Skip navigation

News from Attac France

Syndiquer le contenu Attac France
Attac s'engage pour la justice sociale et environnementale et mène des actions contre le pouvoir de la finance et des multinationales. Mouvement d'éducation populaire, l'association produit analyses et expertises, organise des conférences, des réunions publiques, participe à des manifestations… Attac est présente dans une cinquantaine de pays ; Attac France compte près de 10 000 membres et plus de 100 comités locaux.
Mis à jour : il y a 2 heures 41 min

Ne les laissons plus faire n'importe quoi avec notre argent

il y a 5 heures 17 min

20 ans après sa création, Attac est plus que jamais un outil indispensable pour la réussite des mobilisations face aux multinationales et au gouvernement d'Emmanuel Macron :

  • Suite à nos actions citoyennes contre l'évasion fiscale, nous avons dû affronter Apple et BNP Paribas devant les tribunaux. Les jugements sont sans appel : nous menons une « campagne d'intérêt général contre l'évasion fiscale des banques et des multinationales » .
  • Nous avons été, avec la Fondation Copernic, à l'initiative de la marée populaire du 26 mai qui a rassemblé 280 000 personnes dans 190 villes de France dont 80 000 personnes à Paris ;
  • Nous préparons l'Université d'été « solidaire et rebelle » du 22 au 26 août à Grenoble, avec plus de 200 organisations et mouvements, qui sera un temps fort avant la rentrée.

Depuis le début de cette année, nous avons beaucoup travaillé pour et avec les autres et dépensé énormément d'énergie à nous défendre face à la plus grande banque européenne et la plus grande multinationale du monde. Or, face à un Emmanuel Macron qui cherche à transformer en profondeur la société française, en multipliant les mesures de régression sociale, en sacrifiant la protection de l'environnement au profit des lobbies et en renforçant l'impunité fiscale des multinationales et des ultra-riches, il est urgent de repasser à l'action.

Nous préparons une nouvelle campagne ciblant les banques et les institutions publiques qui continuent à investir massivement dans les énergies du passé, à financer des industries toxiques et à pratiquer l'évasion fiscale. L'objectif est à la fois simple et ambitieux : ne plus les laisser faire n'importe quoi avec notre argent et reprendre le contrôle sur notre avenir.

Nos adversaires disposent des moyens financiers démesurés. Pour les faire plier, nous avons besoin de votre aide !

Ne les laissons plus faire n'importe quoi avec notre argent

Campagne de dons

Avancement de la campagne : 0 € sur 50000 € !

0%
Catégories: Attac Planet

Images de la mobilisation pour la Relaxe pour Nicole Briend

il y a 12 heures 15 min

Nicole Briend était poursuivie pour avoir participé, avec une dizaine de militant·e·s, à une réquisition citoyenne de chaises afin de dénoncer l'activité de BNP Paribas dans les paradis fiscaux. Cette action s'inscrivait dans le cadre de la campagne collective des « faucheurs de chaises » au cours de laquelle 240 chaises ont été réquisitionnées à travers la France. Plus de deux ans après cette action, BNP Paribas est toujours la banque française la plus implantée dans les paradis fiscaux, où elle détenait 198 filiales en 2017.

Toute la journée une mobilisation était organisée dans les rues de Carpentras, avec près de 500 militant·e·s venu·e·s soutenir Nicole Briend en scandant « c'est la BNP qui vole, c'est pas Nicole » , ou encore, « c'est pas Nicole qu'il faut juger, c'est l'évasion fiscale en bande organisée ». Un large soutien s'est exprimé autours de Nicole Briend qui a pu compter sur la présence de : Philippe Poutou (NPA), Sandra Regol (EELV) , Liem Hoang-Ngôc (FI), Mina Idir (PCF) et François-Xavier Ferrucci (Solidaires Finances Publiques). A l'intérieur du tribunal des témoins se sont succédés pour attester du caractère non-violent et d'utilité publique de l'action des faucheurs de chaises.

Photos : P.NK1/ fokus 21 - creative commons BY-SA -2018

Catégories: Attac Planet

Décernez un bâillon d'or aux 61 député·e·s qui ont validé la loi secret d'affaires

jeu, 14/06/2018 - 17:12

Ce jeudi 14 juin la proposition de loi sur le secret des affaires a été adoptée par l'Assemblée Nationale. Elle sera soumise au Sénat le 21 juin. Malgré les alertes lancées depuis près de 3 mois par une coalition rassemblant 52 organisations (syndicats et ONG) et l'essentiel des Sociétés de Journalistes, malgré la pétition signée par plus de 560 000 personnes, Raphael Gauvain et Emmanuel Macron ont refusé de modifier la proposition de loi. La coalition avait pourtant une demande simple : limiter le champ d'application du secret des affaires aux seuls acteurs économiques concurrentiels.

Journalistes, syndicalistes, salarié·e·s, lanceurs d'alerte, ONG, chercheurs et universitaires pourront être poursuivis devant les tribunaux par les multinationales. Les lobbys auront la main pour décider quelles sont les informations qui doivent être accessibles aux citoyen·ne·s et pourront imposer la censure.

Pour distinguer les 61 député·e·s qui, par leur vote, ont remis en cause les libertés fondamentales et le droit à l'information, le collectif #Stopsecretdaffaires met à disposition un site permettant à chacune et chacun de leur décerner un bâillon d'or

Nous remercions les 21 député·e·s qui ont refusé de céder aux lobbys et ont voté contre la proposition de loi. Nous les appelons, en cohérence avec leur vote, à saisir le conseil constitutionnel pour garantir le respect des libertés fondamentales.

Rappel des signataires de la lettre ouverte au Président de la République

Appel-Muller Patrick, Directeur de la rédaction de l'Humanité ; Arazi Marc, Président d'Alerte PhoneGate, Auroi Danielle, Présidente de Forum Citoyen pour la RSE ; Berille Luc, Secrétaire général de l'UNSA ; Beynel Éric, Porte-parole de Solidaires ; Binet Sophie et Kotlicki Marie-José, Secrétaires générales de l'UGICT-CGT ; Blanchet Lise, Présidente de la Commission SCAM des journalistes : Borrel Thomas, Porte-parole de Survie ; Bounaud Laurène, Déléguée générale de Transparency International ; Cellier Dominique, Président de Sciences Citoyennes ; Collectif « On ne se taira pas ! » ; Compain Florent, Président des Amis de la Terre France ; Coriat Benjamin et Sterdyniak Henri, Économistes atterrés ; Cossart Sandra, Directrice de Sherpa ; Cutajar Chantal, Présidente de l'Observatoire Citoyen pour la Transparence Financière Internationale ; Darmon Muriel, Présidente de l'Association Française de Sociologie ; Deltour Antoine, Lanceur d'Alertes LuxLeaks ; Derigny Alexandre, secrétaire général de la fédération des finances CGT ; Dubreuil Katia, Présidente du Syndicat de Magistrature ; Duval Guillaume, Président du Collectif Éthique sur l'étiquette ; Faucheux Benoît, Directeur général de CCFD Terre Solidaires ; Fayet Véronique, Présidente du Secours Catholique ; Fontaine Alain, Directeur général de Terre des Hommes France ; Bernadette Groison, Secrétaire Générale de la FSU ; Julliard Jean-François, Directeur exécutif de Greenpeace France ; Kalinowski Wojtek, Co-directeur de l'Institut Veblen ; Laarman Nicolas, Directeur général de Pollinis ; Lanier Vincent, Premier secrétaire général du Syndicat national des journalistes ; Lefevre Christophe, Secrétaire national en charge des affaires européennes de la CFE-CGC ; Lepers Elliot, Directeur de l'ONG Le Mouvement ; Mahieu Laurent, Secrétaire général de la CFDT Cadres ; Marolleau Jean-Louis, Secrétaire exécutif du Réseau Foi et Justice Afrique Europe – Antenne de France ; Martinez Philippe, secrétaire général de la CGT ; Merckaert Jean, Rédacteur en Chef de la Revue Projet ; Monfort Patrick, Secrétaire général du SNCS-FSU ; Morin Jérôme, Secrétaire général de la F3C CFDT ; Noisette Christophe, Rédacteur en Chef d'Inf'OGM ; Pedersen Birthe, Présidente d'Action Aid France – Peuples Solidaires ; Peres Éric, Secrétaire général de FO Cadres ; Perrin Édouard, Président du Collectif « Informer N'est Pas un Délit » ; Petitjean Olivier, coordinateur à l'Observatoire des Multinationales ; Pigeon Martin, Corporate Europe Observatory ; Plihon Dominique et Trouvé Aurélie, Porte-paroles d'Attac ; Poilane Emmanuel, Directeur général de France Liberté et président du CRID ; Poitier Julie, Directrice de Bio Consom'Acteurs ; Pouget Grégoire, Président de Nothing2Hide ; Rehbinder Lison, Coordinatrice de la Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires ; Remy Clément, Président de Pollinis ; Rizzoli Fabrice, CrimHalt ; Roques Laurence, Présidente du Syndicat des Avocats de France ; Salemkour Malik, Président de la Ligue des Droits de l'Homme ; Vire Emmanuel, Secrétaire général du Syndicat National des Journalistes CGT ; Youakim Marie, Co-présidente de Ritimo ; SDJ des Échos ; SDJ de Premières Lignes ; SDJ de TV5 Monde ; SDJ de BFMTV ; SDJ de l'AFP ; SDJ de Challenges ; SDJ de la rédaction nationale de France 3 ; SDJ de Télérama ; SDJ du JDD ; SDJ de l'AEF ; Société des rédacteurs du Monde ; SDJ de Radio France ; SDJ du Figaro ; SDJ du Point ; SDJ de RTL ; SDJ de La Vie ; SDJ de Libération ; Rédaction d'Alternatives Economiques ; SDJ de TF1 ; SDJ de RMC, SDJ de Mediapart ; SDJ de l'Humanité ; SDJ de France 2 ; SDJ Nouvel Observateur ; Prix Albert Londres ; LaTéléLibre.

Catégories: Attac Planet

10 ans après la crise : Prenons le contrôle de la finance

mer, 13/06/2018 - 10:45

Dix ans après la crise financière de 2008, l'époque est toujours aussi favorable à la finance, aux fonds d'investissement et aux banques. Les timides réformes engagées depuis n'ont pas réussi à ébranler sérieusement leur pouvoir. Sans compter qu'un nouveau cycle de dérégulation financière voit le jour en Europe et aux États-Unis.

Mais, aujourd'hui, de plus en plus de gens ne supportent plus de devoir payer pour les dérives du secteur financier. Plus encore, ils ne croient plus que la croissance est sans limites, que la question écologique est secondaire, et qu'une société peut vivre sans désordre avec de fortes inégalités.
Publié en plusieurs langues, ce livre donne des clés de compréhension aux citoyennes et aux citoyens afin qu'ils s'approprient le débat sur la finance. Il présente les réformes nécessaires pour mettre la finance au service de la société. Il est aussi le support d'une vaste campagne, « 10 ans après la crise », organisée par les mouvements sociaux et citoyens européens, dont le point culminant est fixé au 15 septembre 2018, date anniversaire de la chute de la banque Lehman Brothers en 2008, qui a marqué le début de la crise financière internationale.

Ce livre a été conçu par une équipe internationale composée de membres d'Attac Allemagne, Attac France et SOMO (Pays Bas). Isabelle Bourboulon (Attac France) en est la rédactrice principale et des contributions substantielles lui ont été apportées par Dominique Plihon (Attac France), Myriam Vander Stichele (SOMO, Pays Bas) et Peter Wahl (Attac Allemagne).

Catégories: Attac Planet

Adhérez à Attac et recevez notre dernier livre, 10 ans après la crise : Prenons le contrôle de la finance

mer, 13/06/2018 - 10:27

Aujourd'hui plus que jamais Attac est un mouvement indispensable.

Dix ans après la crise financière de 2008, l'époque est toujours aussi favorable à la finance, aux fonds d'investissement et aux banques. Les timides réformes engagées depuis n'ont pas réussi à ébranler sérieusement leur pouvoir. Sans compter qu'un nouveau cycle de dérégulation financière voit le jour en Europe et aux États-Unis.
Mais, aujourd'hui, de plus en plus de gens ne supportent plus de devoir payer pour les dérives du secteur financier. Plus encore, ils ne croient plus que la croissance est sans limites, que la question écologique est secondaire, et qu'une société peut vivre sans désordre avec de fortes inégalités.

S'engager avec Attac, c'est :

  • lutter concrètement contre la mainmise des multinationales sur nos vies ;
  • devenir acteur de la transition avec les milliers de militant·e·s qui agissent partout en France ;
  • recevoir régulièrement nos analyses et décryptages : Lignes d'Attac (revue trimestrielle envoyée aux adhérent·e·s), lettres d'informations électroniques, livres, rapports et brochures,.... ;
  • participer à la vie du mouvement : actions locales et nationales, commissions thématiques, groupes de travail, Universités d'été, AlterVillages, Forums sociaux mondiaux, etc.

Si Attac a la capacité de rassembler organisations et citoyen·ne·s, de soutenir les luttes et la construction d'alternatives, de décrypter les enjeux actuels et de diffuser ses analyses à travers ses publications, de bousculer l'ordre dominant…
c'est grâce à ses membres et à celles et ceux qui soutiennent ses actions !

Nous avons besoin d'Attac… Attac a besoin de vous !

En soutenant Attac vous nous permettez d'amplifier nos actions et d'obtenir de nouvelles victoires pour mettre un terme à l'impunité des 1 % les plus riches et redonner de l'espoir aux 99 % qui subissent au quotidien leur pouvoir destructeur. En adhérant à Attac vous devenez membre d'un réseau de 10 000 adhérent·e·s en France avec de nombreux partenaires internationaux, vous recevrez le journal trimestriel Lignes d'Attac et pourrez prendre part aux actions menées par l'association.

Rejoignez Attac et recevez notre dernier livre, 10 ans après la crise : Prenons le contrôle de la finance

Devenez membre d'Attac à partir de 21 € et recevez 10 ans après la crise : Prenons le contrôle de la finance ainsi que chaque trimestre, le journal Lignes d'Attac.

En savoir plus sur le livre

Cette offre est limitée aux nouveaux/elles adhérent·e·s à Attac

Rejoignez Attac et recevez notre dernier livre, 10 ans après la crise : Prenons le contrôle de la finance

Campagne d&#8217adhésion

Catégories: Attac Planet

Aquarius : Macron doit choisir entre l'extrême-droite et l'Europe solidaire

mar, 12/06/2018 - 16:26

En violation du droit international, le gouvernement italien interdit à l'Aquarius, avec à son bord six cent vingt-neuf exilé-e-s sauvé-e-s en mer, d'aborder dans un port italien. Face à ce coup de force de l'extrême-droite arrivée au gouvernement, l'Espagne se propose d'accueillir ces exilé-e-s, tandis que des villes italiennes réaffirment leur volonté d'accueil.

Mais le port de Valence est à plusieurs jours de mer alors que la météo se dégrade et que l'Aquarius est presque à court de vivres. Entre l'Italie et l'Espagne, les côtes françaises. Le Conseil exécutif de Corse a proposé d'accueillir le navire.

Le président Macron et son ministre de l'intérieur sont devant un choix : être solidaires de l'extrême-droite italienne dans le non-accueil, ou entendre les voix de l'Europe solidaire et accueillir les exilé-e-s sauvé-e-s en mer par l'Aquarius.

Ce choix doit aller au-delà : la France doit prendre sa part de l'accueil et et de la solidarité internationale, comme l'ont affirmé les États Généraux des Migrations et comme l'affirme la Marche Citoyenne de Vintimille à Londres, qui arrivera le 17 juin à Paris, qu'Attac soutient et appelle à rejoindre largement. Ceci, au rebours du projet de loi sur l'immigration et l'asile en discussion au Sénat, qui doit être abandonné.

Catégories: Attac Planet

Université d'été « solidaire et rebelle » du 22 au 26 août à Grenoble

mar, 12/06/2018 - 15:59

Du 22 au 26 août prochain à Grenoble se tiendra l'Université d'été « solidaire et rebelle » des mouvements sociaux et citoyens. Ce sera le rendez-vous estival incontournable pour Attac, ses militant·e·s et ses adhérent·e·s.

Pour vous inscrire, cliquez ici.

Fort du succès de l'université d'été de Toulouse en 2017, qui a réuni plus de 2 000 participant·e·s, Attac a fait le choix de poursuivre dans cette dynamique de convergences pour l'Université d'été 2018. Nous serons associés à de nombreuses autres organisations syndicales et associatives pour débattre, échanger et préparer ensemble les mobilisations à venir.

Nous sommes 10 ans après la crise des subprimes, la mondialisation néolibérale continue son expansion, tous les ingrédients sont réunis pour une nouvelle crise financière. Et les crises écologique et sociale sont d'une ampleur inédite. En France, les élections présidentielles de 2017 ont vu arriver au pouvoir un président et un gouvernement, soi-disant de gauche comme de droite, mais qui ont affirmé une politique profondément néolibérale, un « business model » promu par les grands patrons, détruisant ce qu'il reste de la solidarité nationale et de la protection sociale. Un pouvoir qui se pare des vertus de l'écologie tout en s'engouffrant dans un capitalisme financier destructeur de la nature. Un pouvoir jouant les justiciers mais qui piétine les droits humains. Le tout mené dans un style managérial autoritaire, à une vitesse éclair, avec l'espoir que cette stratégie du choc nous laisse sidéré·e·s.

Mais des résistances existent contre les attaques anti-sociales, contre la politique migratoire, ou l'autoritarisme présidentiel. La victoire obtenue à Notre-Dame-des-Landes par tou·te·s les résistant·e·s à l'aéroport amène de l'espoir, sans nous tromper sur les intentions de ce gouvernement. La victoire juridique et politique de notre association contre Apple, première multinationale du monde, prouve le rôle que peuvent jouer les mouvements citoyens contre les multinationales et le pouvoir de la finance, à l'heure où les gouvernements se sont inclinés.

Entre le libéralisme économique d'Emmanuel Macron, dont les désastres sociaux deviennent de plus en plus visibles, et la xénophobie et le faux protectionnisme d'un Donald Trump, l'altermondialisme indique une troisième voie possible, fondée sur une protection solidaire des peuples.

Ce sont toutes ces questions qu'Attac portera dans les débats de l'Université d'été de Grenoble, des ateliers de formation à l'action citoyenne ou de construction d'alternatives. Tout cela ne pourra se faire sans vous ! Alors, sans plus tarder, réserver ces dates dans vos agendas. Cet évènement national sera aussi l'occasion de nous retrouver pour nos 20 ans ! Un moment particulier sera consacré à cet anniversaire d'Attac durant l'Université d'été. Plus que jamais, cette Université d'été des mouvements sociaux sera l'occasion de belles rencontres, de débats passionnants, de moments conviviaux et, certainement d'un peu d'émotion.

L'ouverture des inscriptions se fera en avril, vous pouvez déjà vous inscrire à la lettre d'informations.
Soyons nombreuses et nombreux à Grenoble, du 22 au 26 août 2018, pour faire de l'Université d'été des mouvements sociaux un succès populaire !

Dominique Plihon, Raphaël Pradeau, Aurélie Trouvé - Porte-parole d'Attac

Catégories: Attac Planet

Revue de presse : mobilisation pour la relaxe de Nicole Briend

lun, 11/06/2018 - 20:52

Le 7 juin 2018 se tenait le procès de Nicole Briend. Cette militante d'Attac comparaissait devant le tribunal de Carpentras à la suite d'une action de « fauchage de chaises » menée dans une agence de la BNP Paribas en mars 2016.
Retour sur cette journée de mobilisation, vue dans la presse, qui s'est soldée par une grande victoire juridique.

En vidéo
« JT 19/20 de France 3 Provence », émission du 7 juin (à partir de la minute 5'43), France 3, 7 juin 2018

« La faucheuse de chaises de Carpentras relaxée », France 3, 7 juin 2018

Le journal du 8 juin 2018, Le Media, 8 juin 2018

« Carpentras : une amende de 300€ avec sursis réclamée contre la 'faucheuse de chaise' », La Provence, 7 juin 2018

« Procès de NICOLE BRIEND "faucheuse de chaises" // Mobilisation d'Attac à CARPENTRAS », Graphijane, 10 juin 2018

Dans la presse
« La femme du jour », l'Humanité, 11 juin 2018

« Nicole Briend, faucheuse de chaise contre l'évasion fiscale, est relaxée », Reporterre, 8 juin 2018

« Vaucluse : le procès de l'évasion fiscale », La Provence, 8 juin 2018

La dépêche de l'AFP : « Une 'faucheuse de chaises' d'Attac relaxée à Carpentras », La Croix, 7 juin 2018

Reprise sur Boursorama, Actu Orange, Libération, La République des Pyréenées, Public Sénat, TV5 Monde, Le Point, Bourse direct, Yahoo Actualités, Nouvel Obs, RTL Belgique, France Soir, Ouest France

« Carpentras : la 'faucheuse de chaise' relaxée », La Provence, 7 juin 2018

« La 'faucheuse de chaises' relaxée », Vaucluse Matin, 7 juin 2018

« Nicole Briend relaxée par le tribunal correctionnel de Carpentras », France Bleu, 7 juin 2018

Le journal de 7h du vendredi 8 juin 2018

« Procès de la faucheuse de chaises de la BNP : de nombreux soutiens se réunissent avant le verdict », RT, 7 juin 2018

« 300 euros avec sursis requis contre Nicole Briend, jugée comme faucheuse de chaises à Carpentras », France 3, 7 juin 2018

Avant le procès
Vidéo publiée par Le Média, 7 juin 2018

???? FRAUDE FISCALE : UNE MILITANTE EN PROCÈS
Nicole Briend, militante d'@attac_fr en procès aujourd'hui pour avoir emprunté des chaises dans les locaux de @mabanque_bnpp...

➡️ Pour en savoir plus : https://t.co/X0RdfRaC3l#LeMédia pic.twitter.com/n0m5fKTSsH

— Le Média (@LeMediaTV) 7 juin 2018

« La 'faucheuse de chaises' de la BNP jugée aujourd'hui », Vaucluse Matin, 7 juin 2018

« Macron au Canada, revenu de base et Attac : l'actualité de ce 7 juin 2018 », Le Media, 7 juin 2018

« Une militante d'Attac en procès face à BNP Paribas », Politis, 7 juin 2018

« Nicole Briend mérite-t-elle d'être condamnée ? », par Susan George, présidente d'honneur d'Attac France ; Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France ; François-Xavier Ferrucci, secrétaire national de Solidaires Finances Publiques ; Valérie Lefebvre Haussmann, secrétaire générale de la Fédération CGT des banques et assurances (FSPBA), Mediapart, 5 juin 2018

Reprise sur Reporterre, « L'évasion fiscale reste impunie, mais la militante Nicole Briend est poursuivie ! »

Catégories: Attac Planet

Irrigation et usage des pesticides : le gouvernement au service du système agro-industriel

lun, 11/06/2018 - 17:47

Parallèlement à l'offensive sans précédent contre les services publics et le droit du travail, le gouvernement est en train de modifier radicalement les politiques de l'eau et de l'agriculture, et cela au service du système agro-industriel et sous le faux prétexte de la lutte contre le changement climatique.

Les ministres Nicolas Hulot et Stéphane Travers ont relancé en 2017 les projets de territoire concernant l'irrigation agricole à la demande de la FNSEA et d'Irrigants de France et créé une cellule d'expertise sur la gestion de la ressource en eau dans le domaine agricole. Cette cellule a pour objectif inavoué de faire sauter les barrières réglementaires, de réduire, voire d'éliminer, les études d'impact environnemental et les recours des associations contre ces projets, à l'image de ce qui est en train de se passer pour les projets d'éolien et de méthanisation. Par ailleurs, le gouvernement exige des agences de l'eau qu'elles participent au financement des bassines, retenues collinaires et transferts d'eau, alors que ce même gouvernement a décidé de ponctionner leurs budgets basés essentiellement sur les redevances des usagers domestiques et exige qu'elles réduisent leurs effectifs.

Les services décentralisés de l'État sont chargés d'établir pour chaque département les cartographies des cours d'eau et des zones de non traitement aux pesticides en bordure des points d'eau, en concertation avec les parties prenantes locales. La pression des chambres d'agriculture contrôlées par la FNSEA est telle que beaucoup d'écoulements ne sont plus identifiés comme des cours d'eau. Par conséquent, les agriculteurs riverains pourront, d'une part prélever de l'eau dans ces « non cours d'eau » sans passer par une demande d'autorisation et une étude d'impact environnementale, et d'autre part épandre en toute liberté des pesticides sur les berges. La pollution des sols et des masses d'eau par les pesticides n'est pas prête de diminuer, d'autant que le plan écophyto censé limiter l'usage des pesticides et donc les pollutions est un échec complet et que le nouveau plan présenté par le gouvernement ne va pas changer la donne.

Projets de territoire et cartographies s'élaborent dans la plus grande opacité et en connivence entre dirigeants politiques, hauts fonctionnaires, système agro-industriel, empêchant de fait toute évolution vers une agriculture plus durable et respectueuse de l'environnement. C'est pour ces raisons qu'il est important de soutenir et médiatiser les associations qui luttent sur le terrain pour la préservation des écosystèmes aquatiques, l'accès à l'eau et la santé des populations.

Crédit photo : jetsandzeppelins.

Catégories: Attac Planet

Nouveau livre d'Attac : 10 ans après la crise, prenons le contrôle de la finance

lun, 11/06/2018 - 15:30

Dix ans après la crise financière de 2008, l'époque est toujours aussi favorable à la finance, aux fonds d'investissement et aux banques. Les timides réformes engagées depuis n'ont pas réussi à ébranler sérieusement leur pouvoir. Sans compter qu'un nouveau cycle de dérégulation financière voit le jour en Europe et aux États-Unis.

Mais, aujourd'hui, de plus en plus de gens ne supportent plus de devoir payer pour les dérives du secteur financier. Plus encore, ils ne croient plus que la croissance est sans limites, que la question écologique est secondaire, et qu'une société peut vivre sans désordre avec de fortes inégalités.

Publié en plusieurs langues (français, anglais, allemand et espagnol), ce livre, 10 ans après la crise prenons le contrôle de la finance, publié aux éditions Les liens qui libèrent, donne des clés de compréhension aux citoyens afin qu'ils s'approprient le débat sur la finance. Il présente les réformes nécessaires pour mettre la finance au service de la société. Il est aussi le support d'une vaste campagne, « 10 ans après la crise », organisée par les mouvements sociaux et citoyens européens, dont le point culminant est fixé au 15 septembre 2018, date anniversaire de la chute de la banque Lehman Brothers en 2008, qui a marqué le début de la crise financière internationale.

Ce livre a été conçu par une équipe internationale

Rédactrice principale :

  • Isabelle Bourboulon (Attac France), journaliste spécialisée en presse économique.

Des contributions substantielles ont été apportées par :

  • Dominique Plihon (Attac France)
  • Myriam Vander Stichele (SOMO, Pays Bas)
  • Peter Wahl (Attac Allemagne).

125 pages, 10€. Sortie le 13 juin 2018 aux éditions Les liens qui libèrent.
Pour recevoir le livre en service de presse, merci d'adresser votre demande à medias@attac.org.

Catégories: Attac Planet

Victoire pour la justice fiscale : Nicole Briend est relaxée !

jeu, 07/06/2018 - 22:41

Dans son jugement du 7 juin 2018, le tribunal de Carpentras reconnait que Nicole Briend a mené une action de désobéissance civile, sans intention délinquante, qui ne saurait « être caractérisée comme du vol ». Par sa décision, il confirme la légitimité des actions d'Attac en matière de lutte contre l'évasion fiscale. C'est une victoire pour l'ensemble des militant·e·s venu·e·s à Carpentras demander la #RelaxePourNicole et l'ensemble des citoyen·ne·s qui luttent pour la justice fiscale.

Pour Raphaël Pradeau, porte-parole d'Attac France : « Aujourd'hui, la justice reconnnaît que réquisitionner une chaise dans une banque qui pratique l'évasion fiscale ne peut pas être considéré comme un vol. Après le jugement du TGI de Paris en février 2018, affirmant que les actions d'Attac dans les magasins d'Apple relèvent de l'intérêt général, cette nouvelle décision judiciaire favorable nous encourage à continuer et amplifier les actions de désobéissance civile contre les banques et les multinationales qui organisent l'évasion fiscale. Face à l'inaction et à la complaisance des États, l'action citoyenne entreprise par Attac est reconnue, au travers de ce jugement, comme nécessaire et légitime. »

L'audience de Nicole Briend s'est tenue ce jeudi 7 juin au tribunal de Carpentras. Cette militante d'Attac, proviseure de lycée à la retraite, comparaissait pour « vol en réunion » et « refus de prélèvement ADN », à la suite d'une action de « fauchage de chaises » menée en mars 2016.

Nicole était poursuivie pour avoir participé, avec une dizaine de militant·e·s, à une réquisition citoyenne de chaises afin de dénoncer l'activité de BNP Paribas dans les paradis fiscaux. Cette action s'inscrivait dans le cadre de la campagne collective des « faucheurs de chaises » au cours de laquelle 240 chaises ont été réquisitionnées à travers la France. Plus de deux ans après cette action, BNP Paribas est toujours la banque française la plus implantée dans les paradis fiscaux, où elle détenait 198 filiales en 2017.

Toute la journée une mobilisation était organisée dans les rues de Carpentras, avec près de 500 militant·e·s venu·e·s soutenir Nicole Briend en scandant « c'est la BNP qui vole, c'est pas Nicole » , ou encore, « c'est pas Nicole qu'il faut juger, c'est l'évasion fiscale en bande organisée ». Un large soutien s'est exprimé autours de Nicole Briend qui a pu compter sur la présence de : Philippe Poutou (NPA), Sandra Regol (EELV) , Liem Hoang-Ngôc (FI), Mina Idir (PCF) et François-Xavier Ferrucci (Solidaires Finances Publiques). A l'intérieur du tribunal des témoins se sont succédés pour attester du caractère non-violent et d'utilité publique de l'action des faucheurs de chaises.

Le juge dans son verdict a également reconnu la nullité des poursuites sur les prélèvements ADN, ce qui constitue une victoire supplémentaire : les militant·e·s ne sont pas des délinquant·e·s et n'ont pas à donner leur ADN.

Attac s'engage à poursuivre la lutte pour la justice fiscale et repassera à l'action prochainement.

Catégories: Attac Planet

Retranscription AUDIO du Webinaire « L'imposture Macron »

mer, 06/06/2018 - 11:50

A l'occasion de la sortie du livre L'imposture Macron, publié par Attac et la Fondation Copernic, la commission formation d'Attac proposait le 29 mai une conférence/formation en ligne (webinaire), avec Pierre Khalfa, ancien président de la fondation Copernic, membre du conseil scientifique d'Attac et auteur du livre.

Le business model avancé par Emmanuel Macron pour faire sortir la France de la crise et en faire une start-up nation est il réellement innovant ? Les politiques néolibérales sont elles un tant soit peu nouvelles ou, à défaut, Macron en propose-t-il une version rafraîchie ?

C'est en tout cas ce que prétend Emmanuel Macron, self made president, en voulant créer une mystique salvatrice via ses réformes économiques et sociales.
Le livre L'imposture Macron décrypte le projet et les impasse d'une politique qui, sous couvert de modernité, applique des recettes éculées qui mettent la France en marche forcée vers la régression sociale et les inégalités.

Télécharger le fichier audio :
MP3 - 76.3 Mo

Retranscription AUDIO Webinaire « L'imposture Macron »

Merci au groupe Attac Grésivaudan pour l'enregistrement audio du Webinaire.

Catégories: Attac Planet

Attac a 20 ans ! - Images de son anniversaire

lun, 04/06/2018 - 11:35

Plus de 1000 personnes sont venues fêter les 20 ans d'Attac à La Bellevilloise samedi 2 juin 2018. Découvrez ici les photos de l'événement : invités, tables-rondes, ateliers, formations, world café, concerts et nombreuses autres activités.

Photos : Brice Le Gall et Cécile Gauthier

Catégories: Attac Planet

Corruption, poursuites-baillons, conflits fonciers : le groupe Bolloré fragilisé pour son AG annuelle

jeu, 31/05/2018 - 18:05

Le 1er juin, les actionnaires du groupe Bolloré se réuniront pour apprécier les résultats financiers du groupe. La multiplication récente des scandales attachés à la personnalité de Vincent Bolloré, additionnée aux conflits fonciers qui persistent depuis plusieurs années autour des plantations que le groupe contrôle directement et indirectement (via Socfin) a sérieusement écorné l'image du groupe et a fait chuter le cours de ses actions. L'occasion pour les actionnaires de réfléchir aux conséquences sociales et environnementales de leurs investissements ?

Le groupe Bolloré est actionnaire à 38,75% de Socfin, une holding luxembourgeoise spécialisée dans les plantations de palmiers à huile et d'hévéas. Depuis plusieurs années, les communautés locales ainsi que les ONG dénoncent régulièrement les conflits autour de ces plantations : rivières polluées, terres arables, forêts et sites sacrés occupés, compensations non réalisées, promesses non tenues,… Entre 2010 et 2017, les terres contrôlées par le groupe SOCFIN sont passées de 323 198 ha à 402 344 ha, soit une augmentation de 25 %, alors que les surfaces effectivement cultivées ont augmenté de 36%. Les conflits sont ainsi exacerbés sous la pression foncière croissante. Les assemblées générales des deux groupes sont depuis quelques années l'occasion d'interpeller les actionnaires et dirigeants à ce sujet.

En plus de ces abus dénoncés depuis plusieurs années, de nouveaux scandales viennent encore entacher l'image de l'entreprise, vont-ils enfin faire réagir les actionnaires quant à la responsabilité sociale et environnementale du groupe ?

Le 25 avril, l'industriel Vincent Bolloré et Gilles Alix, le directeur général du groupe, sont mis en examen pour corruption d'agent public étranger, complicité d'abus de confiance, et faux et usage de faux. Jean-Philippe Dorent, responsable du pôle international de la filiale Havas, est également mis en examen pour abus de confiance. Ces affaires portent sur les conditions d'obtention de concessions portuaires au Togo et en Guinée. Les juges d'instruction considèrent qu'il existe des indices graves laissant penser que le groupe Bolloré aurait eu recours à des méthodes illégales pour décrocher ces contrats, via l'agence de communication Havas qu'il contrôle. Des journalistes et organisations de la société civile dénoncent par ailleurs régulièrement une surexposition de certains chefs d'État africains illégitimes par les médias du groupe, afin de parfaire leur image à l'international.

La même semaine, c'était le Belge Hubert Fabri, président du conseil d'administration du groupe Socfin (où siège Vincent Bolloré, administrateur), qui comparaissait devant le tribunal correctionnel, sept ans après le début de l'enquête pour abus de confiance, corruption active, faux et usage de faux, et blanchiment.

Revers de situation pour ces dirigeants, qui étaient jusqu'ici plutôt positionnés de l'autre côté des poursuites judiciaires : depuis 2009, plus d'une vingtaine de procédures en diffamation ont ainsi été lancées par Bolloré ou la Socfin en France et à l'étranger contre des articles, des reportages audiovisuels, des rapports d'organisations non gouvernementales, et même un livre. Une cinquantaine de journalistes, d'avocats, de photographes, de responsables d'ONG et de directeurs de médias, ont été visés par le groupe Bolloré et ses partenaires. Une tribune collective publiée fin janvier [1] le rappelle : « Ces poursuites systématiques visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler. Au vu de leur ampleur, nous estimons que ces poursuites judiciaires s'apparentent à des « poursuites-bâillons ».

La plupart de ces procès ont été annulés ou perdus par les plaignants, malgré un certain acharnement judiciaire, comme avec le média Bastamag, relaxé en première instance puis en appel, un jugement maintenu par la Cour de cassation : cette dernière a désavoué définitivement les accusations du groupe Bolloré. De la même manière, Socfin fait appel du procès perdu en première instance contre les ONG Sherpa et ReAct, ainsi que Mediapart. Le 5 juin, le verdict sera rendu sur le procès en diffamation intenté contre France 2 pour son « Complément d'enquête » consacré en partie aux activités africaines du groupe Bolloré.

Les multiples procédures initiées par le groupe Bolloré sont une bonne illustration des dangers de la proposition de loi sur le secret des affaires actuellement en discussion au Parlement et qui doit être validée dans le courant du mois de juin. En l'état, elle permettra aux entreprises concernées d'empêcher encore plus facilement la mise en lumière de leurs pratiques illicites, y compris lorsqu'elles concernent la société dans son ensemble. En l'état, elle fragilise, quand elle ne vide pas de leur substance, les dispositifs juridiques adoptés ces dernières années pour contraindre les entreprises à respecter les droits humains et pour protéger le droit à l'information (loi sur le devoir de vigilance, loi Sapin 2,…).

Signataires :
  • ActionAid France
  • Attac
  • CADTM Belgique
  • CADTM France
  • Ça suffit comme ça !
  • Collectif Citoyen en France Contre les Accaparements de Terres
  • Collectif Stop Bolloré
  • Comité de Libération des prisonniers politiques (CL2P)
  • Confédération paysanne
  • CRID
  • Fian Belgique
  • Oakland Institute
  • Observatoire Gabonais sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises, des Administrations et des Industries (OGARSEAI)
  • ReAct
  • Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon
  • Réseau Foi & Justice Afrique-Europe
  • Solidaires
  • SOS Faim Luxembourg
  • Survie
  • Togo Debout
  • Touche pas à mon intermittent.e

[1] Tribune collective, « Face aux poursuites-bâillons de Bolloré : nous ne nous tairons pas ! », 24 janvier 2018

Catégories: Attac Planet

MYTHECAT : un nouveau rapport accablant sur le projet de gazoduc France-Espagne

jeu, 31/05/2018 - 15:41

Depuis plus de 10 ans, Enagás (en Espagne) et Teréga, ex-TIGF (en France) promeuvent la construction du pipeline Midi-Catalogne (plus connu sous le nom de “MidCat”), un projet d'infrastructure gazière très controversé entre la France et l'Espagne, faisant face à une résistance grandissante des deux côtés des Pyrénées.

Pour aller plus loin

Lisez Des fuites dans le gaz, entre la Catalogne et la France de Jacqueline Balvet

Catégories: Attac Planet

Marées populaires : de belles initiatives citoyennes !

mer, 30/05/2018 - 15:48

Les mouvements citoyens, associatifs, syndicaux et politiques se félicitent des marées populaires du samedi 26 mai.

Ce sont près de 80 organisations qui, en unissant leurs forces, ont rassemblé des centaines de milliers de manifestantes et manifestants partout sur le territoire. Dans leur diversité, ils et elles ont défilé pour exiger plus d'égalité, de justice sociale, d'écologie et de solidarité et donc une toute autre politique que celle du gouvernement.

Ce déferlement populaire porte l'espoir d'alternatives sociales. Il témoigne de la détermination des citoyen.ne.s à rompre avec les choix d'Emmanuel Macron, une politique au service du patronat qui vise à imposer toujours plus d'austérité en matière de service public, de protection sociale et de garanties collectives, et de reculs sur la santé et la protection de l'environnement (…).

Fortes de ces initiatives, les organisations appellent à une amplification du mouvement social et s'engagent, chacune dans leurs champs respectifs, à soutenir et à développer toutes les luttes en cours, dans les entreprises, les services, les lieux d'études et aux côtés des précaires, privés d'emploi et retraité.es. Nos forces sont engagées pour la défense du service public ferroviaire, pour un enseignement supérieur accessible à toutes et tous, pour les services publics et la défense des droits des salarié.es du public comme du privé, pour les droits des migrant.es, pour l'avenir des générations futures.

Les organisations partageant le constat d'une réelle urgence sociale décident de poursuivre le travail engagé afin de faire grandir le mouvement social contre les politiques de casses sociales et environnementales et pour le progrès social. Elles discuteront rapidement des formes précises que ce travail en commun peut prendre.

Catégories: Attac Planet

Offre spéciale 20 ans : adhésion à 20€

mar, 29/05/2018 - 15:20

Offre spéciale 20 ans : adhésion à 20€

Devenez membre d'Attac à 20 € et recevez chaque trimestre, le journal Lignes d'Attac.

Fondée en 1998, Attac est une association qui milite pour la justice sociale et environnementale, et conteste le pouvoir pris par la finance sur les peuples et la nature.
Mouvement d'éducation populaire, l'association produit des analyses et expertises, organise des manifestations et des événements, mène des campagnes et des actions.
Adhérer, c'est nous permettre d'agir en toute indépendance et nous aider à traquer sans relâche les banques et les multinationales prédatrices.
Passer à l'Attac c'est aussi la possibilité de rejoindre l'un des cent groupes locaux qui agissent partout en France, de se former et de participer à nos campagnes et actions symboliques ou désobéissantes.

Alors n'attendez plus !

Cette offre est limitée aux nouveaux/elles adhérent·e·s à Attac

Si vous souhaitez donner plus de 20€ rendez-vous sur cette page.

Offre d'adhésion spéciale 20 ans d'Attac

Campagne d&#8217adhésion

Catégories: Attac Planet

Dossier de presse : 20 ans d'Attac France

mar, 29/05/2018 - 10:37

En 2018 Attac France fête ses 20 ans. Retrouvez dans ce dossier de presse toutes les informations utiles sur l'association : actualités, données clés, événement du 2 juin à La Bellevilloise, publications, contacts des porte-paroles...

Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le service de presse d'Attac France au 06 75 44 81 62 ou sur medias@attac.org.

Catégories: Attac Planet

Secret des affaires : un accord en catimini sur le dos de nos libertés

lun, 28/05/2018 - 15:01

La Commission Mixte Paritaire (CMP) s'est prononcée jeudi 24 mai sur la proposition de loi « Secret des affaires » portée par le député Raphaël Gauvain. Les députés et les sénateurs (LR et LREM) se sont mis d'accord sur un texte proche de celui élaboré par l'Assemblée Nationale.
Aucun des amendements proposés par notre coalition pour protéger les libertés n'a été retenu, contrairement aux engagements pris par l'Elysée.

Pourtant, plus de 550 000 citoyen.ne.s ont signé une pétition dénonçant ce projet de loi et le 16 avril 52 organisations et 23 SDJ ont interpellé le président de la République.
Les parlementaires ont ainsi manifesté leur refus de circonscrire l'application du texte au vol d'informations dans un but de concurrence déloyale. Raphaël Gauvain et le gouvernement ont, au contraire, privilégié une application la plus large possible du secret des affaires.

Ainsi :

  • La définition large et floue du secret des affaires permettra aux entreprises de retirer l'essentiel des informations sur leurs activités du débat citoyen
  • Les lanceurs d'alerte devront faire la preuve de leur bonne foi devant les tribunaux
  • Les représentant.e.s du personnel pourront être poursuivis pour avoir diffusé des informations aux salarié.e.s
  • Des organes de presse pourront être poursuivis devant des tribunaux de commerce pour avoir révélé des secrets d'affaires
  • Les salarié.e.s pourront voir leur mobilité réduite avec l'interdiction d'utiliser leurs savoirs et savoirs faire, considérés comme des secrets d'affaires
  • Les délais de prescription longs et mal définis permettront des poursuites 5 ans après la révélation de secrets d'affaires

Cette loi permettra aux entreprises de poursuivre toute personne ayant obtenu ou révélé des informations sensibles. Ce texte porte gravement atteinte au droit d'informer et d'être informé des citoyen.ne.s français, en privant de source les journalistes et en privilégiant de facto l'autocensure.

Il met en danger l'équilibre démocratique et constitutionnel de notre pays en érigeant le secret des affaires en un principe général et en reléguant la liberté d'information au rang de simple exception.
Alors que la proposition de loi sera soumise au vote final des parlementaires dans le courant du mois de juin, nous les interpellons solennellement : ne votez pas ce texte en l'état, ne laissez pas les entreprises dicter l'info !

Catégories: Attac Planet

Notre-Dame-des-Landes : des stratégies de division

lun, 28/05/2018 - 09:41

Ces entretiens ont été réalisés lors de la « trêve » annoncée par le gouvernement, à la ZAD de NDDL.
Les témoins racontent et analysent les stratégies mises en œuvre pour tenter de détruire la ZAD, de l'intérieur.

Catégories: Attac Planet