mesure fiscale d'ampleur, il traduit la volonté du gouvernement de poursuivre sur sa lancée, celle de l'injustice fiscale. Aucune correction n'est apportée à sa politique fiscale et ce, malgré la crise qui a notamment nourri une hausse de la dette publique. Celle-ci doit être remboursée pour le gouvernement, qui d'une part, refuse de procéder à une réforme fiscale et veut graver dans le marbre ses choix injustes, coûteux et inefficaces et, d'autre part, veut poursuivre sur la voie du repli des droits sociaux (à l'instar de la réforme de l'assurance chômage) et du service public. Tout ce qu'il ne faut pas faire…

Le gouvernement profite de la présentation de son budget pour vanter les mesures fiscales du quinquennat en mettant en avant quelques « profils » de ménages qui en auraient bénéficié avec pour cible les « classes moyennes ». Mais il omet dans sa communication les grands gagnants de ses choix. Son bilan fiscal est pourtant éloquent.

Riches, entreprises : 3 mesures fortes en faveur de la « finance » dès le début du quinquennat

La baisse de l'impôt sur les sociétés (IS), le taux nominal étant passé de 33,3 % en 2017 pour atteindre 25 % en 2022, a été évalué à 11 milliards d'euros. Ce qui a permis de distribuer plus de dividendes aux actionnaires ou de permettre à ceux-ci de dégager des plus-values plus importantes, ce qui ne profite qu'à une minorité de foyers détenteurs d'un portefeuille boursier.

Les données du second rapport du comité d'évaluation des réformes de la fiscalité du capital est particulièrement clair. La fin de l'ISF, dont le remplacement par l'impôt sur la fortune immobilière a coûté environ 3,8 milliards d'euros à l'État, a bénéficié aux 358.000 foyers redevables de l'ISF, soit des contribuables aisés. Quant à la mise en place du prélèvement forfaitaire unique (PFU), elle a été concentrée elle aussi sur les plus riches. Ces mesures ont eu pour conséquence une hausse des distributions de dividendes de 62 % : 97 % de ce montant, soit 22,6 milliards, ont été perçus par 1,7 % des foyers fiscaux. Elles n'ont eu aucun effet significatif sur l'investissement des entreprises. L'argent n'a pas ruisselé ou plutôt, il a ruisselé vers le haut.

Des mesures pour les entreprises

La transformation du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en allègement de cotisations sociales a pérennisé le coût d'un dispositif jugé peu efficace en matière de créations d'emplois par le comité de suivi du CICE pour un coût d'environ 20 milliards d'euros par an. La baisse des impôts de production coûtera 10 milliards d'euros par an. Précisons que la baisse de la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) ne profite pas aux plus petites entreprises, qui en sont exonérées et qu'elle pèsera sur les finances des collectivités locales.

Des mesures favorables aux ménages ?

La suppression de la taxe d'habitation n'a pas bénéficié aux 15,5 % des foyers les plus pauvres qui en étaient exonérés. Les classes moyennes en ont bénéficié, tout comme les plus riches. Là aussi, des interrogations demeurent sur la « compensation » de cette baisse, les collectivités pouvant être incitées à augmenter d'autres prélèvements (taxe foncière, taxe d'aménagement, taxe d'enlèvement des ordures ménagères…).

La baisse de l'impôt sur le revenu n'aura pas profité à plus de la moitié des foyers fiscaux dont le revenu n'est pas assez élevé pour qu'ils soient imposables. Son coût de 5,4 milliards d'euros a été réparti entre près de 17 millions de foyers fiscaux. Cette mesure présente un coût similaire à celui dont ont bénéficié les bénéficiaires de la suppression de l'ISF et de la création du PFU, soit quelques centaines de milliers de personnes très aisées.

Bref, les budgets adoptés durant le quinquennat Macron ont aggravé l'injustice fiscale en profitant aux ménages les plus aisés et aux plus grandes entreprises.

Retrouvez tous les articles sur le site de l'observatoire : https://obs-justice-fiscale.attac.org/

Categories: Attac Planet

Vingt-neuvième numéro des Possibles, la revue éditée à l'initiative du Conseil scientifique d'Attac

Thu, 23/09/2021 - 18:18

Le vingt-neuvième numéro de la revue trimestrielle Les Possibles, éditée à l'initiative du Conseil scientifique d'Attac, est disponible. Retrouvez ci-dessous le sommaire de ce numéro et inscrivez-vous pour recevoir la revue.

Retrouvez le sommaire de ce vingt-neuvième numéro.

Les précédents numéro sont disponibles en ligne Numéro 1 ; Numéro 2 ; Numéro 3 ; Numéro 4 ; Numéro 5 ; Numéro 6 ; Numéro 7 ; Numéro 8 ; Numéro 9 ; Numéro 10, Numéro 11, Numéro 12, Numéro 13, Numéro 14 ; Numéro 15 ; Numéro 16 ; Numéro 17 ; Numéro 18 ; Numéro 19 ; Numéro 20 ; Numéro 21 ; Numéro 22 ; Numéro 23 ; Numéro 24 ; Numéro 25 ; Numéro 26 ; Numéro 27 ; Numéro 28.

Introduction : Un été meurtrier… pour « le meilleur des mondes » (Jean-Marie Harribey)

Lire la suite

À Jean Tosti (Jean-Marie Harribey )

Lire la suite

Dossier : L'Energie dans la transition écologique Pour une histoire des symbioses énergétiques et matérielles (Jean-Baptiste Fressoz)

Avec l'urgence climatique, l'expression « transition énergétique » a acquis un tel prestige que les historiens en sont venus à l'employer pour décrire toutes sortes de processus, y compris ceux qui furent, à rigoureusement parler, des additions énergétiques. Le problème de la « transition énergétique » est qu'elle projette un passé qui n'existe pas sur un futur pour le moins fantomatique. Cet article propose une nouvelle façon d'aborder l'histoire de l'énergie en tant que dynamique d'accumulation symbiotique.

Lire la suite

De l'évolution des émissions de gaz à effet de serre en temps de libéralisme mondialisé (Pierre Masnière)

« Y a quelque chose qui cloche là-dedans, j'y retourne immédiatement » (Boris Vian).

La croissance industrielle a été réalisée à partir d'une extraction /consommation croissante de charbon dans un premier temps, de dérivés du pétrole ensuite, utilisés comme combustible pour de multiples usages et dans le développement de l'industrie chimique ; la consommation de gaz naturel puis la combustion de biomasse dans des centrales produisant chaleur et électricité accompagnent le tout depuis les années 1950-60. Il s'en est suivi un accroissement d'émissions anthropiques de CO2.

Lire la suite

Trois regards pour une transition (Jacques Rigaudiat)

De tous les scénarios existants de transition écologique appliquée à l'énergie électrique concernant la France, le scénario négaWatt est sans aucun doute le plus connu et le plus populaire auprès du public militant. Pour autant, il n'est pas seul. Il en va en particulier de ceux de l'Ademe, qui, depuis la publication en 2014 de la première étude d'ensemble « Vers un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 », s'inscrivent eux aussi dans une continuité. Enfin, tout récemment, un travail d'optimisation conduit au Cired est venu compléter les images qui peuvent être données de la transition électrique appliquée au mix français. Ils seront nos références.

Lire la suite

La nécessité d'un service public de l'énergie sous contrôle citoyen (Anne Debregeas)

La crise climatique sans précédent que nous connaissons nous impose de revoir en profondeur nos modes de vie ainsi que l'ensemble de notre modèle de développement. À l'échelle mondiale, l'accord de Paris fixe un objectif de neutralité carbone en 2050 qui implique une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi qu'une compensation des émissions résiduelles par des puits de carbone (forêts, océans, techniques de restauration du climat, et de capture et stockage du carbone).

Lire la suite

L'évolution du système électrique de l'UE : les majors en mode transition « raisonnée » (Pierre Masnière)

Le texte s'appuie généralement sur une compilation de données issues tant des statistiques annuelles de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) depuis le début des années 2000 que des rapports annuels d'activité des compagnies (annual reports), destinés avant tout aux actionnaires, mais, en fouillant bien, riches d'informations chiffrées concernant les activités de production, distribution et commercialisation en Europe et à l'« international ».

Lire la suite

Les centrales photovoltaïques menacent-elles la forêt ? (Isabelle Bourboulon)

Raser des forêts qui sont des puits de carbone pour y installer des parcs photovoltaïques, c'est un des paradoxes de la transition énergétique à l'œuvre. Les opérateurs de la filière à la recherche d'espaces disponibles investissent en effet les départements ruraux du sud de la France. Enquête dans les Alpes de Haute-Provence, les Hautes-Alpes et la Drôme.

Lire la suite

Produire de l'énergie renouvelable citoyenne n'est pas une sinécure (Laurence Boubet)

Ma prise de conscience de l'enjeu du dérèglement climatique a commencé dans les mois qui ont précédé la COP 15 en 2009 à Copenhague. La déception qui s'en est suivie m'a poussée à approfondir mes connaissances sur les questions énergétiques, parallèlement à mon engagement à Attac Mâcon et à réfléchir aux possibilités d'actions locales. En décembre 2012, j'ai créé avec des ami.es militant.es une association, l'APERL (association pour la production d'énergies renouvelables locales et citoyennes dans le Mâconnais), inspirée par les exemples de coopératives de production d'énergie en France et également ceux vus en Allemagne lors de l'université d'été européenne de Fribourg en 2011.

Lire la suite

Le bitcoin, un instrument spéculatif énergivore (Jean-Michel Servet)

Dans le contexte de la crise de 2008-2009, l'avènement du bitcoin (Raymond, 2018) a pu séduire parce qu'il est produit et régi avec un logiciel libre (Lakomski-Laguerre, 2020, Rolland, Slim, 2017). Il est supposé donner le pouvoir à ses utilisateurs grâce à sa gestion par une technologie plutôt qu'à une puissance centralisée (État et Banque centrale d'une part, banques commerciales de l'autre)

Lire la suite

Énergie : pour un service public des usagers et des salariés (Jacqueline Balvet, Gilles Sabatier)

Le gouvernement s'emploie à dépecer EDF sous pression de la Commission européenne qui exige la mise en concurrence de la totalité de la production électrique. EDF va devoir abandonner son monopole sur la vente de sa production, un monopole déjà bien écorché en 2000, puis en 2008, par la scission en trois branches : production, transport et réseau de distribution, puis en 2011, par une partie de sa production mise à disposition de la concurrence (dispositif ARENH).

Lire la suite

Pour une réelle transition énergétique : Décroître vers la suffisance énergétique (Jacqueline Balvet)

« Passage d'un état à un autre, en général lent et graduel », c'est ainsi que Larousse définit la transition. Or, quand on parle de transition énergétique, il suffit de se replonger un peu dans l'histoire et l'évolution des sources d'énergie utilisées par l'homme pour voir que ce mot s'emploie trop souvent à contresens.

Lire la suite

Débats La réduction des inégalités salariales dans une visée sociale-écologique radicale (Patrice Grevet)

Résumé. Une note en trois points : six raisons de réduire les inégalités salariales dans une visée sociale-écologique radicale, quelques repères quantitatifs sur la hausse du Smic et son financement, les politiques publiques et les gestions d'entreprise réduisant les inégalités salariales.

Lire la suite

La contribution de la femme à la construction d'un État de droit : le cas de la Côte d'Ivoire (Marie N'Guettia)

En Afrique, de façon générale, les femmes vivent dans des conditions, déplorables liées à leur marginalisation et à leur faible pouvoir économique qui fait qu'elles dépendent pour la plupart de leur époux, conséquence du système patriarcal dans lequel elles vivent. Aussi, pour les femmes, surtout en milieu rural, les pesanteurs culturelles, voire les lois coutumières sont discriminatoires.

Lire la suite

Le capitalisme sans rival, à propos du dernier livre de Branko Milanovic (Gilles Rotillon)

Branko Milanovic est un économiste reconnu, ancien chef économiste à la Banque mondiale, (ce qui n'est pas nécessairement un titre propice à prendre ses analyses pour argent comptant), il s'est fait remarquer du grand public avec son livre Inégalités mondiales où il présente sa désormais fameuse courbe de l'éléphant, qui retrace l'évolution des niveaux de vie par fractiles de revenu et montre que les gagnants de la mondialisation sont les plus riches des riches. Il vient de publier un nouveau livre au titre un peu provocateur Le capitalisme sans rival, au moment où beaucoup parlent de la crise systémique où se serait enfoncé ce capitalisme que l'auteur trouve sans rival.

Lire la suite

Recension du livre de Philippe Marchesin : La politique française de coopération. Je t'aide, moi non plus (Adda Bekkouche)

L'ouvrage de Philippe Marchesin, que je présente avec plaisir ici, devrait faire date, non pas dans les médias et auprès des institutions officielles, mais auprès des chercheurs et acteurs critiques de la coopération pour le développement. Intitulé La politique française de coopération. Je t'aide, moi non plus, cet ouvrage fait le point sur la coopération française pour le développement et l'aide apportée par la France durant la Ve République. Le moment de cette publication est d'autant mieux choisi que, quelques mois après, le 4 août 2021, la « loi de programmation sur le développement solidaire et la lutte contre les inégalités mondiales » était promulguée – étonnante coïncidence !

Lire la suite

Commentaires de « En finir avec le capitalovirus, L'alternative est possible » de Jean-Marie Harribey (Plihon Dominique )

Les crises du capitalisme mondialisé se succèdent et s'enchaînent en ce premier quart du XXIe siècle, la crise sanitaire étant la plus récente, et sans doute pas la dernière, de cette série. En comprendre les ressorts profonds pour en sortir et bifurquer vers une société solidaire et écologique, telle est l'ambition de Jean-Marie Harribey dans son dernier ouvrage, En finir avec le capitalovirus, L'alternative est possible (Dunod, 2021).

Lire la suite

Discussion avec Dominique Plihon au sujet de mon En finir avec le capitalovirus (Jean-Marie Harribey )

Je remercie beaucoup Dominique Plihon d'avoir lu et commenté mon dernier livre En finir avec le capitalovirus, L'alternative est possible (Dunod, 2021). D'autant que les points positifs qu'il souligne font effectivement partie de ceux que j'ai voulu mettre en évidence : la crise est une crise multidimensionnelle du capitalisme, à la fois sociale et écologique, le facteur du coronavirus se greffant sur celle-ci ; les questions du travail, de la répartition des revenus, de la promotion des biens communs et de la (re)socialisation de la monnaie sont alors les pistes privilégiées pour bâtir une stratégie capable de nous faire sortir de la logique capitaliste.

Mais Dominique Plihon exprime aussi une « réserve » et une « frustration ». C'est sur celles-là que s'amorce une discussion ouverte par sa critique.

Lire la suite

Débat sur l'écosocialisme, Réponse à Claude Calame (Daniel Tanuro)

Le n° 26 de la revue Les Possibles comporte un article de Claude Calame intitulé « L'homme en société et ses relations techniques avec l'environnement : ni nature, ni Gaïa ». Dans ce texte, C. Calame cite mon ouvrage Trop tard pour être pessimistes, Écosocialisme ou effondrement (Textuel, 2020), dont il dit que les conclusions « se présentant comme écosocialistes » sont « d'autant plus décevantes » qu'elles sont tirées des « constats pertinents » de l'IGBP, du GIEC et de l'IPBES. Selon C. Calame, en effet, « toutes les mesures concrètes proposées » dans mon ouvrage « peuvent être réalisées dans le système économique et financier actuel ».

Lire la suite

À l'attention des lecteurs, note sur le statut de la revue Les Possibles

La revue Les Possibles a maintenant quatre ans d'âge et sa diffusion progresse régulièrement. Nous rappelons qu'elle fut créée à l'initiative du Conseil scientifique d'Attac pour être un lieu de débat théorique sur la nécessaire transformation de la société, aujourd'hui minée par le capitalisme néolibéral. Dès lors, ouverte à toutes les personnes qui s'inscrivent dans cette perspective, elle est indépendante de l'association Attac, le contenu des articles est de la responsabilité de leurs auteurs et n'engage pas l'association. La diversité des sujets, des auteurs et des disciplines témoigne de la volonté de garantir le pluralisme des idées. Le choix des thèmes et le respect des règles du débat scientifique et démocratique sont assurés par un comité éditorial dont la composition figure à la fin du sommaire.
Le comité éditorial

Adresse

Attac, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris

Directeur de la publication

Jean-Marie Harribey

Secrétariat de la rédaction

Isabelle Bourboulon, Edgard Deffaud, Jean-Marie Harribey, Esther Jeffers, Éric Le Gall, Christiane Marty, Pascal Paquin, Dominique Plihon, Jean Tosti

Responsables techniques

Edgard Deffaud, Serge Gardien, Éric Le Gall, Wilfried Maurin, Pascal Paquin, Rémi Sergé, Olivier Tétard, Valentin Drean

Comité éditorial

Sylvie Agard, Christophe Aguiton, Verveine Angeli, Paul Ariès, Geneviève Azam, Daniel Bachet, Jacques Berthelot, Catherine Bloch-London, Martine Boudet, Isabelle Bourboulon, Thierry Brugvin, Thierry Brun, Alain Caillé, Claude Calame, Christian Celdran, François Chesnais, Francoise Clement, Pierre Concialdi, Jacques Cossart, Annick Coupé, Thomas Coutrot, Christian Delarue, Vincent Drezet, Cédric Durand, Guillaume Duval, Mireille Fanon-Mendès-France, Daniel Faugeron, David Flacher, Fabrice Flipo, Pascal Franchet, Bernard Friot, Jean Gadrey, Susan George, Jérôme Gleizes, Gérard Gourguechon, André Grimaldi, Janette Habel, Nicolas Haeringer, Jean-Marie Harribey, Michel Husson, Esther Jeffers, Isaac Johsua, Pierre Khalfa, Serge Le Quéau, Frédéric Lemaire, Christiane Marty, Gus Massiah, Antoine Math, Dominique Méda, Georges Menahem, Pascal Paquin, René Passet, Évelyne Perrin, Dominique Plihon, Thierry Pouch, Daniel Rallet, Jean-Claude Salomon, Catherine Samary, Denis Sieffert, Vicky Skoumbi, Jean-Louis Sounes, Daniel Tanuro, Bruno Tinel, Michel Thomas, Jean Tosti, Éric Toussaint, Stéphanie Treillet, Aurélie Trouvé, Patrick Viveret

Contact avec la revue et soumission d'articles

Les propositions d'articles nouveaux ainsi que les contributions répondant à des textes publiés dans les numéros précédents de la revue doivent être adressées au secrétariat de la revue : revue-cs-secretariat@list.attac.org

La revue a noué un partenariat avec Mediapart à travers une « édition » créée sur ce site : http://blogs.mediapart.fr/edition/la-revue-du-conseil-scientifique-dattac. À chaque parution trimestrielle de la revue, un des articles sera mis en ligne sur Mediapart.

Categories: Attac Planet

Crise sanitaire : une autre politique est possible !

Wed, 22/09/2021 - 15:58

En début d'été Attac France et une vingtaine d'organisations lançaient une pétition « contre la loi sanitaire et les régressions sociales à venir » qui a collecté en juillet plus de 60 000 signatures. Ce texte fait le point sur la situation à la mi-septembre, et précise le positionnement d'Attac concernant la crise sanitaire et les décisions gouvernementales.

L'OMS l'affirme depuis des mois : la vaccination est le meilleur rempart contre les formes graves de la maladie, et les es mesures de limitation de pour limiter la circulation du virus doivent perdurer. Une réelle politique sanitaire repose sur la transparence, la diffusion des données scientifiques validées par le débat contradictoire entre chercheuses.eurs, et une réelle délibération démocratique pour déterminer les mesures à prendre. C'est tout le contraire que ce gouvernement fait depuis le début de la pandémie : décisions prise par un seul homme dans le secret d'un conseil de défense, informations erronées et contradictoires (souvenons nous des propos tenus par les membres du gouvernement sur l'inutilité des masques en début de crise !), manque de prise en compte des informations données par l'OMS mais mise en scène médiatique d'une rencontre avec D. Raoult, etc. Le président est donc très mal placé pour faire la leçon ; il a construit de la méfiance, affaibli la diffusion des informations scientifiques, et déligitimé la prise en charge collective et solidaire de la pandémie en valorisant le chacun pour soi ! C'est le sens que prend aujourd'hui ce pass sanitaire qui fait de la vaccination une question de choix personnel et non un enjeu de protection collective.

D'autre part, en refusant la levée des brevets , le gouvernement entretient la suspicion et permet aux laboratoires d'engranger des bénéfices exceptionnels sans résoudre pour autant la pandémie puisque les pays pauvres n'ont pas suffisamment accès à la vaccination.

Ce gouvernement a donc mis en place une série de mesures coercitives pour accélérer la vaccination au détriment d'une politique de santé collective et publique acceptée par tou·te·s. Ainsi, depuis le 6 septembre, certains·e s salarié·e s qui ne présentent pas de pass sanitaire peuvent être suspendu·e·s et privé·e·s de leur rémunération ; cette mesure risque de toucher davantage les travailleurs et travailleuses précaires. De plus, les départements les moins vaccinés sont aussi les départements les plus pauvres. Macron continue donc à cibler les pauvres tandis que les milliardaires poursuivent leur enrichissement indécent. Pour les soignant·es, l'obligation a été fixée au 15 septembre alors même que les conditions de travail continuent à se dégrader au sein de l'hôpital public.

Les conditions de mise en œuvre du pass sanitaire posent également des questions en matière de libertés publiques. Elles permettent d'exclure de certains emplois, transports et lieux des personnes dont la situation ne répond pas aux critères fixés par l'État. La CNIL souligne « le risque d'accoutumance et de banalisation de tels dispositifs, attentatoires à la vie privée, et de glissement, à l'avenir, et potentiellement pour d'autres considérations, vers une société où de tels contrôles deviendraient la norme et non l'exception »

En conséquence, Attac exige

  • le retrait de la loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire
  • un débat large et démocratique sur la politique sanitaire
  • la levée des brevets sur les vaccins permettant à l'ensemble des pays de les produire
  • une réelle politique sanitaire, basée sur la transparence et le débat démocratique
  • une large campagne permettant l'accès aux vaccins de tou.tes et tous dans notre pays
  • la création d'un pôle public du médicament et des moyens pérennes pour l'hôpital public
  • la relocalisation des productions de médicaments et vaccins essentiels
Categories: Attac Planet

[Tribune] Stop au greenwashing de nos livrets d'épargne !

Wed, 22/09/2021 - 13:33

Ce mercredi 22 septembre est présenté le projet de loi de finances pour 2022 en Conseil des Ministres. Cofondatrice de LITA.co, plateforme dédiée à l'investissement participatif et de l'application mobile RIFT permettant de mesurer l'impact carbone de l'épargne, Eva Sadoun lance aujourd'hui une pétition pour appeler à réallouer les 100 milliards d'euros du LDDS vers le financement de la transition écologique. Cet appel est déjà signé par Thibaut Ghirardi (2° Investing Initiative France), Marie Toussaint, eurodéputée écologiste, Cyril Dion, auteur, réalisateur et militant écologiste, Priscillia Ludosky, auteure de la pétition sur la taxe carbone, Léo Garnier, Directeur Général de Rift, Caroline Neyron, DG Mouvement Impact France, Magali Payen, fondatrice d'On est prêt, Camille Etienne, activiste pour la justice sociale et écologique, Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France.

Parmi les mesures de la loi « Climat et Résilience », adoptée le 22 août 2021, figure un durcissement des sanctions en cas de « greenwashing », désormais reconnu comme une pratique commerciale trompeuse. Et il existe un sujet méconnu mais qui constitue un cas d'école de greenwashing, qui a trompé au moins 24,2 millions de Français : le livret développement durable et solidaire (LDDS).

Les flux issus des LDDS ne sont majoritairement pas dirigés vers la transition écologique et sociale comme son nom l'indique : sur En cause ? Une réglementation très peu ambitieuse. Au total, ce sont 121,8 milliards d'euros qui ont été déposés sur les LDDS depuis 2007, dont 16 dans la transition énergétique et 21 dans les logements sociaux.. Notre constat est édifiant : si 100% des encours des LDDS étaient vraiment utiles à la transition environnementale et sociale, 84 milliards d'euros supplémentaires auraient pu être alloués à la transformation écologique de notre économie et 5 milliards de plus chaque année.

Pouvons-nous vraiment nous passer de ces sommes, à l'heure où, selon l'Institute for Climate Economics, il manque chaque année entre 10 et 40 milliards d'euros pour financer la transition énergétique française ? Pouvons-nous vraiment accepter cette situation dans un contexte où 74% des Français souhaitent que le changement climatique soit pris en compte en priorité dans leur épargne ?

Nous demandons et allons militer pour que 100% des fonds déposés sur les LDDS par les Français soient utiles à la transition écologique. Le projet de loi de finances pour 2022 qui sera présenté ce mercredi 22 septembre en Conseil des Ministres doit être l'occasion de mettre fin à cette situation aberrante. Nous n'oublions pas que Bruno Le Maire avait dit en 2017 que cette épargne devait « porter un engagement pour le climat ». Nous n'oublions pas non plus que la Convention citoyenne pour le climat avait intégré ce sujet dans ses 150 propositions, sans aucune réponse de la part du gouvernement jusqu'ici.

Aujourd'hui, la réglementation, que l'on retrouve dans le Code monétaire et financier (articles L. 221-5 et L.221-7 ainsi que l'arrêté du 10 juin 2020 appliquant ces dispositions), ne crée pour les banques que les obligations suivantes : 80% de prêts aux PME, 10% pour la transition écologique, 5% vers l'ESS. Côté Caisse des Dépôts, aucune obligation à proprement parler mais une annonce datant de 2017 promettant que les nouvelles sommes collectées seraient dirigées vers la transition écologique. Ce n'est pas suffisant.

Dans le cadre du projet de loi de finances, nous demandons donc une réécriture des articles concernés pour que 100% du LDDS soit utile à la transition. Il faudra ainsi que l'ensemble des nouveaux prêts et investissements réalisés sur les fonds issus du LDDS - 5 milliards en moyenne par an - soient dirigés par les banques et la Caisse des Dépôts vers des prêts verts et l'économie sociale et solidaire. Sur les 84 milliards d'euros de prêts et investissements déjà réalisés, il faut que les banques et la Caisse des Dépôts garantissent un respect par les structures financées des objectifs 1,5°C des Accords de Paris via une stratégie d'engagement avec les entreprises bénéficiant de ces placements, ainsi qu'en excluant les entreprises opérant dans les secteurs les plus controversés dès aujourd'hui. Il s'agira par exemple de s'appuyer sur les 10 principes du Pacte Mondial des Nations Unies, référentiel qui fait l'unanimité et qui prévoit l'exclusion des entreprises ne respectant pas certains principes relatifs aux droits humains, au travail des enfants, à la protection de l'environnement ou encore à la corruption. Cela pourra être fait sur les placements existants en définissant une trajectoire avec les entreprises mais aussi sur les nouveaux prêts et investissements que réalisent les banques et la Caisse des Dépôts à partir des remboursements antérieurs, permettant donc de diriger les fonds du livret vers la transition écologique et solidaire.

Nous lançons pour peser dans le débat public une pétition, car il est question de nos livrets, de notre épargne et de notre avenir.

Le texte a été publié le 22 septembre sur le site de La Tribune.
Lien vers la pétition pour s'associer à la mobilisation : https://www.change.org/NotreEpargne

Le rapport du GIEC et les événements climatiques graves qui se succèdent nous rappellent l'urgence qu'il y a à agir. Nos livrets portent en germe notre avenir : stop au greenwashing !

Signataires :

Eva Sadoun, Présidente de RIFT et de LITA.co, co-présidente du Mouvement Impact France
Thibaut Ghirardi, Directeur général, 2° Investing Initiative France
Marie Toussaint, eurodéputée écologiste
Cyril Dion, auteur, réalisateur et militant écologiste
Priscillia Ludosky, auteure de la pétition sur la taxe carbone
Léo Garnier, Directeur Général de Rift
Caroline Neyron, DG Mouvement Impact France
Magali Payen, fondatrice d'On est prêt
Camille Etienne, activiste pour la justice sociale et écologique
Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France

Categories: Attac Planet

Attac France lance l'Observatoire de la justice fiscale

Thu, 16/09/2021 - 10:00

Ce jeudi 16 septembre, l'association Attac lance l'Observatoire de la justice fiscale. Alors que la séquence électorale de 2022 démarre, et face à un contexte social marqué par l'augmentation des inégalités et le recul des services publics, l'Observatoire de la justice fiscale entend participer au débat public à travers ses analyses et propositions. Il permettra à Attac et à ses invités (personnalités comme organisations), tout à la fois de réagir à l'actualité, de publier des réflexions, propositions, documents pédagogiques et tribunes sur les enjeux fiscaux.

Depuis plusieurs années, la demande de davantage de justice fiscale ne cesse de s'exprimer. On l'observe dans les enquêtes d'opinion, mais aussi au cœur des mouvements sociaux, marqués notamment par la mobilisation des Gilets jaunes. L'injustice fiscale, illustrée notamment par les multiples scandales (affaire Cahuzac, Panama Papers, Paradise Papers, Lux Leaks, CumEx...) et l'accroissement des inégalités, nuit gravement au consentement à l'impôt, pilier fondamental de toute démocratie.

Si les mesures du début de quinquennat (suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune, mise en place du prélèvement forfaitaire unique, baisse de l'impôt sur les sociétés) ont constitué un accélérateur de l'injustice fiscale, cette dégradation était à l'œuvre depuis le tournant néolibéral des années 1980. Au surplus, elles s'ajoutent à un contexte marqué notamment par un affaiblissement des services publics et une remise en cause du rôle de la protection sociale.

Malgré tout, le pouvoir martèle qu'il ne reviendra pas sur ces choix injustes qui ont favorisé les plus riches et qu'il n'augmentera pas leurs impôts, préférant poursuivre son agenda néolibéral (réforme des retraites et de l'assurance chômage, réduction de la place de l'action publique, austérité budgétaire sur fond de dramatisation de la question de la dette publique). Quand il était ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérard Darmanin avait également annoncé la création d'un Observatoire de la fraude fiscale. Celui-ci n'a jamais vu le jour.

Alors que se profile la séquence de l'élection présidentielle, le débat fiscal pourrait souffrir des idées fausses, et des mensonges, qui parsèment si souvent les campagnes. Tout cela pourrait aggraver l'injustice fiscale et sociale et nourrir la crise démocratique. Face à cela, une meilleure pédagogie de l'impôt - et plus largement, des finances publiques - ainsi qu'une réorientation des politiques fiscales, représentent pour nous des nécessités absolues. C'est ce qui conduit Attac à lancer cet « Observatoire de la justice fiscale » qui permettra tout à la fois de réagir à l'actualité, de publier des notes d'analyses, des documents pédagogiques et des chroniques de personnalités et organisations, sur l'ensemble des questions fiscales, y compris l'évasion et la fraude fiscales.

Accéder au site de l'Observatoire de la justice fiscale Accéder au compte twitter de l'Observatoire de la justice fiscale
Categories: Attac Planet

L'accès à l'avortement est un droit fondamental en France, en Europe et dans le monde

Wed, 15/09/2021 - 14:40

Durant la crise sanitaire, l'accès à l'avortement a été restreint, certaines femmes ont dû se rendre dans des pays voisins ou renoncer à avorter. L'avortement, qui est pourtant un droit protégé, par le code pénal ne cesse d'être mis en danger par la mouvance anti-IVG qui se mobilise dans la société à plusieurs niveaux. Nous devons nous mobiliser pour défendre ce droit.

Durant la crise sanitaire, les femmes ont eu plus de difficultés pour avorter : pas de place dans les blocs opératoires, et renvoi vers le privé, résultat aussi des réductions drastiques de budget de l'hôpital public et aggravation des conditions de travail du personnel médical.

Les femmes ont été soumises à encore plus de violences et ont dû parfois renoncer à avorter. Celles dont la grossesse dépassait le délai légal des 12 semaines ont dû se rendre aux Pays Bas, en Espagne ou au Royaume Uni, où le délai est plus large ! Le gouvernement n'a pas jugé bon de reprendre à son compte la proposition d'allongement de 12 à 14 semaines du délai légal.

Pendant ce temps, la mouvance anti-IVG agit, efficace en communication, avec des moyens financiers importants en France, en Europe et aux États Unis. Elle est à l'œuvre en Pologne, en Slovénie, en Hongrie, en Italie, à Malte, dans certains états des États-Unis.
Ses militant·es attaquent les droits des femmes (avortement, contraception d'urgence), font reculer l'éducation à la sexualité à l'école, et plus largement menacent la démocratie. En France, plusieurs locaux du Planning familial ont été dégradés.

Deux exemples récents justifient de se mobiliser pour défendre ce droit :

  • La chaîne C8 a provoqué la polémique en diffusant un film anti-avortement le lundi 16 août en diffusant un film américain anti-avortement, financé par l'Église évangélique. Le film américain "Unplanned" porte un message fort : une directrice de planning familial devenue militante anti-avortement.
  • En France, "l'entrave à l'interruption volontaire de grossesse" est pourtant un délit qui peut être puni, comme le stipule l'article L162-15 du Code de la Santé publique, d'un emprisonnement et/ou d'une amende.
  • Au TEXAS, le vote de la loi anti avortement (même en cas de viol…)

Pour toutes ces raisons, Attac appelle à manifester à l'occasion de la « Journée mondiale pour la dépénalisation de l'avortement » le 25 septembre 2021.

Revendiquer un droit à l'avortement dans de bonnes conditions pour toutes les femmes qui font le choix (difficile) d'interrompre une grossesse en France, en Europe et partout dans le monde.

Nous vous invitons également à participer au webinaire Facebook "Avorter, quels obstacles en 2021 ?", le 21 septembre de 19h à 21h en vous inscrivant gratuitement ici.

Françoise Kiefe, membre de la Commission Genre

Categories: Attac Planet

L'accès à l'avortement est un droit fondamental en France, en Europe et dans le monde

Wed, 15/09/2021 - 14:40

Durant la crise sanitaire, l'accès à l'avortement a été restreint, certaines femmes ont dû se rendre dans des pays voisins ou renoncer à avorter. L'avortement, qui est pourtant un droit protégé, par le code pénal ne cesse d'être mis en danger par la mouvance anti-IVG qui se mobilise dans la société à plusieurs niveaux. Nous devons nous mobiliser pour défendre ce droit.

Durant la crise sanitaire, les femmes ont eu plus de difficultés pour avorter : pas de place dans les blocs opératoires, et renvoi vers le privé, résultat aussi des réductions drastiques de budget de l'hôpital public et aggravation des conditions de travail du personnel médical.

Les femmes ont été soumises à encore plus de violences et ont dû parfois renoncer à avorter. Celles dont la grossesse dépassait le délai légal des 12 semaines ont dû se rendre aux Pays Bas, en Espagne ou au Royaume Uni, où le délai est plus large ! Le gouvernement n'a pas jugé bon de reprendre à son compte la proposition d'allongement de 12 à 14 semaines du délai légal.

Pendant ce temps, la mouvance anti-IVG agit, efficace en communication, avec des moyens financiers importants en France, en Europe et aux États Unis. Elle est à l'œuvre en Pologne, en Slovénie, en Hongrie, en Italie, à Malte, dans certains états des États Unis.
Ses militant·es attaquent les droits des femmes (avortement, contraception d'urgence), font reculer l'éducation à la sexualité à l'école, et plus largement menacent la démocratie. En France, plusieurs locaux du Planning familial ont été dégradés.

Deux exemples récents justifient de se mobiliser pour défendre ce droit :

  • La chaîne C8 a provoqué la polémique en diffusant un film anti-avortement le lundi 16 août en diffusant un film américain anti-avortement, financé par l'Église évangélique. Le film américain "Unplanned" porte un message fort : une directrice de planning familial devenue militante anti-avortement.
  • En France, "l'entrave à l'interruption volontaire de grossesse" est pourtant un délit qui peut être puni, comme le stipule l'article L162-15 du Code de la Santé publique, d'un emprisonnement et/ou d'une amende.
  • Au TEXAS, le vote de la loi anti avortement (même en cas de viol…)

Pour toutes ces raisons, Attac appelle à manifester à l'occasion de la « Journée mondiale pour la dépénalisation de l'avortement » le 25 septembre 2021.

Revendiquer un droit à l'avortement dans de bonnes conditions pour toutes les femmes qui font le choix (difficile) d'interrompre une grossesse en France, en Europe et partout dans le monde.

Participer :

  • au webinaire Facebook le 21 septembre de 19h à 21h en vous inscrivant gratuitement [ici]
  • à la manifestation du 25 septembre
Categories: Attac Planet

Pas d'emplois sur une planète morte : résumé en 5 fiches du rapport

Thu, 02/09/2021 - 13:46

Nous présentons ici un résumé des différents chapitres du rapport « Pas d'emplois sur une planète morte : sauver le climat, gagner des droits, créer des emplois » pour donner l'envie à tous et toutes de le lire, le diffuser, le compléter… s'en revendiquer et en faire un support pour nos luttes.

Le rapport « Pas d'emplois sur une planète morte : sauver le climat, gagner des droits, créer des emplois » est un événement. Nos organisations syndicales, environnementales et associatives ont décidé de travailler ensemble pour répondre aux enjeux de la fin du monde et de la fin du mois… Le rapport a été publié, mais le chemin ne s'arrête pas là. Pour faire de cette publication une nouvelle étape de combats communs, il faut que chacun et chacune puisse s'en saisir, l'utiliser comme l'ont fait déjà des collectifs locaux « Plus jamais ça », faire que les militants et militantes de chacune de nos organisations se l'approprient.

À cette fin, nous présentons ici un résumé des différents chapitres du rapport pour donner l'envie à tous et toutes de le lire, le diffuser, le compléter… s'en revendiquer et en faire un support pour nos luttes comme à Grandpuits face à la multinationale Total, à la Chapelle-Darblay menacée de fermeture, à la Coop des Masques dans les Côtes-d'Armor, dans les luttes contre l'agriculture productiviste ou celles pour un logement décent.
Un résumé n'a pas la valeur ni l'intérêt du tout, de ses argumentations, ses exemples, nous renvoyons donc à la totalité du rapport tous ceux et celles qui voudront véritablement s'y inscrire. Vous trouverez la présentation des différents chapitres, chacun articulé avec la déconstruction des idées reçues, les propositions communes et les points de débat.

Ce matériel de synthèse a été réalisé par des militant·es d'Attac, à partir des écritures collectives du rapport “Pas d'emplois sur une planète morte” publié par :

PNG - 75.9 ko

Télécharger ces fiches en version numérique

Categories: Attac Planet

[A revoir] 28 minutes avec Aurélie Trouvé, Marché du travail : C'est qui le patron ?

Tue, 31/08/2021 - 14:35

En trois mois, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a baissé de 267 000 faisant passer le nombre de chômeurs sous la barre des 3,6 millions en France. La crise du Covid ayant remis en cause la centralité du travail on peut alors se demander si l'avenir est à la réduction du temps de travail. Notre porte-parole Aurélie Trouvé était hier sur ARTE pour débattre de ce sujet.

Retrouvez ici le débat avec Aurélie Trouvé.

Categories: Attac Planet

Plus de 1800 participant·e·s à la seconde Université d'été des mouvements sociaux et des solidarités !

Sat, 28/08/2021 - 15:56

Ce samedi 28 août, la plénière de clôture a mis fin à la seconde Université d'été des mouvements sociaux et des solidarités (UEMS), qui s'est tenue pendant cinq jours à l'École nationale supérieure d'architecture de Nantes (ENSA Nantes). Cet événement fut un franc succès !

JPEG - 139.1 ko
Malgré le contexte de pandémie, les restrictions sanitaires et dans un contexte politique de criminalisation des mouvements sociaux, l'Université d'été des mouvements sociaux et des solidarités a rassemblé à Nantes plus de 1 800 citoyennes et citoyens autour de dizaines d'activités, avec entre autres : 64 ateliers, 112 modules et 9 forums. Près de 440 organisations locales et nationales étaient impliquées sur l'évènement.

Comme lors des précédentes éditions, les initiatives de solidarité internationale ont tenu un rôle central dans les débats et ateliers de l'UEMS. « Souvent nos luttes échouent parce que parfois nous n'avons pas une vision qui dépasse notre vécu. Cette Université d'été aura permis justement d'enrichir nos différentes stratégies et nos visions du monde dans une perspective internationale de la solidarité » – Nathalie Zimo (Réseau Femmes Lève toi, Gabon - CRID)

Cette séance de clôture a permis de dresser un bilan des jours passés, et des perspectives concrètes et communes de mobilisations dans les prochains mois : à l'occasion de la COP26, pour la justice climatique ; contre les réformes des retraites et de l'assurance-chômage ; contre les attaques sur les libertés individuelles et associatives ; pour la solidarité internationale, notamment à travers le combat pour la levée des brevets vaccinaux.

« Face à l'offensive antisociale et liberticide du gouvernement d'Emmanuel Macron, les mouvements sociaux et de solidarités ressortent revigorés de cette Université d'été. Ils se tiennent prêts à porter leurs alternatives dans le débat public, en réponse aux crises sanitaire, sociale et environnementale ! » - Guillaume Erceau (Attac 44)

Ce succès de participation et les 170 activités enregistrées témoignent de la vivacité et de la richesse de nos mouvements, qui souhaitent construire ensemble un monde reposant sur des valeurs solidaires, écologistes, féministes, antiracistes, et démocratiques.

Rendez-vous est déjà donné en août 2022, lors de la prochaine Université d'été européenne des mouvements sociaux et des solidarités à Francfort, en Allemagne.

Categories: Attac Planet

#PlusJamaisCa : Propositions pour un plan de rupture

Wed, 25/08/2021 - 17:00

Alors que les politiques de régression sociale engendrent injustices et discriminations de toutes sortes et accélèrent la crise climatique, il est urgent de mettre en débat des propositions de solutions concrètes, basées sur les solidarités, telles que celles portées par nos organisations.

Aboutissement d'un travail collectif de plus d'un an, le collectif Plus Jamais Ca présente un plan de rupture qui énonce 36 mesures essentielles pour une transformation profonde de la société.

Téléchargez le PDF en cliquant ici.

Categories: Attac Planet

Petit guide pour réchauffer la justice sociale et refroidir la planète

Tue, 24/08/2021 - 10:53

Vivre mieux en respectant la planète et ses habitant·es, créer des emplois qualifiés, dignes, pérennes et non délocalisables, agir pour la justice fiscale, pour une finance au service de la société, et pour une mondialisation coopérative et solidaire : c'est possible !

Ce petit guide donne des pistes pour permettre aux citoyen·ne·s de mieux comprendre et agir.

Mondialisation néo-libérale, libre-échange, explosion des inégalités, croissance exponentielle des transports
internationaux, consumérisme et envol du e-commerce, accélération de l'extractivisme et de la consommation d'énergies, évasion fiscale, liberté accrue pour les entreprises et les mouvements de capitaux… Le monde d'après ressemble bizarrement au monde d'avant, en pire. La destruction sans limite de la planète continue, pour assouvir une croissance infinie de la production, de la consommation et des profits.

Pour contribuer à faire advenir un autre futur, Attac développe dans ce petit guide quelques propositions
dans cinq secteurs cruciaux correspondant à nos besoins essentiels, qui concernent tout autant la justice sociale que la lutte contre les changements climatiques.

A travers la création d'emplois et la reconversion de certains secteurs productifs, qui veilleront à répondre
à l'exigence d'égalité entre les femmes et les hommes, la bifurcation sociale et écologique peut être porteuse
de nouveaux droits sociaux. Les mesures financières permettent à la fois de réorienter l'économie et de financer les mesures utiles et soutenables. Enfin, cette bifurcation appelle à une relocalisation,
inscrite dans une solidarité internationale.

Finalement, ces différents enjeux posent une question essentielle : qui décide du monde d'après ? Les peuples, les mouvements sociaux, les citoyen·nes organisé·es collectivement doivent contribuer à l'émergence de cet autre monde !

Télécharger ce Petit guide en version numérique

Categories: Attac Planet

Dossier LA 126 : L'Afrique, entre néocolonialisme et extractivisme

Tue, 24/08/2021 - 10:14

Dossier central du Lignes d'Attac n°126, juillet 2021.
Pour vous abonner à Lignes d'Attac, le journal de l'association Attac, vous pouvez vous rendre sur cette page.

Téléchargez le PDF en cliquant ici.

Categories: Attac Planet

À Jean Tosti

Thu, 19/08/2021 - 14:11

Jean Tosti nous a quittés. Sans crier gare. Discrètement. Comme il a mené sa vie. Mais quelle vie ! Une vie d'homme de culture et une vie d'homme tout court.
Jean était un homme de culture. Ancien professeur de lettres au collège Pierre Fouché à Ille-sur-Tet dans les Pyrénées orientales, au pied du Canigou, il laisse une oeuvre forte dans un grand nombre de domaines. Il a dirigé pendant longtemps la revue trimestrielle D'Ille et d'ailleurs et il a rédigé pour elle beaucoup d'articles historiques et ethnographiques sur la région catalane, ses villes (Ille, Prades, Thuir…), son économie, son agriculture traditionnelle ou ses luttes politiques depuis la Révolution, ou encore sur les arts.

Homme de culture aussi parce qu'on lui doit la tenue d'un site internet, constamment mis à jour, sur l'origine des patronymes et des noms de lieux (http://jeantosti.com/indexnoms.htm). Il était reconnu comme spécialiste en généalogie et en onomastique, et il gérait la rubrique « Origine des noms de famille » pour Geneanet.
On lui doit aussi un répertoire de photographies de fleurs et de plantes.

Membre depuis l'origine de l'association Attac, il a fait preuve à tous les niveaux d'un engagement permanent, que ce soit au sein de son comité local jusqu'au Conseil d'administration national dont il fut membre de 2006 à 2009, à un moment critique pour la vie de l'association, pour laquelle il fallait réinventer un fonctionnement démocratique.
Jean y apporta sa contribution par la rigueur et la clarté de ses analyses et par la force de conviction qui émanait de lui.

Au cours des quinze dernières années, il se fit connaître plus largement encore dans l'association nationale parce qu'il prit une part éminente à la préparation et à l'édition de livres collectifs au sein du Conseil scientifique d'Attac et surtout à partir de 2013 de la revue Les Possibles.
C'est à cet endroit que sa culture très étendue, sa connaissance approfondie de la langue, sa rigueur d'écriture faisaient merveille. Combien d'auteurs peuvent le remercier d'avoir rendu plus accessibles et lisibles leurs textes !

Mais c'est aussi à cet endroit que l'homme tout court se révélait. D'une rigueur presque draconienne, d'une bienveillance et d'une grande modestie cependant. Toujours présent, quitte à rester dans l'ombre, en comparaison de l'étendue de son travail. Immensément compétent mais discret.
Ceux qui ont eu la chance de l'approcher savent que sous son apparence bourrue, sa carapace épaisse abritait quelqu'un de sensible. Amoureux des cantates de Bach et des concertos de Beethoven, qu'il écoutait en boucle, et passionné de football. Vraiment éclectique, c'est-à-dire curieux de tout, accueillant sur le plan intellectuel comme sur le plan humain.

Il ne verra pas le prochain numéro des Possibles consacré à l'enjeu énergétique en ces temps de crise mondiale, numéro auquel il avait commencé à participer.
Puissions-nous avoir suffisamment d'énergie pour poursuivre les multiples engagements et combats de Jean.
Affaibli physiquement depuis quelques mois et toujours meurtri par la disparition de sa compagne Sophie, Jean s'en est allé.
Notre peine est immense. Que le poème de Victor Hugo exprimant la sienne après la mort de sa fille soit une manière de dire adieu à Jean, lui l'amoureux, entre autres, des fleurs.

Jean-Marie Harribey
18 août 2021

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, dans Les Contemplations.

Categories: Attac Planet

EDITO - Préparons la rentrée militante à l'Université d'Été des Mouvements Sociaux et des Solidarités : du 24 au 28 août 2021 à Nantes !

Wed, 18/08/2021 - 17:55

La crise sanitaire liée au COVID sanitaire qui a éclaté est aussi la crise d'un système. Elle a révélé la mise à mal des services publics et notamment de l'hôpital et du système de santé. Les enseignant·es ont été livrés à eux-mêmes avec trop peu de moyens pour répondre correctement aux besoins des élèves et des étudiant·es durant les périodes de confinement. La recherche publique délaissée depuis des années au profit des labos privés n'a pu répondre aux besoins découlant de cette pandémie.

Un système qui a cassé les services publics, conduisant à des dizaines de milliers de morts qui auraient pu être évitées avec des hôpitaux publics en meilleur état, laissant les enseignant·es gérer avec trop peu de moyens, empêchant la recherche publique de mieux pouvoir prévenir et répondre à cette pandémie… Un système qui a laissé la main aux multinationales pour décider de nos vies, y compris pour définir qui peut bénéficier d'un vaccin, quand et à quel prix.
Un système qui a augmenté les inégalités sociales et internationales, laissant la crise frapper en particulier les plus pauvres, les populations les plus fragilisées, les premier·es de corvée et le monde du travail…
La crise a révélé à quel point le capitalisme, productiviste et néolibéral, dans lequel règne toujours le patriarcat et des racismes systémiques, est destructeur de l'humanité, du vivant et de la planète.

En France, la crise sanitaire a été l'occasion, pour le gouvernement, non pas d'un changement de cap pourtant indispensable au « jour d'après », mais d'un approfondissement des politiques néolibérales et de son néolibéralisme autoritaire.
Les libertés publiques ont été encore davantage étouffées, avec une série de décisions et lois liberticides, de celle sur la « sécurité globale » à celle sur les « séparatismes ».
Alors que les plus riches et les entreprises du CAC 40 ont vu leurs richesses augmenter pendant l'année 2020, il s'agit une fois encore de faire payer cette crise non pas aux plus riches mais aux chômeurs et chômeuses, et retraité·es, et globalement au monde du travail.

Heureusement, des solidarités locales et internationales se sont multipliées.
Les mobilisations sociales et écologiques avaient été stoppées, coupées en plein vol quand la crise sanitaire a explosé (manifestations féministes, mobilisations contre la réforme des retraites, marches pour le climat…).
Mais petit à petit, nos mouvements réoccupent l'espace public… petit à petit, nous retrouvons la joie de militer et l'espoir d'une transformation écologique, solidaire et démocratique du monde.

L'année dernière, à cause des contraintes sanitaires, l'Université d'Été des mouvements sociaux n'avait pu avoir lieu.
Mais cette année, nous avons rendez-vous à Nantes.
Elle va enfin se tenir ! Ce sera un moment essentiel pour nous retrouver enfin physiquement et non plus derrière nos écrans. Pour aborder ces grands enjeux du moment, nous informer, nous former, échanger, converger, construire des mobilisations, reprendre espoir, faire la fête... parce que le changement passe par la vitalité militante et intellectuelle de nos collectifs.
Cette Université d'été sera ainsi particulièrement vigilante et proactive contre toute forme d'oppression et accueillante pour tou·tes.

Plus de 1500 personnes sont attendues du 24 au 28 août pour participer à près de 200 activités : on y retrouve des temps forts communs ; plus d'une centaine d'ateliers, séminaires, modules de formation ; des activités culturelles, festives et conviviales, en soirée notamment ; des visites et rencontres « hors-les-murs » à la découverte des acteurs et actrices du territoire qui nous accueille ; des réunions de réseaux et espaces collectifs prévus sur des temps spécifiques.
Plus de 440 associations, syndicats, collectifs se sont mobilisés ensemble pour construire ensemble cet événement.

Cette UE sera aussi placée sous le sceau des émancipations et de l'internationalisme.
Elle accueillera donc des représentant·es de luttes actuelles venus de différents pays à travers le monde : des représentant·e·s zapatistes, kurdes, des peuples premiers des Amériques ou encore des mouvements en lutte d'Afrique contribueront ainsi à apporter une lecture internationaliste, solidaire et plus globale aux grands enjeux de notre temps.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour ce moment clé pour préparer la rentrée militante et les mobilisations à venir !

Programme complet :
https://s.42l.fr/ProgrammeUEMS

Inscriptions :
https://s.42l.fr/InscriptionUEMS

Categories: Attac Planet

Editorial sur l'Université d'été des Mouvements Sociaux et des Solidarités : du 24 au 28 août 2021 à Nantes

Wed, 18/08/2021 - 17:24

La crise sanitaire liée au COVID sanitaire qui a éclaté est aussi la crise d'un système. Elle a révélé la mise à mal des services publics et notamment de l'hôpital et du système de santé. Les enseignant·es ont été livrés à eux-mêmes avec trop peu de moyens pour répondre correctement aux besoins des élèves et des étudiant·es durant les périodes de confinement. La recherche publique délaissée depuis des années au profit des labos privés n'a pu répondre aux besoins découlant de cette pandémie.

Un système qui a cassé les services publics, conduisant à des dizaines de milliers de morts qui auraient pu être évitées avec des hôpitaux publics en meilleur état, laissant les enseignant·es gérer avec trop peu de moyens, empêchant la recherche publique de mieux pouvoir prévenir et répondre à cette pandémie… Un système qui a laissé la main aux multinationales pour décider de nos vies, y compris pour définir qui peut bénéficier d'un vaccin, quand et à quel prix.
Un système qui a augmenté les inégalités sociales et internationales, laissant la crise frapper en particulier les plus pauvres, les populations les plus fragilisées, les premier·es de corvée et le monde du travail…
La crise a révélé à quel point le capitalisme, productiviste et néolibéral, dans lequel règne toujours le patriarcat et des racismes systémiques, est destructeur de l'humanité, du vivant et de la planète.

En France, la crise sanitaire a été l'occasion, pour le gouvernement, non pas d'un changement de cap pourtant indispensable au « jour d'après », mais d'un approfondissement des politiques néolibérales et de son néolibéralisme autoritaire.
Les libertés publiques ont été encore davantage étouffées, avec une série de décisions et lois liberticides, de celle sur la « sécurité globale » à celle sur les « séparatismes ».
Alors que les plus riches et les entreprises du CAC 40 ont vu leurs richesses augmenter pendant l'année 2020, il s'agit une fois encore de faire payer cette crise non pas aux plus riches, dont la richesse a pourtant explosé, mais aux chômeurs et chômeuses, et retraité·es, et globalement au monde du travail.

Heureusement, des solidarités locales et internationales se sont multipliées.
Les mobilisations sociales et écologiques avaient été stoppées, coupées en plein vol quand la crise sanitaire a explosé (manifestations féministes, mobilisations contre la réforme des retraites, marches pour le climat…).
Mais petit à petit, nos mouvements réoccupent l'espace public … petit à petit, nous retrouvons la joie de militer et l'espoir d'une transformation écologique, solidaire et démocratique du monde.

L'année dernière, à cause des contraintes sanitaires, l'Université d'Été des mouvements sociaux n'avait pu avoir lieu.
Mais cette année, nous avons rendez-vous à Nantes.
Enfin, elle se tient ! Ce sera un moment essentiel pour nous retrouver enfin physiquement et non plus derrière nos écrans. Pour aborder ces grands enjeux du moment, nous informer, nous former, échanger, converger, construire des mobilisations, reprendre espoir, faire la fête... parce que le changement passe par la vitalité militante et intellectuelle de nos collectifs.
Cette Université d'été sera ainsi particulièrement vigilante et proactive contre toute forme d'oppression et accueillante pour tou·tes.

Plus de 1500 personnes sont attendues du 24 au 28 août pour participer à près de 200 activités : on y retrouve des temps forts communs ; plus d'une centaine d'ateliers, séminaires, modules de formation ; des activités culturelles, festives et conviviales, en soirée notamment ; des visites et rencontres « hors-les-murs » à la découverte des acteurs et actrices du territoire qui nous accueille ; des réunions de réseaux et espaces collectifs prévus sur des temps spécifiques.
Plus de 440 associations, syndicats, collectifs se sont mobilisés ensemble pour construire ensemble cet événement.

Cette UE sera aussi placée sous le sceau des émancipations et de l'internationalisme.
Elle accueillera donc des représentant·es de luttes actuelles venus de différents pays à travers le monde : des représentant·e·s zapatistes, kurdes, des peuples premiers des Amériques ou encore des mouvements en lutte d'Afrique contribueront ainsi à apporter une lecture internationaliste, solidaire et plus globale aux grands enjeux de notre temps.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour ce moment clé pour préparer la rentrée militante et les mobilisations à venir !

Categories: Attac Planet

Nouveau rapport du GIEC : à quelques semaines de la COP26, l'urgence absolue de ruptures politiques, écologiques et sociales

Mon, 09/08/2021 - 11:37

Alors que les records de chaleur, les catastrophes climatiques, les incendies, se multiplient aux quatre coins du globe, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) publie le premier volet de son sixième rapport, sept ans après le dernier. Le bilan est dramatique et sans équivoque. La planète devrait atteindre 1,5°C de réchauffement à l'horizon 2030, 10 années plus tôt que prévu (déjà 1,1°C en moyenne sur les 10 dernières années par rapport à 1850). A moins de réductions immédiates, rapides et à grande échelle de nos émissions de gaz à effet de serre, limiter le réchauffement climatique à 1,5°C (accord de Paris) sera impossible.

Un consensus scientifique est également établi pour la première fois : 100 % du réchauffement climatique est dû aux activités humaines, réchauffement rapide qui se généralise et s'intensifie. Pour Aurélie Trouvé, porte-parole d'Attac : "A quelques mois de la COP26, ce rapport interpelle avant tout les gouvernements des pays riches, dont l'inaction climatique devient, plus que jamais, criminelle".

C'est le cas de la France : en février dernier, le tribunal administratif de Paris a conclu que l'État a commis une "faute" en ne respectant pas ses engagements de réduction des gaz à effet de serre. Puis en juin, le Haut Conseil pour le Climat estimait que « les efforts actuels sont insuffisants pour garantir l'atteinte des objectifs de 2030 ». Et pourtant, la loi climat adoptée en mai dernier est une loi au rabais, qui a exclu toutes les propositions ambitieuses de la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Le gouvernement français, comme ceux des autres pays riches, refuse d'agir suffisamment pour tenir ses engagements (-40 % d'émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030, sachant que l'Union européenne vient d'adopter une trajectoire de -55 %, elle-même insuffisante pour rester sous la barre des + 1,5°C).

A l'annonce du rapport, le secrétaire général de l'ONU appelle les pays à "mettre un terme aux nouvelles explorations et production d'énergies fossiles et déplacer les subventions aux énergies fossiles vers les renouvelables". Pour Attac, la crise écologique nécessite des ruptures en matière de politiques publiques : arrêt de toute subvention aux énergies fossiles, conditionnalité écologique de toute aide publique, planification et reprise en main du secteur bancaire pour guider l'investissement dans la transition écologique, taxation des sites industriels les plus polluants, reprise des propositions de la CCC, augmentation forte des financements à destination des pays pauvres qui sont les premiers impactés par le réchauffement climatique...

Pour Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac, "urgences écologiques et sociales nécessitent des mesures radicales : c'est le sens des 25 propositions récemment formulées par des dizaines d'organisations syndicales et associatives, pour répondre en même temps aux crises sociale et écologique".

Illustration : Ende Gelände Climate activists blocked a giant digger shutting down one of Europe's biggest opencast lignite mines by Break Free from Fossil Fuels is licensed under CC BY 2.0

Categories: Attac Planet

[Revue de presse] Action au siège de LVMH et à la Samaritaine ! [Liste non-exhaustive]

Fri, 06/08/2021 - 15:10

Sommaire

Vidéo de l'actionAction : gouache sur la Samaritaine et banderole géante sur siège de LVMH Vidéo « C'est la gouache » en réponse aux grandes indignations pour un peu de gouache sur les vitrines des #ProfiteursDeLaCrise



En FranceLibération

JPEG - 201.7 ko

https://www.liberation.fr/checknews/anne-hidalgo-a-t-elle-demande-la-dissolution-de-lunef-et-dattac-20210709_AM6A7K5U7FAIHEP6Q3APVSXJV4/?redirected=1

Médiapart

JPEG - 72.9 ko

L'Obs

https://www.nouvelobs.com/economie/20210703.OBS46068/la-samaritaine-recouverte-de-peinture-noire-par-des-militants-d-attac.html

L'Humanité

JPEG - 98 ko

https://www.humanite.fr/inegalites-contre-lenrichissement-des-milliardaires-attac-repeint-la-samaritaine-713334]

Blast

JPEG - 141.1 ko

Arrêt sur images

https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/je-suis-alle-a-la-samaritaine-cest-cheap

Le point

JPEG - 29.8 ko

Challenges

https://www.challenges.fr/economie/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires_771942

L'Express

https://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires_2154213.html

La Depeche

https://www.ladepeche.fr/2021/07/03/paris-la-samaritaine-et-le-siege-de-lvmh-pris-pour-cible-par-lassociation-attac-9649198.php

Yahoo France

RMC

JPEG - 327.3 ko

BFM

JPEG - 31.5 ko

Nice Matin

https://www.nicematin.com/social/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires-699629

20 minutes

https://www.20minutes.fr/paris/3076811-20210704-samaritaine-attac-peint-noir-vitrines-grand-magasin-denoncer-milliardaires

TV5 Monde

https://information.tv5monde.com/info/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires-415531

Capital

https://www.capital.fr/entreprises-marches/indignation-apres-les-degradations-de-la-samaritaine-par-des-militants-dattac-1408491

Le Figaro

https://www.lefigaro.fr/societes/la-samaritaine-et-le-siege-de-lvmh-pris-pour-cible-par-l-association-attac-20210703

France Info

JPEG - 203.9 ko

Europe 1

https://www.europe1.fr/politique/emmanuelle-wargon-ce-gouvernement-a-un-meilleur-bilan-social-que-francois-hollande-4055940

Huffingtonpost

https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-samaritaine-et-le-siege-de-lvmh-vises-par-une-action-coup-de-poing-dattac_fr_60e01341e4b068186f4fa192

SudOuest

JPEG - 121.6 ko

La Voix du Nord

JPEG - 45.5 ko

Le Parisien

JPEG - 136.9 ko

Atlantico

https://atlantico.fr/article/pepite/la-samaritaine-et-le-siege-de-lvmh-ont-ete-pris-pour-cible-par-l-association-attac

RT

JPEG - 7.7 ko

Fashion Network

JPEG - 114.2 ko

Boursorama

https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires-43549105817f8dc690a06399ca746229

Là-bas si j'y suis

https://la-bas.org/la-bas-magazine/la-bas-express/attac-contre-le-gang-des-profiteurs

Acrimed

https://www.acrimed.org/Attaque-a-la-gouache-de-la-Samaritaine-des

Stratégies

PNG - 316.1 ko

ABC bourse

https://www.abcbourse.com/marches/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires_538086

Fortuneo Banque

https://bourse.fortuneo.fr/actualites/attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-denoncer-les-milliardaires-9085431

Regards

JPEG - 67.9 ko

Jean-Marc Morandini

https://www.jeanmarcmorandini.com/article-466406-les-militants-de-l-association-attac-ont-badigeonne-de-peinture-le-batiment-tout-neuf-de-la-samaritaine-a-paris-et-ont-installe-une-banderole-geante-video.html

A l'international


RFI

https://www.rfi.fr/en/france/20210703-attac-activists-give-black-marks-to-lvmh-and-other-shameless-billionaires

France 24


https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210703-attac-peint-en-noir-la-samaritaine-pour-d%C3%A9noncer-les-milliardaires

Blue News, Suisse

https://www.bluewin.ch/fr/infos/economie/le-nombre-de-milliardaires-fran-ais-a-augment-pendant-la-pand-mie-787761.html

Le Matin, Suisse

https://www.lematin.ch/story/les-milliardaires-se-sont-enrichis-pendant-la-pandemie-704680832219

Reuters, International

https://www.reuters.com/article/uk-france-protest-attac-lvmh/activists-spray-black-paint-over-arnaults-la-samaritaine-store-idUKKCN2E90C9

London News Today, Royaume-Uni

https://londonnewstime.com/attac-protests-lvmhs-la-samaritaine-store/336711/

Luxe, Corée

https://luxe.co/post/159182

Vinoturismorioja, Espagne

https://vinoturismorioja.com/militantes-de-atak-marcan-a-la-mujer-samaritana-y-colocan-una-pancarta-video-rt-en-frances/

Antena 3, Roumanie

JPEG - 67.3 ko

Protothema, Grèce

https://www.protothema.gr/world/article/1139779/gallia-aktivistes-erixan-mauri-bogia-sto-katastima-la-samaritaine-tou-megistana-bernar-arno/

Algérie 9, Algérie

https://algerie9.com/argent-sale-des-militants-dattac-taguent-la-samaritaine-et-deploient-une-banderole-video

Categories: Attac Planet