Skip navigation

News from Attac France

Syndicate content Attac France
Attac s'engage pour la justice sociale et environnementale et mène des actions contre le pouvoir de la finance et des multinationales. Mouvement d'éducation populaire, l'association produit analyses et expertises, organise des conférences, des réunions publiques, participe à des manifestations… Attac est présente dans une cinquantaine de pays ; Attac France compte près de 10 000 membres et plus de 100 comités locaux.
Updated: 1 hour 12 min ago

Vers un relèvement de la fiscalité du capital, sauf en France ?

Wed, 12/05/2021 - 17:01

Dans un rapport du 11 mai, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) propose à l'échelle internationale de mobiliser l'impôt sur les successions et les donations pour réduire les inégalités. L'idée générale est d'imposer les bénéficiaires des héritages et des dons qu'ils reçoivent “tout au long de leur vie”. Après les déclarations de Joe Biden sur l'imposition des revenus du capital et des multinationales, ce rapport suscite un intérêt bien légitime pour celles et ceux qui, comme l'association Attac, estiment que la justice fiscale est plus que jamais une priorité absolue.

L'OCDE livre des propositions intéressantes...

Pour l'OCDE, “Les impôts sur les successions et les donations pourraient jouer un rôle plus important” dans la réduction des inégalités de patrimoine, la promotion de l'égalité des chances et le rendement budgétaire. 24 pays sur 37 membres de l'OCDE ont de tels impôts sur les successions et les donations, ceux-ci représentant en moyenne, 0,5% des recettes fiscales des pays concernés. Dans ces 24 pays, 4 présentent des droits de succession et de donation en moyenne plus élevés (la Corée, le Japon, la France et la Belgique), mais pour un rendement également faible, entre 1 % et 2 % des recettes fiscales en moyenne. L'OCDE se prononce en faveur d'une taxation accrue des revenus du capital.

Les préconisations de l'OCDE et la lecture qu'en fait Attac sont les suivantes. L'OCDE souhaite taxer les transmissions de patrimoine à l'échelle d'une vie. Il s'agit là d'une nouvelle approche dont le but explicite ne peut qu'être salué : réduire les inégalités. Cette taxation s'effectuerait en recourant à un impôt sur le patrimoine avec un barème progressif, ce qui est la condition sine qua non d'une réduction effective des inégalités. L'OCDE propose également de rapprocher les taux d'imposition entre parents proches et éloignés, ce qui permettrait effectivement une plus grande équité, puisque les barèmes présentent, en France, de grandes disparités, ce qui accroît le sentiment d'injustice de parents éloignés qui héritent d'un patrimoine peu important alors qu'il existe de réduire l'impôt pour les transmissions en lignes directes, de parents à enfants par exemple. L'OCDE propose d'exonérer de droits de succession des petits patrimoines, ce qui est déjà le cas en France puisque 25 % des successions seulement sont taxables, les autres portant sur des patrimoines qui bénéficient des abattements et n'étant donc pas imposables. L'OCDE souhaite également encourager les donations aux jeunes générations : pour Attac, cela doit concerner toutes les générations et pas seulement les générations des foyers très aisés, qui bénéficient déjà de donations et des abattements prévus que l'OCDE veut également réduire à juste titre. L'OCDE propose de supprimer les avantages de l'assurance vie, un placement très prisé en France (et fortement encouragé par le gouvernement avec la loi Pacte) et qui permet d'échapper largement à l'impôt. Enfin, on ne peut que souscrire à la proposition d'améliorer l'information du grand public sur ce type d'impôt. Ceux-ci ont en effet parfois été taxés d'impôt sur la mort par ceux qui voulaient en finir avec eux pour le plus grand bénéfice des foyers les plus aisés.

Qui suscitent déjà une opposition en France...

Les droits de mutation, à titre gratuit (les successions et les donations) ont dégagé un rendement de 14,5 milliards d'euros en 2020. Le discours néolibéral a joué sur la peur de voir ses enfants payer de lourds impôts trop élevés sur le patrimoine qui leur sera légué. Or, il n'en est rien. Selon France stratégie : « En ce qui concerne les transmissions en ligne directe (entre parents et enfants), (...) le taux moyen d'imposition effective a varié entre 2 % et 3 % » alors que, globalement, « le taux moyen d'imposition effective (est de) 5 % en 2015 »1. Ce faible taux s'explique ainsi : en France, le patrimoine net médian s'élevait à 117 000 euros en 2019. Par ailleurs, les plus aisés organisent la transmission de leur patrimoine au long de leur vie en optimisant les abattements et les mécanismes de donation. Pour l'immense majorité des successions et des donations, l'imposition est donc faible, voire nulle. Le taux d'imposition le plus élevé se trouve dans les transmissions vers des parents éloignés ou des tiers sans lien de parenté et pour les patrimoines importants.

Les opposants à une réforme des droits de mutation à titre gratuits avancent que la France fait partie des pays dans lesquels ces impôts représentent une part plus élevée qu'ailleurs. Ils oublient cependant de préciser d'une part, que l'OCDE prône une hausse globale de la fiscalité du capital, à l'inverse des mesures prises ces dernières années et d'autre part, qu'une réforme de ces impôts est nécessaire pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, les inégalités de patrimoines sont importantes en France et ne diminuent pas, preuve que la fiscalité ne joue pas son rôle redistributif : les 1 % les plus riches détiennent entre 16 et 17 % du patrimoine total des ménages. La gestion patrimoniale consistant à transmettre un important patrimoine en franchise d'impôt s'effectue tout au long de la vie des plus aisés a pour effet de nourrir les inégalités.

Les droits de mutation à titre gratuit n'ont jamais été refondus : elle comporte plusieurs barèmes qui ne correspondent plus aux réalités, notamment en raison de l'évolution du « modèle familial ».

Les sommes qui seraient mobilisées par une réforme seraient plus qu'utiles face aux enjeux sociaux et environnementaux.

En matière de réforme de la fiscalité sur la transmission du patrimoine, les principales pistes préconisées par Attac consistent à :

  • mener une action pédagogique afin de montrer l'importance de ces impôts en matière de rendement et de réduction des inégalités,
  • procéder à un toilettage des différents barèmes, établis voici longtemps en fonction des liens de parenté,
  • instaurer un abattement sur la résidence principale en montant et non plus en pourcentage afin de donner davantage de visibilité,
  • élargir l'assiette de ces impôts à l'assurance vie,
  • réduire le montant de certains abattements, notamment en ligne directe.

L'actualité fiscale, décidément riche et intéressante, sera bientôt nourrie par la publication du livre d'Attac intitulé « Impôts : idées fausses et vraies injustices », publié ce 19 mai, qui déconstruit, illustrations à l'appui, 17 des principales idées fausses en matière de fiscalité et livre des propositions de justice fiscale.

Categories: Attac Planet

[Nouvelle parution] Impôts : idées fausses et vraies injustices

Wed, 12/05/2021 - 11:49

« Les pauvres ne paient pas d'impôts et les riches en paient trop ! », « La France est un enfer fiscal ! »... Face aux idées reçues diffusées par le discours dominant, Attac publie Impôts : idées fausses et vraies injustices, un petit ouvrage illustré avec humour, pour offrir une meilleure compréhension des enjeux et poser les termes d'un débat rigoureux sur la fiscalité.

Le livre est disponible à la précommande dans notre boutique ci-dessous, pour une réception à partir du mercredi 19 mai.

Ce petit ouvrage illustré d'environ 150 pages s'en prend aux idées fausses fréquemment formulées sur la fiscalité : « Les pauvres ne paient pas d'impôts et les riches en paient trop. » ; « Le poids des charges fiscales plombe notre compétitivité. » ; « Les impôts découragent les initiatives et font fuir les entrepreneurs. »

Ces dernières sont largement véhiculées par le discours dominant des responsables politiques dans la sphère médiatique. Pourtant ces prétendues évidences sont contraires aux faits. Ces poncifs discréditent l'impôt en l'inscrivant dans une logique négative et punitive, alors qu'il est l'un des piliers de toute société démocratique et solidaire.

Ce livre analyse et déconstruit les idées reçues sur la fiscalité. Il a pour objectif de poser les termes d'un débat rigoureux, toujours plus nécessaire face aux crises que nous traversons, sur la hausse des inégalités et les besoins en matière de politiques publiques.

Rédigé sous la responsabilité d'Attac, l'ouvrage est à mettre entre toutes les mains. Illustré avec humour par Fred Sochard, il vise à donner à chacun·e les outils pour mieux comprendre les enjeux de la fiscalité. Avec des propositions concrètes et applicables pour une meilleure justice fiscale afin de réhabiliter l'impôt solidaire et consenti…

Ce livre est actuellement disponible en précommande. Vous recevrez l'ouvrage à partir du mercredi 19 mai.

Détails :
Taille - 12cm x 18cm
144 pages
Sortie - 19 mai 2021
Illustrations : Fred Sochard
Editions Les Liens qui libèrent

Categories: Attac Planet

Développement solidaire et lutte contre les inégalités mondiales, un projet de loi en trompe-l'œil

Tue, 11/05/2021 - 15:29

Le 2 mars dernier, l'Assemblée nationale a adopté, par un vote solennel, le projet de loi « développement solidaire et de lutte contre les inégalités mondiales », qu'elle a transmise au Sénat. Chacune des deux assemblées procédera à une seule lecture du texte, selon la procédure d'urgence voulue par le gouvernement. Ce projet de loi, en discussion depuis début 2018, devra remplacer la loi d'orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale du 7 juillet 2014.

Nous regrettons que le gouvernement ait mis tant de temps à la rédaction du projet de loi, au détriment du débat parlementaire.

Les évolutions que comporte le projet de loi, par rapport à la loi de 2014, ne correspondent pas à la philosophie de son titre, à savoir le « développement solidaire et lutte contre les inégalités mondiales ». La rhétorique utilisée fait croire à la solidarité, mais il n'en est rien. Au contraire, les orientations et mesures envisagées ne font qu'accroître la dépendance des pays concernés, notamment quant aux thématiques et à l'aide publique au développement (APD).
Parmi les changements, apparemment positifs, l'approche du genre en constitue un. Elle n'est plus seulement un objectif thématique, mais elle devient transversale à la politique de solidarité internationale. C'est ce que le projet de loi qualifie de « diplomatie féministe ».

Il en est de même, en ce qui concerne la reconnaissance du rôle des organisations de la société civile dans la politique française de solidarité internationale, la prise en compte des exigences de protection de l'environnement, la reconnaissance du rôle joué par la coopération décentralisée, concrétisée par le doublement de l'aide à l'action extérieure des collectivités locales (article 1er IX), et la création d'une « Commission indépendante d'évaluation de la politique de développement solidaire et de lutte contre les inégalités mondiales placée auprès de la Cour des Comptes » (article 9).
Toutefois, ces évolutions limitées seront freinées, voire annihilées par des orientations plus importantes inscrites dans le projet de loi et d'autres politiques de la France.

Le plus critiquable est la stratégie mondialiste du développement préconisée : « L'insertion progressive des pays en développement dans le commerce mondial constitue une priorité pour la France », bien loin du développement autocentré nécessaire. Une stratégie au surplus mensongère pour les pays de la zone Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP), notamment d'Afrique et pour les Pays les Moins Avancés (PMA), en raison des accords de partenariat économique (APE) conclus par l'Union européenne et de la constitution future d'une Zone de Libre Échange Continentale Africaine (ZLECA). L'accès libre au marché européen de ces pays est compensé par l'obligation de réduire de 80% les droits de douane sur les importations venant de l'UE. Pire encore, le soutien politique et financier de la France et de l'UE à la ZLECA enfoncera un peu plus les PMA africains dans la misère, puisqu'ils devront supprimer leurs droits de douane sur 90% des importations venant d'Afrique où les multinationales françaises et de l'UE sont bien placées pour en profiter. Au total les pertes douanières et de compétitivité des pays africains seront supérieures à l'APD programmée.

Au-delà de ce marché de dupes de l'APD, son autre limite importante concerne sa programmation financière, qui constitue réellement une avancée en trompe-l'œil. D'abord du fait que le projet de loi affirme « s'efforcer » d'atteindre les 0,7% de son revenu national d'ici 2025, lorsqu'on sait que cette promesse est brandie depuis des décennies. Ensuite, la programmation proposée porte seulement jusqu'à 2022. Une loi de programmation qui ne programme que sur l'année suivante de son entrée en vigueur n'est pas une loi de programmation. Aussi, le caractère de loi de programme devrait-il lui être contesté.

Par ailleurs, on peut regretter l'incohérence du texte, par rapport aux objectifs affichés, notamment entre l'annexe où il est inscrit que « la France promeut le multilatéralisme » et l'article 1er VI qui affirme le « renforcement de la composante bilatérale de l'aide publique au développement ».

Le projet de loi n'est pas cohérent non plus avec le soutien apporté à des dictateurs, auteurs avec quelques multinationales, du pillage des richesses et d'atteintes à l'État de droit et à la démocratie de nombreux pays africains.
Aujourd'hui l'évidence est, pour tout défenseur des droits du Sud ou du Nord, que la France soutient des multinationales ne visant qu'à la prédation, avec le plein soutien des gouvernements. La jeunesse africaine souhaite une France qui respecte ses idéaux de liberté, d'égalité et de fraternité et non pas une France qui soutient ceux qui lui volent son avenir.
En résumé, le projet de loi comporte non seulement de nombreuses incohérences mais un véritable déni du droit à l'autodétermination, aboutissant à accroître les inégalités, à l'encontre des objectifs affichés. Nous demandons aux sénateurs, lors de l'examen du projet de loi, d'être à la hauteur des enjeux et des attentes de la jeunesse des pays pour lesquels nous manifestons notre solidarité.

Categories: Attac Planet

« Hercule » ou le projet de scission du groupe EDF : un texte pour comprendre et lutter

Mon, 10/05/2021 - 17:16

Le projet Hercule de démantèlement d'EDF suit la logique financière connue de privatisation des activités rentables et socialisation des pertes. Cette logique est incompatible avec les objectifs sociaux, écologiques et démocratiques de la transition énergétique. Pour comprendre les enjeux et les risques, nous vous proposons ce nouveau décryptage, clair et précis.

Pour afficher le rapport en plein écran, cliquez sur ce lien. Pour télécharger le rapport en version imprimable, cliquez sur ce lien.
Categories: Attac Planet

Déclaration de la société civile internationale en réponse au massacre et à la répression violente des manifestations sociales en Colombie.

Mon, 10/05/2021 - 16:55

Le 28 avril, différents acteurs sociaux, populaires et politiques du pays ont appelé à une marche en guise de protestation contre la réforme fiscale proposée par le gouvernement de droite radicale d'Iván Duque, qui s'ajoute à une série de décisions et d'actions au service des élites économiques et qui ont plongé la Colombie dans une profonde crise sociale, économique et politique...

L'assassinat systématique des leaders sociaux qui luttent contre un système néolibéral mortifère pour les humains et la planète, l'activation de l'épandage de glyphosate, la réforme de la santé, le non-respect des accords signés à La Havane, le désengagement de l'enseignement public, le niveau élevé de chômage et une politique fiscale qui a favorisé les grands conglomérats financiers du pays, pendant les moments les plus difficiles de la pandémie, ont provoqué un déferlement massif de personnes dans les rues colombiennes au milieu du pic le plus élevé de la pandémie avec une moyenne de 500 décès par jour.

La réponse de l'État à la force et à l'héroïsme démontrés, notamment par les jeunes, ne s'est pas fait attendre. Diverses organisations de défense des droits de l'homme dénoncent que la situation depuis 6 heures du matin le 28 avril et jusqu'au matin du 4 mai 2021 a enregistré plus de 30 décès, 1181 cas de violences policières, 142 victimes de violences physiques de la part de la police, 761 détentions arbitraires, 216 interventions violentes à des manifestations, 17 victimes d'agression au regard, 56 cas de coups de feu, 319 plaintes de disparition dans le cadre de violences et 9 cas de violences sexuelles de la part des forces de sécurité.

Sur cette base, nous, organisations de la société civile, membres du Forum social mondial et de plusieurs autres réseaux de solidarité internationale, appelons à la dénonciation des actions que le gouvernement criminel, en complicité avec certains maires, mène contre la population colombienne et en particulier contre les jeunes.

Nous appelons à :

  • L'arrêt immédiat de la répression contre les manifestants, et le massacre de jeunes et de civils par la police et les forces gouvernementales.
  • Que les dirigeants politiques nationaux du monde entier et les institutions internationales rompent enfin leur silence vis-à-vis du gouvernement d'Iván Duque Márquez et de la situation en Colombie et exigent que les violations des droits de l'homme et la violence que le peuple colombien a subies ces derniers jours, mais aussi depuis des années, ne restent pas impunies.
  • Que le gouvernement colombien démantèle l'escadron mobile anti-émeute (ESMAD) car il est une force de choc disproportionnée et létale contre le droit légitime de la population à la protestation sociale.
  • Que les organisations signataires de cet appel se joignent aux divers mouvements sociaux, populaires, politiques, culturels et économiques de nos régions et d'autres pays du monde pour réaliser des actions immédiates de dénonciation et de solidarité devant les ambassades colombiennes de leurs pays.

Nous sommes solidaires avec les familles des jeunes qui ont été assassinés et tués, et avec toutes celles et ceux qui ont été agressés de différentes manières par les forces de l'État.

Nous réaffirmons notre engagement et notre soutien à toutes les expressions sociales organisées et populaires de Colombie qui s'engagent dans la construction d'une société planétaire orientée vers une relation fructueuse entre les êtres humains et entre les êtres humains et la Terre.

Nous continuerons à soutenir

Associations signataires :

  • Alliance for Future Generations - Fiji
  • Asociación HUITACA Pacto por la Vida y por La Paz
  • Attac Allemagne
  • Attac Argentina
  • Attac France
  • Articulacion Feminista Mercosur
  • AWMR Italia -Donne della Regione Mediterranea

  • CADTM INTERNACIONAL
  • Carrefour d'animation et participation à un monde ouvert CAPMO
  • Ciranda Internacional de Comunicação Compartllhada
  • CLETA UNAM
  • Conselho Mundial da Paz
  • Comité de Vigilance pour la Démocratie en Tunisie - Belgique
  • Comunidad Cristiana de Zaragoza Torrero III España
  • Compas Brasil
  • Colectivo Contraimpunidad- Uruguay
  • Coordinadora de dones creients i feministes Alcem La Veu - Barcelona
  • Echoes of Women in Africa Initiatives
  • Escuela Normal Superior de México

  • European Attac Network
  • Feminist Task Force
  • FOKUS - Forum for Women and Development
  • Forum marocain des alternatives sud
  • Foro Social Panamazónico
  • France Amérique Latine
  • Global Dialogue for Systemic Change
  • Global Justice Now
  • Global South Coalition for Dignified Menstruation
  • Human Rights Funders Network
  • Instituto Paulo Freire
  • Internacional de Trabajadores de la Construcción y la Madera, ICM
  • International Women's Rights Action Watch Asia Pacific (IWRAW Asia Pacific)
  • Mujeres en dialogo CVX España
  • Mujeres en Lucha

  • Mujeres y Teología (Sevilla y Zaragoza)
  • Oikotree Global Forum

  • Pacific Dialogue Ltd
  • Prague Spring II - Network against right Wing Extremisme and Populisme
  • Partido Comunes
  • Plateforme altermondialiste
  • Radha Paudel Foundation
  • Revuelta de mujeres en la iglesia - Madrid y Zaragoza
  • Sector de Mujeres de la HOAC - Barcelona St. Feliu
  • Todas somos Micaela - Perú

  • União Brasileira de Mulheres
  • Women and Law In Southern Africa Research and Education Trust - Mozambique

Si vous souhaitez signer cet appel au nom de votre association, cliquez ici

Categories: Attac Planet

Marche pour le Climat : retour sur les mobilisations d'une journée historique !

Mon, 10/05/2021 - 16:27

Le dimanche 9 mai, nous étions plus de 115 000 personnes à marcher dans 163 villes en France, en Belgique, au Luxembourg pour dénoncer l'échec climatique du quinquennat.

ParisJPEG - 211.6 ko JPEG - 256 ko JPEG - 307.4 ko JPEG - 189 ko JPEG - 248.2 ko JPEG - 231.5 ko JPEG - 276.2 ko JPEG - 181 ko JPEG - 240.3 ko JPEG - 250.1 ko JPEG - 326.4 ko JPEG - 221.8 ko JPEG - 161 ko Clermont-FerrandJPEG - 3 Mo JPEG - 3.5 MoChambéryJPEG - 4.2 Mo JPEG - 3.6 Mo JPEG - 3.8 Mo JPEG - 3.4 MoMontpellierJPEG - 177.9 ko JPEG - 194 ko JPEG - 200.7 koNantesJPEG - 140.8 ko JPEG - 148.8 ko JPEG - 201.4 ko JPEG - 199 ko JPEG - 106.7 ko JPEG - 75 koToulouseJPEG - 158.4 ko JPEG - 174.4 ko JPEG - 141.8 ko JPEG - 138.5 ko JPEG - 145.3 koAntonyJPEG - 462 ko JPEG - 470.3 koLyonJPEG - 193.8 ko JPEG - 135 ko JPEG - 159.9 ko JPEG - 230.2 koMarseilleJPEG - 53.2 koBruxellesJPEG - 177.5 koLes Sables-d'OlonneJPEG - 445.7 ko JPEG - 553.4 ko JPEG - 462.5 ko JPEG - 561.8 ko JPEG - 487 koLa CiotatJPEG - 2.7 Mo JPEG - 2.8 Mo JPEG - 2.7 Mo
Categories: Attac Planet

Attestation de déplacement dérogatoire « LOI CLIMAT, LA MARCHE D'APRES » du 9 mai 2021

Sat, 08/05/2021 - 11:48

Vous pouvez télécharger le modèle d'attestation de déplacement dérogatoire pour manifester.

PDF - 241.5 ko

Retrouvez sur la carte la mobilisation proche de chez vous. (Il faut cliquer sur le nom de la ville pour avoir les informations sur l'heure et le lieu de RDV.)

Categories: Attac Planet

[A lire] Résistances africaines à la domination néocoloniale

Fri, 07/05/2021 - 20:04

Présentation de l'ouvrage coordonné par Martine Boudet, Résistances africaines à la domination néocoloniale, Éditions du Croquant, mars 2021.

L'ouvrage est publié aux éditions du Croquant et disponible à la commande ici.

Au vu de la crise du système néolibéral – géopolitique, socioéconomique, écologique, sanitaire –, il importe de réformer certaines règles de la vie internationale. Concernant l'Afrique, continent particulièrement impacté, l'annulation des dettes, en faveur de laquelle se sont prononcés des responsables politiques et religieux, fait partie de ce programme, de même que l'abolition du franc CFA, l'arrêt des opérations militaires extérieures et des accords de partenariat économique (APE), la relocalisation des économies, la restitution des biens culturels spoliés... C'est sur ces bases que s'organisent les sociétés civiles, dont les femmes sont souvent les protagonistes, les diasporas installées en Europe, ainsi que les mouvements sociaux.

Cet ouvrage est à l'actif d'une équipe de spécialistes et de responsables associatifs de différents pays : Mali, Sénégal, Togo, France... L'actualité continentale est étayée par des panoramas internationaux, qui incluent les accords transatlantiques. Un point est fait sur les éléments de programme et les actions citoyennes élaborés par les collectifs d'intellectuel·les et les réseaux citoyens.

Néolibéralisme et néocolonialisme font bon ménage. En réponse, cette publication se veut un outil altermondialiste, qui contribue à faire des relations Afrique-Europe-France le tremplin d'un sursaut solidaire. Que le mouvement antiraciste et « des droits civiques », qui se développe aux USA et en Europe, soit une opportunité pour les peuples du Sud de faire valoir les principes d'un alter-développement, à la fois afrocentré et à visée universelle.

  • Autrices et auteurs : Jacques Berthelot, Saïd Bouamama, Martine Boudet (coordination), Thierry Brugvin, Esmathe Gandi, Claude Layalle, Gus Massiah, Marie-Paule Murail, Kako Nubukpo, Ndongo Samba Sylla, Aminata Traoré.
  • Avec le soutien des organisations et réseaux suivants : Association pour la défense des droits à l'eau et à l'assainissement/Addea (Sénégal), Attac Burkina,Attac Togo, CADTM Afrique, CEDETIM, Forum pour un autre Mali, FUIQP/Front uni de l'immigration et des quartiers populaires (France), Plate-Forme panafricaine, réseau SOL.
Table des matières
  • Préface - Pour davantage de convergence des luttes par Aminata Traoré
  • Introduction – L'Afrique à la croisée des chemins ? par Martine Boudet
  • Première partie – L'actualité africaine en contexte
  • Chapitre 1er – Pillage des ressources et conflits en Afrique. Quelles réparations ? par Esmathe Gandi
  • Chapitre 2 – Le contexte écologique du continent africain, par Marie-Paule Murail
  • Chapitre 3 – La Zone franc et le franc CFA : retour sur un contentieux économique et politique, par Kako Nubukpo
  • Deuxième partie – Historique des accords économiques
  • Chapitre 4 – Les accords économiques Afrique-France, une histoire négative, par Saïd Bouamama
  • Chapitre 5 – Du libéralisme forcé, le cas des APE, par Ndongo Samba Sylla
  • Chapitre 6 – La stratégie de l'Union européenne pour perpétuer la néo-colonisation de l'Afrique, par Jacques Berthelot
  • Troisième partie – Panorama des accords internationaux
  • Chapitre 7 – Une vision globale sur le libre-échange. Cas des accords transatlantiques : TAFTA, CETA…, par Claude Layalle
  • Chapitre 8 – Les APE s'inscrivent dans une politique ordo-libérale mondiale, par Thierry Brugvin
  • Quatrième partie – Prospectives programmatiques et institutionnelles
  • Chapitre 9 – Les dettes illégitimes, leur impact et les alternatives, par les CADTM d'Afrique et Attac Burkina-Faso
  • Chapitre 10 – Dettes coloniales et réparations, entretien avec Saïd Bouamama
  • Chapitre 11 – Le devoir de solidarité Nord-Sud, condition de la construction altermondialiste, par Marie-Paule Murail
  • Conclusion – Les mouvements sociaux africains au cœur de l'altermondialisme, par Gus Massiah
Categories: Attac Planet

[Du mouvement social !] L'émission d'Attac sur Radio Aligre , « L'austérité n'est pas une fatalité ! Qui doit payer la dette covid ? »

Fri, 07/05/2021 - 15:54

Chaque mois, l'association Attac vous donne rendez-vous autour d'un sujet d'actualité avec des invités pour en débattre, et vous présente un panorama du mouvement social.

Face à la dette covid, le gouvernement veut « remettre en ordre les finances publiques ». Dit autrement : plus d'austérité et de réformes néolibérales, plus d'inégalités fiscales, moins de services publics.
Mais l'austérité n'est pas une fatalité.
Quelles propositions pour la justice fiscale et sociale ? Que faire de la dette covid ? Comment défendre les services publics et les droits sociaux ?

Avec :

  • Dominique Plihon, économiste et militant d'Attac
  • Vincent Drezet, syndicaliste à SUD Finances Publiques et militant d'Attac
  • Maryse Lopez, infirmière à l'Hôpital Tenon, et syndicaliste Sud-Santé.

Emission « Du mouvement social » (Attac), Radio Aligre FM,
Sur la bande FM : 93.1 ; sur Internet : http://aligrefm.org/
Mardi 11 mai – 18h-19h.

Categories: Attac Planet

[Rapport] Pas d'emplois sur une planète morte : sauver le climat, gagner des droits, créer des emplois

Fri, 07/05/2021 - 07:00

Ce rapport « Pas d'emplois sur une planète morte : sauver le climat, gagner des droits, créer des emplois », publié par le collectif Plus jamais ça, présente un décryptage des idées reçues, qui opposent emploi et lutte contre le changement climatique, et des propositions concrètes du collectif pour une transition écologique qui soit créatrice d'emploi. Dans un contexte de pandémie, les crises sanitaire, sociale et environnementale remettent au centre des débats l'urgence de choix politiques ambitieux pour la lutte contre les changements climatiques et de l'accès de toutes et tous à un emploi et à un revenu dignes. Nous ne pouvons collectivement nous résoudre à rester dans l'opposition entre la préservation de la planète et la création d'emplois.

Pour afficher le rapport en plein écran, cliquez sur ce lien. Pour télécharger le rapport en version imprimable, cliquez sur ce lien.
Categories: Attac Planet

Premier mai : succès des mobilisations, stand Attac saccagé et soutien à la CGT

Sun, 02/05/2021 - 16:09

Alors que cette journée du 1er mai a été marquée par une remobilisation sociale importante dans le contexte de la crise du COVID, une fois de plus, des stratégies de tension et des violences des forces de l'ordre ont marqué plusieurs cortèges.

A Paris, le stand d'Attac a été saccagé en fin de manifestation par des membres des forces de l'ordre : quel danger des affiches dénonçant les ultra riches profiteurs de la crise, Bernard Arnault, François Pinault ou Françoise Bettencourt Meyers représentaient elles ?

Photo du stand Attac pendant la manif du #1erMai, avant et après que les "forces de l'ordre" l'aient massacré à coups de matraques.

Bonjour @prefpolice @Interieur_Gouv, peut-on avoir des explications sur cette agression ? Pourquoi arracher les affiches d'une association ? pic.twitter.com/ZErQB110WP

— Attac France (@attac_fr) May 2, 2021

Mais Attac tient surtout à affirmer une totale solidarité avec les camarades de la CGT, lâchement attaqué·e·s hier à Paris et à Lyon. L'attaque d'un cortège syndical, défendant les droits de travailleur·ses et la solidarité internationale, ne peut prétendre à aucune justification. Les insultes homophobes, racistes, sexistes, le lynchage de militant·e·s à terre, les blessures graves que certain·e·s ont subi sont inadmissibles et on peut se demander l'objectif politique de tels agissements !

21 blessés, dont quatre graves auxquels nous apportons notre soutien ✊????✊????✊????✊????✊???? pic.twitter.com/EIEPkb5oNj

— La CGT (@lacgtcommunique) May 1, 2021

Nous dénonçons fermement les violences des forces de l'ordre, comme de ces groupes d'individus, envers nos camarades de la CGT, et appelons à une réaction collective.

Categories: Attac Planet

Pas de justice climatique sans...

Fri, 30/04/2021 - 16:38

Tract à lire, imprimer et diffuser lors des marches climat du 9 mai partout en France.

Retrouvez ici la cartographie des mobilisations partout en France.

Categories: Attac Planet

Appel de Plus Jamais ça aux marches climat du 9 mai

Fri, 30/04/2021 - 16:06

Le collectif « Plus Jamais ça » appelle à participer aux marches climat partout en France le 9 mai.

A l'appel de nombreuses organisations, des marches sont organisées partout en France le dimanche 9 mai. La crise sanitaire renforce notre conviction qu'urgences sociale et environnementale se conjuguent. C'est maintenant et massivement qu'il faut engager la transition écologique de nos sociétés.

Nous faisons nôtres les alertes des scientifiques sur le dérèglement climatique et les atteintes à la biodiversité, leurs causes et les moyens d'y répondre. Il y a urgence à transformer en profondeur nos modes de vie, de consommation et de production. Cela passe notamment par une autre répartition des richesses, des modèles de production et d'échanges guidés d'abord et avant tout par des impératifs sociaux et écologiques, aussi bien au niveau national qu'au niveau mondial.

Alors qu'ils contribuent à la préservation de notre planète et à une autre logique de développement, le démantèlement des services publics se poursuit. Plutôt que d'abandonner et de privatiser des missions publiques, de généraliser l'austérité budgétaire, de fermer ou regrouper les services publics implantés sur le territoire national ou encore de restreindre les moyens des collectivités locales, c'est au développement des services publics qu'il faut procéder. Il n'y aura pas de résolution de la crise d'aujourd'hui avec les solutions d'hier et avec de simples effets d'annonces du gouvernement sans objectifs ambitieux et concrets pour protéger la biodiversité et le climat. Il est urgent de mieux articuler le “Penser global, agir local”. La France pourrait ainsi donner une impulsion salutaire au niveau européen et mondial.

Nous exigeons d'ores et déjà une conditionnalité sociale et écologique sur toute aide publique versée aux entreprises. Nous exigeons en outre que les objectifs de réduction des émissions de gaz à effets de serre soient contraignants pour l'État et pour les entreprises. Nous demandons la création de centaines de milliers d'emplois dans la transition écologique et sociale. Et nous proposons que pour dégager l'argent public nécessaire, soient taxées les multinationales les plus polluantes et les plus riches, grands profiteurs de la crise.

Le gouvernement français a été condamné pour son inaction climatique dans le procès de l'Affaire du Siècle. Pourtant, la loi climat proposée par le gouvernement et qui devrait être votée le 4 mai est d'une indigence coupable, dénoncée par les participants à la Convention citoyenne pour le climat. C'est pourquoi nous appelons à organiser et rejoindre largement les marches pour le climat pour y porter nos exigences d'une société plus juste, écologique, solidaire et démocratique.

Signataires :
350.org, ActionAid France, AequitaZ, Alternatiba, ANV-COP 21, Attac, CGT, Confédération Paysanne, Convergence des Collectifs de Défense et de Développement des Services Publics, Communauté de l'Arche, DAL, Fondation Copernic, France Nature Environnement, FSU, Greenpeace, Les Amis de la Terre France, Mouvement pour une Alternative Non-violente, Oxfam, UNEF, Union syndicale Solidaires.

Retrouvez ici la cartographie des mobilisations partout en France.

Categories: Attac Planet

Biden : vers une (R)évolution progressiste au pays de l'Oncle Sam ?

Fri, 30/04/2021 - 15:41

S'il reste à voir comment elles seront effectivement appliquées, les annonces et les premières décisions de Joe Biden constituent un événement majeur non seulement dans le débat sur la place de l'impôt et des dépenses publiques, mais également dans la façon de concevoir l'action publique face à la montée des inégalités, aux injustices de toutes sortes et à la crise climatique.

En déclarant que « la théorie du ruissellement n'a jamais fonctionné », qu'il fallait que les riches et les multinationales paient « leur juste part » d'impôt et en fustigeant les niches fiscales, Joe Biden a montré qu'il était légitime et urgent de donner un coup d'arrêt aux politiques fiscales néolibérales consistant à alléger les impôts des plus aisés et des grandes entreprises. Ses mesures ? Ne pas augmenter l'impôt des classes moyennes, relever le taux nominal de l'impôt sur les sociétés fédéral à 28 % et doubler l'imposition des plus values des « super riches ». Autrement dit : il s'agit de mieux répartir la charge fiscale… Joe Biden propose également en ce sens d'instaurer au plan mondial un taux minimum de 21 % sur les multinationales. Il met au défi les pays qui négocient sous l'égide de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) d'aller plus loin dans ce qu'ils envisageaient jusque là (un taux minimum de 12,5 %, soit l'équivalent du taux irlandais) et dans leurs propres choix, souvent inspirés du Reaganomics auquel Biden met actuellement fin.

Le nouveau président américain a également bien saisi d'une part, l'importance d'agir vite dans la période de crise actuelle et d'autre part, la nécessité de mettre au regard de ses décisions fiscales des contreparties concrètes. Il a ainsi annoncé de vastes plans en mettant en avant la nécessité d'investir, de lutter contre les inégalités, de soutenir le pouvoir d'achat de millions de foyers et en évoquant même à plusieurs reprises la lutte contre la « crise climatique ». Les chiffres ont de quoi donner le tournis : 1 900 milliards de dollars (1 615 milliards d'euros) ont été annoncés en mars pour relancer l'économie, le projet visant les infrastructures s'élèverait pour sa part à 2 250 milliards en 8 ans et environ 1 000 milliards de dollars concerneraient l'aide aux familles (accueil des jeunes enfants, gratuité pour l'inscription aux universités…).

Il est frappant de mesurer l'écart entre ce qu'il se passe en France et aux États-Unis : Emmanuel Macron a baissé la fiscalité des plus riches avec la suppression de l'ISF et la flat tax sur les revenus financiers ; il a baissé la fiscalité des entreprises avec la baisse de l'impôt sur les sociétés et des impôts de production [1] ; il prépare l'opinion à une nouvelle cure d'austérité [2]. Joe Biden fait précisément l'inverse en mettant à contribution les riches et les multinationales pour financer une ambitieuse politique de relance.

Certes, les États-Unis souhaitent combler une partie de leur retard sur l'Europe en matière de politique sociale. Mais les 750 milliards d'euros de relance de l'Union européenne et les 100 milliards (en deux ans) du plan de relance français font tout de même bien pâle figure à côté des plans Biden… Surtout, ceux-ci montrent que, contrairement à ce qui a été invoqué tant en France qu'en Europe, il existe une alternative plus juste à la voie néolibérale.

Certes, il peut y avoir loin de la coupe aux lèvres. Il faudra désormais voir comment l'OCDE s'empare du projet de taux minimum, comment les bénéfices seront répartis, etc. On peut aussi noter que le taux d'impôt sur les sociétés passe de 21% à 28 % mais surtout qu'il était de 35% au début du mandat de Donald Trump !

Certes, de la même manière, il est évident que Joe Biden souhaite prendre un temps d'avance dans la compétition internationale face à la montée en puissance de la Chine notamment. Il « pense » d'abord aux américains. Mais Joe Biden a aussi été élu pour cela, et il aurait pu faire moins, ou tout simplement poursuivre sur la voie qu'ont emprunté les États-Unis de longue date, plus ou moins corrigée selon les présidences.

Certes…. Mais ne nous y trompons-donc pas : c'est bien à une rupture que nous assistons. Une rupture après des années de baisses d'impôts pour les riches et les entreprises ; une rupture avec la course au moins-disant fiscal. Reste à savoir quelle sera sa portée. Avec ses déclarations, Joe Biden ouvre une période qui peut permettre de rebattre les cartes et, au fond, de réhabiliter certaines idées éhontément jugées "irréalisables" par les gouvernants. Il en va ainsi de la taxation unitaire, de la justice fiscale, de la lutte contre l'évasion fiscale, du rôle de l'action publique et de la protection sociale, de la réduction des inégalités ou encore de la transition écologique. Autant de questions chères à Attac notamment.

Couverture : capture d'écran - discours de Joe Biden au Congrès américain. 28 avril 2021.

[1] Nous avons montré dans une note récente que ces différentes mesures nous coûtent un « pognon de dingue » et représentent un coût cumulé depuis le début du quinquennat d'au moins 57,83 milliards d'euros

[2] Voir la note d'Attac du 15 avril 2021 ; « Programme de stabilité budgétaire : l'austérité en marche »

Categories: Attac Planet

[A revoir] « Allons plus loin » sur Public Sénat avec Aurélie Trouvé

Thu, 29/04/2021 - 12:07

Notre porte-parole Aurélie Trouvé était sur le plateau de Public Sénat le 27 avril pour débattre de la politique de Biden et sa proposition d'une taxe mondiale de 21% sur les multinationales, la flambée des dividendes des actionnaires en pleine crise sanitaire, la chute de popularité de macron.

Revoir l'émission du 27/04 avec Aurélie Trouvé, économiste et porte-parole d'Attac, et Eric Delannoy, économiste et fondateur du cabinet de conseil Tenzing (à partir de 55')

Categories: Attac Planet

La justice fiscale c'est pour quand ?

Thu, 29/04/2021 - 11:56

Openlux, LuxLeaks, Panama Papers, Paradise Papers... Malgré les scandales et les effets d'annonce, les paradis fiscaux continuent à prospérer. Les ultra riches, les multinationales, et les cabinets d'affaires, qui jouent un rôle clé dans l'industrie de l'évasion fiscale, n'ont toujours pas changé leurs pratiques.

Au niveau de l'Union européenne jusqu'à 1 000 milliards d'euros sont perdus chaque année en raison de l'évasion fiscale et de l'évitement fiscal.

En France, ce sont 80 milliards d'euros qui échappent au budget annuel de l'État à cause de la fraude et de l'évasion fiscale. Des sommes qui permettraient de répondre aux urgences sanitaires, sociales et écologiques et de créer des centaines de milliers d'emplois.

Qu'elle soit légale ou pas, l'évasion fiscale aggrave fortement les déficits publics, contribue à l'injustice fiscale et à une baisse du consentement à l'impôt. Elle mine ainsi l'un des piliers de la démocratie et sert d'argument à l'affaiblissement des services publics et de la protection sociale.

Depuis plusieurs années, Attac se bat pour la justice fiscale en menant des actions citoyennes pour que des ultra riches comme Bernard Arnault ou Françoise Bettencourt Meyers et des multinationales comme Apple, BNP Paribas ou Amazon paient leur juste part d'impôts.

En vous engageant à nos côtés, vous pouvez nous aider à montrer leurs vrais visages, celui qui se dissimule derrière des slogans et des campagnes de communication trop bien huilés.

Ensemble, faisons payer les profiteurs et reprenons le contrôle sur notre avenir.

Alors n'attendez plus, passez à l'Attac !
france.attac.org - attacfr@attac.org

Categories: Attac Planet

Plus Jamais Ça en action : une victoire pour la Chapelle Darblay !

Wed, 28/04/2021 - 18:48

Les salarié·e·s de la Chapelle Darblay accompagné·e·s de 120 militant·e·s et des porte-parole des 8 associations et syndicats membres du collectif Plus Jamais Ça ont occupé pendant 8 heures le ministère de l'Economie afin d'exiger de la part du gouvernement le maintien de toutes les activités sur le site de la Chapelle Darblay, dernière usine française de papier 100 % recyclé.

Toute la matinée, animations et interventions des salarié·e·s de la Chapelle Darblay et des porte-parole d'Attac, la CGT, la Confédération Paysanne, la FSU, Greenpeace, les Amis de la terre, Oxfam et l'Union Syndicale Solidaires se sont succédées pour porter nos revendications communes.

[ACTION EN COURS]

Plus de 100 de militant·e·s occupent le parvis d' @Economie_gouv pour interpeller le gouvernement sur la situation de la #ChapelleDarblay :

La Chapelle Darblay est la seule et dernière papeterie à fabriquer du papier journal 100% recyclé.#PlusJamaisCa pic.twitter.com/cYAb9Y36AI

— Attac France (@attac_fr) April 28, 2021

Après avoir fait la sourde oreille et devant la détermination collective des occupant·e·s, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie a accepté de recevoir une délégation des salarié·e·s et Philippe Martinez, représentant le collectif Plus Jamais Ça. A la sortie de cette discussion, la ministre s'est engagée à ce que le site de la Chapelle Darblay reste un site papetier et à ce qu'aucune offre de reprise ne soit acceptée sans l'aval préalable des salarié·e·s. Une prochaine réunion sur les offres de reprise aura lieu le 10 mai.

Un peu plus d'un an après sa création, le collectif Plus Jamais Ça s'engage et agit concrètement pour que l'avenir de l'industrie rime avec écologie. Heureux·ses de cette victoire, salarié·e·s et membres du collectif n'en resteront pas moins mobilisé·e·s jusqu'au redémarrage de l'usine.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Attac France (@attac_fr)

Categories: Attac Planet

Devant Bercy, le collectif d'associations et de syndicats Plus jamais ça appelle Bruno Le Maire à sauver le site industriel de Chapelle-Darblay

Wed, 28/04/2021 - 10:23

Ce matin, les organisations du collectif Plus jamais ça et des représentants des salariés de la papeterie ont occupé le parvis du Ministère de l'Economie et des Finances à Paris pour demander à Bruno Le Maire de garantir la sauvegarde intégrale de la papeterie Chapelle-Darblay. L'usine, située à Grand-Couronnes, au sud-ouest de Rouen (76), est à l'arrêt depuis le 6 mai 2020 et sur le point d'être définitivement fermée le 15 juin. La mobilisation s'est déroulée dans le respect des gestes barrière, avec port du masque et distances de sécurité.

120 militant·es, syndicalistes et représentants des salarié·es ont investi le parvis du Ministère de l'Economie et des Finances et ont déployé deux banderoles de 15 mètres de long pour interpeller Bruno Le Maire avec le message « Pour qu'industrie rime avec écologie, Sauvons Chapelle-Darblay ». En contrebas du quai, une vingtaine de mannequins représentant des salarié·es ont été jetées à l'eau, dans la Seine. Alors que les forces de l'ordre commençaient à intervenir, les représentant·es des organisations se sont enchaîné·es au quai. C'est ainsi que Jean-François Julliard, Philippe Martinez, Aurélie Trouvé, Nicolas Girod, Khaled Gaiji et Simon Duteil ont montré la détermination du collectif, sous les fenêtres de Bruno Le Maire.

Selon la CGT, Greenpeace France et Attac, « Il est temps que l'État remplisse son rôle protecteur, et ne laisse plus les intérêts privés lui dicter sa politique économique, d'aménagement du territoire et de développement de l'économie circulaire. Chapelle-Darblay est un symbole de notre souveraineté industrielle, particulièrement nécessaire en ces temps de crise sanitaire sans précédent. Nous sommes là, avec les salariés, pour avoir la garantie que Chapelle-Darblay sera sauvée. »

En octobre dernier déjà, le collectif s'était rendu sur place pour rencontrer les salarié·es et réaffirmer l'impératif de conjuguer industrie avec progrès social et environnemental. La revendication est centrale et hautement symbolique pour le collectif, qui acte aujourd'hui une étape de plus dans sa lutte aux côtés des salariés de Chapelle-Darblay.

Unique en son genre, la papeterie est la seule usine en France capable de fabriquer du papier journal 100% recyclé. Chapelle-Darblay est un modèle d'industrie écologique avec sa chaudière biomasse, sa station d'épuration et la possibilité d'acheminer le papier recyclé par la Seine. L'usine est aussi pourvoyeuse de 750 emplois directs ou indirects dans le bassin rouennais. Face à cette situation et malgré un discours en apparence volontaire, le gouvernement reste attentiste et s'accommode d'offres de reprises qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. La perspective d'une délocalisation des machines afin d'accroître les profits alors même que les activités de la papeterie étaient rentables (16 millions d'euros de bénéfices en 2019) est inenvisageable.

Il y a trois semaines, les organisations avaient déjà lancé une pétition pour interpeller Bruno Le Maire sur la situation.

Categories: Attac Planet

Devant Bercy, le collectif d'associations et de syndicats Plus jamais ça appelle Bruno Le Maire à sauver le site industriel de Chapelle-Darblay

Wed, 28/04/2021 - 09:53

Ce matin, les organisations du collectif Plus jamais ça et des représentants des salariés de la papeterie ont occupé le parvis du Ministère de l'Economie et des Finances à Paris pour demander à Bruno Le Maire de garantir la sauvegarde intégrale de la papeterie Chapelle-Darblay. L'usine, située à Grand-Couronnes, au sud-ouest de Rouen (76), est à l'arrêt depuis le 6 mai 2020 et sur le point d'être définitivement fermée le 15 juin. La mobilisation s'est déroulée dans le respect des gestes barrière, avec port du masque et distances de sécurité.

120 militant·es, syndicalistes et représentants des salarié·es ont investi le parvis du Ministère de l'Economie et des Finances et ont déployé deux banderoles de 15 mètres de long pour interpeller Bruno Le Maire avec le message « Pour qu'industrie rime avec écologie, Sauvons Chapelle-Darblay ». En contrebas du quai, une vingtaine de mannequins représentant des salarié·es ont été jetées à l'eau, dans la Seine. Alors que les forces de l'ordre commençaient à intervenir, les représentant·es des organisations se sont enchaîné·es au quai. C'est ainsi que Jean-François Julliard, Philippe Martinez, Aurélie Trouvé, Nicolas Girod, Khaled Gaiji et Simon Duteil ont montré la détermination du collectif, sous les fenêtres de Bruno Le Maire.

[ACTION EN COURS]

Plus de 100 de militant·e·s occupent le parvis d' @Economie_gouv pour interpeller le gouvernement sur la situation de la #ChapelleDarblay :

La Chapelle Darblay est la seule et dernière papeterie à fabriquer du papier journal 100% recyclé.#PlusJamaisCa pic.twitter.com/cYAb9Y36AI

— Attac France (@attac_fr) April 28, 2021

Selon la CGT, Greenpeace France et Attac, « Il est temps que l'État remplisse son rôle protecteur, et ne laisse plus les intérêts privés lui dicter sa politique économique, d'aménagement du territoire et de développement de l'économie circulaire. Chapelle-Darblay est un symbole de notre souveraineté industrielle, particulièrement nécessaire en ces temps de crise sanitaire sans précédent. Nous sommes là, avec les salariés, pour avoir la garantie que Chapelle-Darblay sera sauvée. »

« Social et environnemental ça va de pair ! »

❓ Pourquoi sommes-nous mobilisé·e·s, avec le collectif #PlusJamaisCa, devant @Economie_Gouv pour exiger la sauvegarde de #ChapelleDarblay ?

Réponse en vidéo avec @TrouveAurelie (@attac_fr) & Philippe Martinez (@lacgtcommunique) ???? pic.twitter.com/sjEH97jVAR

— Aurélie Trouvé (@TrouveAurelie) April 28, 2021

En octobre dernier déjà, le collectif s'était rendu sur place pour rencontrer les salarié·es et réaffirmer l'impératif de conjuguer industrie avec progrès social et environnemental. La revendication est centrale et hautement symbolique pour le collectif, qui acte aujourd'hui une étape de plus dans sa lutte aux côtés des salariés de Chapelle-Darblay.

Unique en son genre, la papeterie est la seule usine en France capable de fabriquer du papier journal 100% recyclé. Chapelle-Darblay est un modèle d'industrie écologique avec sa chaudière biomasse, sa station d'épuration et la possibilité d'acheminer le papier recyclé par la Seine. L'usine est aussi pourvoyeuse de 750 emplois directs ou indirects dans le bassin rouennais. Face à cette situation et malgré un discours en apparence volontaire, le gouvernement reste attentiste et s'accommode d'offres de reprises qui ne sont pas à la hauteur des enjeux. La perspective d'une délocalisation des machines afin d'accroître les profits alors même que les activités de la papeterie étaient rentables (16 millions d'euros de bénéfices en 2019) est inenvisageable.

Il y a trois semaines, les organisations avaient déjà lancé une pétition pour interpeller Bruno Le Maire sur la situation.

???? Sauvons la papeterie #ChapelleDarblay !

Nous, 8 organisations du collectif #PlusJamaisCa, sommes à Bercy pour exiger que @BrunoLeMaire garantisse la sauvegarde intégrale de la papeterie #ChapelleDarblay.

On vous explique tout dans ce [Thread] ⬇️⬇️ pic.twitter.com/xGPTE6F1UE

— Greenpeace France (@greenpeacefr) April 28, 2021

???? Pourquoi Attac et les organisations du collectif #PlusJamaisCa occupent actuellement le quai du Ministère de l'Economie et des Finances pour défendre #ChapelleDarblay ?

???? On vous explique tout ça en vidéo, en 1 minute, avec notre secrétaire générale Annick Coupé ???????? pic.twitter.com/Qg7YCGXeh3

— Attac France (@attac_fr) April 28, 2021

????️ « Si ce @gouvernementFR veut être crédible sur la transition écologique et sociale : qu'il commence à sauver le millier d'emplois directs et indirects de La #ChapelleDarblay. »#PlusJamaisCa pic.twitter.com/aRAM0ylD5j

— Aurélie Trouvé (@TrouveAurelie) April 28, 2021

Categories: Attac Planet

[ACTION EN COURS] Le Collectif #PlusJamaisCa occupe Bercy pour exiger la sauvegarde de #ChapelleDarblay

Wed, 28/04/2021 - 09:22

Depuis ce matin 8h, plus de 100 militant·e·s du collectif #PlusJamaisCa occupent le parvis du Ministère de l'Economie et des Finances pour exiger la sauvegarde de l'usine de La #ChapelleDarblay.

[ACTION EN COURS]

Plus de 100 de militant·e·s occupent le parvis d' @Economie_gouv pour interpeller le gouvernement sur la situation de la #ChapelleDarblay :

La Chapelle Darblay est la seule et dernière papeterie à fabriquer du papier journal 100% recyclé.#PlusJamaisCa pic.twitter.com/cYAb9Y36AI

— Attac France (@attac_fr) April 28, 2021

???? Pourquoi Attac et les organisations du collectif #PlusJamaisCa occupent actuellement le quai du Ministère de l'Economie et des Finances pour défendre #ChapelleDarblay ?

???? On vous explique tout ça en vidéo, en 1 minute, avec notre secrétaire générale Annick Coupé ???????? pic.twitter.com/Qg7YCGXeh3

— Attac France (@attac_fr) April 28, 2021

Categories: Attac Planet