Skip navigation

Organismes communautaires et syndicats s'engagent dans la campagne

En cosignant une tribune pour réclamer des engagements sociaux du futur gouvernement du Québec, 38 organismes communautaires et syndicats ont uni leurs voix pour défendre des idées qu'ils jugent marginalisées dans le discours politique. Lire la suite de cet article paru dans le journal Métro, dans lequel Claude Vaillancourt d'ATTAC-Québec est cité.

-
Dans les médias

/
,
,

Dette, austérité et baisses d'impôts en question en cette période électorale

1er de trois vidéos

En 2014, le gouvernement Couillard annonçait que nous n'avions pas la marge nécessaire pour financer nos priorités en santé et en éducation. Claude Vaillancourt, président d'ATTAC-Québec et l'un des co-auteurs du livre La dette du Québec : vérités et mensonges (M Éditeur, 2016), nous parle de l'utilisation abusive de la dette de la part de nos gouvernements pour justifier les coupes dans nos services publics et programmes sociaux. Un sujet qui tombe à point en cette période électorale.



A partager aussi sur Facebook


2e de trois vidéos

Baisses d'impôt : qui en profite vraiment ? Claude Vaillancourt nous démontre l'importance de résister au chant des sirènes des baisses d'impôt.

Participons à la marche pour le droit au logement du FRAPRU !

Rendez-vous Parc Athéna (De l'Épée et Jean-Talon – métro Parc)

à 10 h à Montréal le 13 septembre !

C'est le 2 septembre dernier que le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a amorcé la marche De villes en villages pour le droit au logement à Ottawa. Plus de 250 personnes de diverses régions ont donné le coup d'envoi à cette marche de 550 km qui prendra fin à Québec le 29 septembre. Cette mobilisation, la plus ambitieuse des 40 ans d'histoire du FRAPRU, vise à mettre en lumière les graves dénis du droit au logement au Québec et au Canada, à sensibiliser la population et à réclamer des investissements suffisants de la part des gouvernements afin d'y mettre un terme. ATTAC-Québec est l'un des 400 groupes sociaux et de la quarantaine d'organisations nationales à appuyer la marche. Pour prendre connaissance de l'ensemble du parcours, cliquez ici

Marches pour le climat : il est encore temps !

Ce samedi, dans toute la France plus de 115 000 personnes ont pris par à la journée mondiale d'action pour le climat « Dans nos rues pour le climat ». Elles ont rejoint les centaines de milliers de citoyens qui, de Auckland (Nouvelle-Zélande) à San Francisco (Californie), en passant par Abuja (Nigeria), Ho-Chi-Min Ville (Vietnam), Bangkok (Thaïlande) ou encore Berlin (Allemagne), se sont mobilisés pour affirmer qu'il n'est pas trop tard pour agir et exiger des comptes aux décideurs et décideuses qui nous entourent.

En France, cette journée prend une signification toute particulière : il s'agit de la première mobilisation de la société civile depuis la démission de Nicolas Hulot.

Comme l'explique Clémence Dubois, porte parole de 350.org, "la démission de Nicolas Hulot nous rappelle que la France n'est pas une exception : partout dans le monde, les dirigeants politiques continuent de tergiverser, voire ont renoncé à agir pour le climat. Pourtant, il est encore temps d'agir, et nous le faisons, partout dans le monde, comme nous l'avons démontré aujourd'hui."

L'écriture inclusive ou écriture égalitaire : un enjeu pour et dans ATTAC

Attac inscrit son action dans une perspective de transition sociale, écologique et féministe. Cela passe par une démarche d'éducation populaire tournée vers l'action citoyenne. La question de l'usage de la langue dans cette démarche n'est pas secondaire. La langue française n'est pas neutre : elle est le produit d'une histoire sociale, de rapports de forces où le système patriarcal s'est imposé et détermine encore les rapports sociaux de genre dans le monde que nous voulons changer. Mais elle accompagne aussi l'évolution des mentalités et de la société : avec les progrès de l'émancipation des femmes, il est devenu insupportable à un grand nombre d'entre elles d'être invisibles dans la langue et une pratique d'écriture a commencé à se développer pour y remédier.

Un totalitarisme pervers

Alain Deneault est l'auteur de plusieurs livres dénonciateurs, dont Noir Canada, Offshore, Paradis fiscaux, la filière canadienne. Il vient de commettre un autre récit passionnant sur l'histoire d'une pétrolière tentaculaire qui sévit aujourd'hui dans plus de 130 pays : De quoi Total est-il la somme ? [1]

Comploter, coloniser, collaborer, corrompre, conquérir, délocaliser, polluer, vassaliser, nier, asservir… sont douze modalités qui illustrent comment Total s'est imposée à travers le monde. Le récit de cette expansion fait frémir. Inextricablement mêlée aux destinées de la République française depuis sa naissance, la compagnie s'est déployée vers différents continents à la recherche de territoires où le pétrole était une richesse. Elle y a fait « la loi », sa loi, tout en affirmant ne pas faire de politique.

Pour sauver la planète : voir au-delà d'une image de charme et de discours trompeurs

Lima, janvier 2015 : s'ouvrait la conférence des Nations unies qui réunissait 190 États – session importante puisqu'elle préparait l'accord multilatéral de lutte contre les changements climatiques qui devait être signé à la Cop 21, à Paris, en décembre de la même année. À cette rencontre, Ban Ki-Moon rappelait au Canada – en termes polis et diplomatiques, mais fermes - ses devoirs et responsabilités pour souligner une réalité incontestable, le Canada n'en fait pas assez et il est un des pires cancres en matière de lutte contre les changements climatiques : 58e sur un classement de 61 pays parmi les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre (GES).

Revue de presse : une rentrée d'Attac !

Université d'été « solidaire et rebelle » des mouvements sociaux et citoyens, sortie du livre « L'abécédaire engagé » (éditions Les liens qui libèrent), marche pour le climat, retrouvez dans cette revue de presse les interventions d'Attac dans les médias entre le 20 août et le 7 septembre.

Grande manifestation pour la justice sociale le 28 octobre

Après des années de politiques d'austérité, le gouvernement Couillard a annoncé un surplus record en 2017.

Malgré l'immense surplus budgétaire, le financement pour les services publics, les programmes sociaux et l'action communautaire autonome demeure largement insuffisant et ne répare même pas les dommages créés par les compressions des dernières années.

Les services publics sont menacés : Les coupes sévères en santé et en éducation ont grandement affecté les services à la population. Le désengagement envers les services de garde subventionnés a diminué la qualité des services. La modulation des tarifs a appauvri les familles.

Les programmes sociaux sont eux aussi largement sous-financés : Les prestations d'aide sociale permettent à peine de couvrir la moitié des besoins de base. Le trop peu de logements sociaux construits chaque année ne peut répondre aux besoins.

Les mesures d'austérité ont aussi augmenté la pression sur les groupes d'action communautaire autonome qui souffrent depuis longtemps d'un sous-financement chronique.

Nouvelle campagne ! Paradis fiscaux : l'heure des vraies solutions a sonné

Paradis fiscaux : l'heure des vraies solutions a sonné - Lancement d'une campagne pour une action plus ambitieuse du gouvernement fédéral

Communiqué, Montréal le 25 janvier 2018

Le collectif Échec aux paradis fiscaux lance aujourd'hui une nouvelle campagne pour exiger du gouvernement fédéral qu'il mette en place des mesures plus ambitieuses et plus efficaces de lutte contre les paradis fiscaux. Grâce à un nouveau site web (VraiesSolutions.com), la population pourra directement joindre le gouvernement fédéral et lui demander d'agir avec sérieux et audace contre les paradis fiscaux.